Le Brésil

La pertinence de Fiocruz dans la production d’informations

São Paulo – « Nous vivons un moment unique de notre génération, qui sera certainement revisité dans 100 ans et plus », déclare le chercheur et professeur à l’École nationale de santé publique Sergio Arouca de la Fondation Oswaldo Cruz (Ensp/Fiocruz) , Margareth Portela à propos de la pandémie de covid-19. Margareth fait partie de l’Observatoire Covid-19 de Fiocruz, une source récurrente de RBA pour l’élaboration de nouvelles sur la réalité du pays pendant cette période. L’initiative a permis, depuis le début de la pandémie, d’orienter la production journalistique et la société avec des informations fiables produites par des scientifiques de différents domaines.

L’Observatoire est produit par la Fiocruz Health Channel depuis avril 2020, très proche de la déclaration de l’OMS sur la pandémie en mars. « Nous faisons quelque chose d’important. Parfois, nous avons l’impression de faire la chose la plus importante de notre vie professionnelle. Nous sommes dans une institution extraordinaire. Il y a notre côté en tant que fonctionnaire, en tant que chercheur. Nous avons vu la covid arriver et nous devions faire quelque chose », rapporte-t-il au podcast CoronaFatos de Fiocruz. « L’idée était d’ajouter. Au début, on cherche des alternatives, des chemins. Aujourd’hui, cependant, nous avons aussi le souci de laisser de la documentation », complète-t-il.

Fiocruz contre les fake news

Margareth explique que l’initiative a été conçue selon quatre axes centraux. Dans ceux-ci, des scientifiques ont été impliqués non seulement de la Fiocruz, mais d’autres entités universitaires et de la société civile. « Epidémiologie et surveillance ; organisation des services et actions de contrôle ; sécurité des patients et sécurité des travailleurs; et réseaux sociaux et diffusion (…) L’observatoire a été conçu comme un espace pour les chercheurs de différentes unités, de différents domaines de contribution, d’une grande diversité ».

En plus de subventionner la société en information, Fiocruz sert de référence dans la lutte contre les fake news qui ont inondé le pays et le monde pendant la pandémie. En fait, les questions de l’Observatoire ont commencé à être utilisées comme instruments pour le pouvoir judiciaire. «Nous avions un groupe thématique sur la santé autochtone qui a subventionné la Cour suprême fédérale (STF) dans ses décisions. Cette production est agrégée dans l’observatoire », précise-t-il.

posture prudente

Margareth estime que la situation actuelle pour covid-19 est «bien meilleure, sans l’ombre d’un doute. Cependant, il y a encore beaucoup d’inquiétude. Ces dernières semaines, notre discours a été le même. Cela s’est amélioré, mais nous avons toujours peur des revers. Nous n’aurons pas un autre mois de mars. La vaccination est un fait qui change beaucoup (…) Nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle augmentation des cas, même si dans une autre condition. Nous ne sommes pas non plus exempts de variantes. Donc, nous avons un discours plus prudent. Nous avons défendu le passeport vaccinal comme mesure de protection collective ».

Épisode complet du podcast CoronaFatos, par Fiocruz :

Vous pourriez également aimer...