Le Venezuela

La paix avec Israël ne viendra que lorsque la Palestine "sera libre"

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abul Gheit, a déclaré samedi que l'établissement de relations de paix avec Israël est une "option stratégique pour les pays arabes", mais que ce n'est possible que si la Palestine "obtient sa liberté", si elle prend fin à «l'occupation israélienne» et si un État palestinien indépendant avec pleine souveraineté sur ses territoires est établi, EFE se réfère.

"Une paix réelle et durable reste une option stratégique pour les pays arabes (…), mais l'étape des relations de paix arabo-israéliennes ne viendra que lorsque le peuple palestinien obtiendra sa liberté et son indépendance et restaurera ses droits légitimes", a déclaré Abul Gheit dans une déclaration publiée par l'organisation panarabe.

Il a également souligné que le peuple palestinien devait avoir "la pleine souveraineté sur les territoires occupés en 1967" et que Jérusalem-Est en serait la capitale.

Le secrétaire général a rappelé qu '"il y a un rejet arabe complet et unanime des plans d'annexion israéliens" et de toute mesure "unilatérale" visant à "changer le statut des terres occupées par Israël".

Cette déclaration de la Ligue arabe intervient après que le 13, le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé qu'Israël et les Émirats arabes unis (EAU) avaient convenu d'établir des relations diplomatiques, dans le cadre d'un large accord par lequel les autorités Les Israéliens paralyseront l'annexion du territoire palestinien occupé.

Cependant, la Ligue arabe n'a pas fait directement référence à l'établissement de relations entre les deux pays.

Les Émirats arabes unis sont le troisième pays arabe à établir des relations diplomatiques complètes avec Israël, après l'Égypte (1979) et la Jordanie (1994), tandis que les Israéliens se sont également rapprochés ces derniers temps avec d'autres États du golfe Persique tels que l'Arabie saoudite et Bahreïn.

Jusqu'à présent, dans le golfe Persique, seuls Bahreïn et Oman se sont félicités de l'établissement de relations entre les Émirats arabes unis et Israël, mais l'Arabie saoudite et d'autres restent silencieux.

L'accord a été rejeté par les Palestiniens, ainsi que par l'Iran et la Turquie.

Vous pourriez également aimer...