Le Brésil

« La nouvelle route de la soie » conclut la série TVT sur l’ère Xi Jinping en Chine

São Paulo – « La nouvelle route de la soie » est le thème du troisième épisode de la série internationale Ces dernières années – L’ère de Xi, à 21h30 ce lundi (18), à TVT. Le programme présente la stratégie et les changements apportés sous le gouvernement Xi Jinping en Chine. La production de Discovey Channel, États-Unis, et Meridian Production Company, Royaume-Uni, apporte des témoignages d’experts de plusieurs pays et des histoires de travailleurs chinois. L’épisode peut être vu sur la chaîne numérique 44.1 (Grand São Paulo) et sera également disponible sur la chaîne YouTube de TVT.

« La nouvelle route de la soie » montre la dimension de la mondialisation et comment le pays crée un nouvel espace d’articulation et de collaboration avec le monde. Le chapitre commence par les commentaires de l’économiste et professeur Ladislau Dowbor. « La Chine n’a pas de systèmes militaires agressifs, n’a pas beaucoup de bases militaires comme les Américains », note Dowbor. « La Chine a une autre voie. Elle crée un espace de mondialisation et d’articulation avec le reste du monde car elle compte 18% de la population mondiale, c’est déjà la première économie mondiale en équivalent dollar, à parité des capacités d’achat. De plus, il est haut de gamme en termes scientifiques et technologiques », explique l’économiste.

nouvelle route de la soie
Ladislau Dowbor : « Il ne s’agit pas d’aimer ou de ne pas aimer la Chine. Mais pour comprendre le poids que cette économie a dans le monde aujourd’hui »

De cette manière, estime-t-il, il est naturel que le pays entre dans le système collaboratif mondial d’interactions avec la nouvelle route de la soie et la création d’une grande banque internationale d’investissement, que Washington a tenté d’arrêter. « Mais l’idée a fini par attirer la participation de dizaines de pays. En plus de toute l’Asie, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Découvrez les épisodes précédents

Le premier épisode de Ces dernières années – L’ère de Xi, « Os Sentimentos do Povo », a montré comment l’engagement du pays en faveur de politiques publiques fortes a contribué à l’éradication de l’extrême pauvreté. Regarder:

Ladislau Dowbor, qui est professeur à l’Université pontificale catholique de São Paulo (PUC-SP), a visité et effectué des travaux et des recherches en Chine, a commenté que le pays est inconnu car toutes les informations récurrentes dans la presse internationale concernent « l’éternuement  » du président des États-Unis. Ou à propos de la dernière bombe au Moyen-Orient. « Rien de la Chine. Il ne s’agit pas d’aimer ou de ne pas aimer la Chine, mais de comprendre le poids que cette économie a aujourd’hui », explique Ladislau Dowbor.

Le deuxième épisode. « La grande gouvernance de l’énergie », portait sur les transformations scientifiques et technologiques. « Si avant la Chine importait des technologies et exportait des produits avec une main-d’œuvre bon marché à tout le monde sur la base de cette technologie importée, aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Car la technologie est l’axe central de la transformation de la Chine. Ainsi, la Chine a utilisé, en quelque sorte, les contributions d’autres pays, se l’est appropriée, l’a transformée, et c’est pourquoi elle est actuellement à la pointe dans ce domaine », explique Dowbor. Regarder:

Vous pourriez également aimer...