Le Brésil

La pandémie et la crise économique explosent les demandes de destitution de Bolsonaro sur les réseaux sociaux

Carta Capital – Avec le Brésil dépassant la barre des 205 mille morts, la fin de l’aide d’urgence, la montée du chômage et l’ineptie du gouvernement de Jair Bolsonaro, les réseaux sociaux, jusque-là dominés par le bolsonarisme, ont évolué en sens inverse avec une force sans précédent. Les scènes malheureuses de patients atteints de Covid asphyxiant dans des lits à Manaus, ont fait croître la mention du terme «impeachment» de 432% au cours des dernières 24 heures. Sur ce total, seuls 9% étaient des partisans du président Bolsonaro.

L’enquête du cabinet Arquimedes, obtenue exclusivement par Lettre capitale, attire l’attention par la taille des mentions en 24 heures: il y avait 270 mille messages jusqu’à 19h30 ce vendredi (15). À 21 heures, le volume de messages atteignait 320 000. La dernière fois qu’il y a eu une mobilisation aussi forte pour la destitution de Bolsonaro, c’est lorsque l’ancien ministre Sergio Moro a quitté, en avril de l’année dernière, il a atteint 225 000 postes.

Malgré la participation massive de l’opposition, le rôle prépondérant des acteurs extérieurs à ce groupement «politique» sur les réseaux attire l’attention. L’acteur Bruno Gagliasso et le comédien et présentateur Fábio Porchat influencent la plupart du groupe qui appelle à la destitution ou critique le président et le ministère de la Santé.

«Les demandes de mise en accusation proviennent toujours principalement de profils de gauche, mais la présence de profils d’autres horizons politiques, tels que MBL et Vem Pra Rua, est déjà visible. D’autres sont même en dehors du spectre politique de la vie quotidienne comme Fábio Porchat. Aujourd’hui enregistré un record de mentions demandant l’empêchement du président », a expliqué le partenaire du cabinet de conseil Arquimedes, Pedro Bruzzi.

Depuis jeudi, lorsque les scènes terrifiantes de Manaus ont envahi le monde, les messages des parlementaires bolsonars font pression pour et célèbrent le retrait du verrouillage par le gouverneur d’Amazonas, Wilson Lima.

La mesure aurait évité en partie l’effondrement de la capitale. Les messages ont généré une révolte dans les réseaux et ont gonflé les demandes de destitution de Bolsonaro. Actuellement, 60 demandes d’empêchement ont été déposées au Congrès, mais aucune n’a été jugée.

Vous pourriez également aimer...