Le Venezuela

La pénurie comme nouvelles | Dernières nouvelles

L’insistance de la journaliste Mary Pili Hernández à montrer sa connaissance du marché pharmaceutique aurait été couronnée de succès, s’il n’avait pas été pour la personne interrogée de montrer une réalité au-delà de l’intention communicative du communicateur, biaisée en affirmant qu’au Venezuela la pénurie de les médicaments prédominent.

Sur les cinq questions posées à Tito López, président de la Chambre des industries pharmaceutiques, dans le programme Sin Duda, diffusé par Unión Radio, dans la première, il a demandé un aperçu du marché, puis, dans les trois autres, il a nourri chacun question de certains prolégomènes chargés de désir pour López de confirmer la méchanceté de l’Etat et l’orphelinat de ceux qui cherchent des médicaments dans le pays. Seul le dernier a été sauvé, celui des adieux.

López commence les réponses en précisant qu’en 2020, l’industrie pharmaceutique vénézuélienne a augmenté de 19% dans la vente d’unités de médicaments, tirée par la recherche de médicaments pour le traitement de Covid19.

«Au cours de ce premier trimestre 2021, 33 millions d’unités ont été placées. En mars, il y a eu une légère baisse de 6% par rapport au même mois de 2020, alors que par rapport au même mois de 2019, les ventes ont augmenté de 119% après l’annonce de la quarantaine et l’état d’urgence décrété en raison de la pandémie ».

Le président de Cifar a souligné que l’industrie maintient des stocks pendant 90 jours, alors que le prix moyen unitaire se situe à 2,68 dollars, parmi les plus bas d’Amérique latine, tout en admettant que sa valeur chère élevée par rapport au salaire minimum vénézuélien.

Malgré ce qui a été dit, à ce moment-là, Hernández intervient pour réaffirmer que « … les gens se plaignent du prix des médicaments, de la difficulté à se les procurer », auquel López souligne l’existence de réseaux de pharmacies où ils vendent à bas prix. inférieure à la moyenne du marché. Il cite à titre d’exemple: «Ici, au Venezuela, nous produisons de l’acétaminophène et nous le vendons jusqu’à cinq fois moins cher que dans le reste des pays d’Amérique latine».

Pour donner un contexte explicatif des prix et de la production, le président du Cifar explique que 96% des intrants de l’industrie sont importés et que pour les acheter, ils doivent payer à l’avance et en devises. « Même ainsi, il n’a cessé de distribuer et d’approvisionner les 4 750 pharmacies opérant dans le pays. »

Avant la consultation sur les relations avec le gouvernement, López a souligné qu’ils sont cordiaux. «Nous avons travaillé main dans la main à la recherche d’une solution au problème du diesel, avec le soutien du bureau du contrôleur de la santé, à l’élaboration de plans d’importation de produits d’urgence pour approvisionner les médicaments produits par les transnationales qui se sont retirées du pays. Ainsi, la pénurie qui existait il y a cinq ans, lorsqu’elle atteignait 75%, n’est plus observée.

«Ils (les transnationales) sont partis et maintenant il y a de nouveaux acteurs nationaux qui ont dû faire des efforts titanesques pour résoudre les échecs que ces entreprises ont générés sur le marché. Il peut y avoir une pénurie de certains produits pour les maladies catastrophiques, mais aujourd’hui, il y a beaucoup plus de quantité et de variété. Il appartient même au médecin et au patient de décider quoi acheter ou non ».

À ce moment-là, Hernández a de nouveau demandé un avis sur la pénurie de médicaments pour des maladies autres que Covid19, et après une longue exposition, il a mis l’accent sur les antifongiques vaginaux, qui, a-t-il déclaré: «Ils ne sont pas disponibles. Les trouver, c’est comme gagner un prix de loterie. « 

Avant l’appréciation du journaliste, López répond: «Comme je l’ai mentionné au début, nous n’avons pas arrêté de produire des médicaments pour les maladies chroniques. Ici au Venezuela, ils fabriquent des antifongiques, analgésiques, antihypertenseurs, anti-diabète, anti-inflammatoires, pour l’arthrite. Nous produisons et obtenons le clotrimazole qui est utilisé pour la mycose vaginale. Sauf dans les cas isolés où la demande dépasse l’offre ou les hormones qui ne sont pas produites dans le pays, les produits existent et il y a beaucoup plus de variété. Nous ne sommes pas comme il y a cinq ans », répète-t-il.

A ce stade, le journaliste lui reproche: « C’est le diagnostic que vous faites de la situation d’aujourd’hui », et demande aussitôt: « Comment voyez-vous la réalité dans six mois, l’année prochaine? »

«L’année 2020 s’est clôturée par une vente de 134 millions d’unités. Nous pensons qu’en 2021 il y aura une croissance de 7% à 10%, atteignant entre 150 et 152 millions d’unités. À l’heure actuelle, les politiques sont en cours de révision pour stimuler l’industrie nationale. Parlez-vous de la rareté. Ce n’est pas ce qui va se passer ».

Jusqu’à là. Les questions sont terminées.

Vous pourriez également aimer...