Le Brésil

La Plaza de Mayo accueille Lula, Mujica, Fernández et Cristina Kirchner pour célébrer la démocratie

São Paulo – L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (PT), le président de l’Argentine, Alberto Fernández, et sa vice-présidente, Cristina Kirchner, ont partagé un événement politique ce vendredi (10), sur la Plaza de Mayo en commémoration des 38 ans de La démocratie argentine et la Journée internationale des droits de l’homme. Dans son discours, Lula a déclaré qu’à partir de l’an 2000, avec des gouvernements socialistes, humanistes et progressistes, l’Amérique latine a atteint « son meilleur moment de démocratie ». Il a cité les différents dirigeants qui ont régné au cours de la période au cours de laquelle les nations ont « expulsé » la ZLEA, ont mis en avant le Mercosur et le Celac, « avec Cuba, sans les États-Unis et le Canada ». Lula a rappelé Néstor et Cristina Kirchner, Hugo Chávez (Venezuela), Evo Morales (Bolivie), Michelle Bachelet (Chili), Mujica lui-même ou encore l’Uruguayen Tabaré Vászquez.

L’ancien président uruguayen Pepe Mujica a également assisté à la cérémonie et il lui appartenait d’appeler le Brésilien au micro, après avoir lui-même salué la démocratie. Selon Mujica, le régime « ne peut pas être parfait, parce que nous, les humains, ne sommes pas parfaits, mais jusqu’à présent, nous n’avons pas trouvé de meilleur système », a-t-il déclaré, paraphrasant le Premier ministre britannique de la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill.

Reçu à la tête de l’Etat, Lula participe à un événement politique au cœur de Buenos Aires

Lula a remercié la solidarité argentine lorsqu’il a été détenu dans les locaux de la police fédérale, à Curitiba, entre 2018 et 2019, « victime de la même persécution que Cristina a été et est victime en Argentine ». Il s’est notamment entretenu avec Alberto Fernández, qui, en pleine campagne de candidat à la présidence de la République, s’est rendu dans la capitale du Paraná pour rendre visite à Lula. « Ce n’était pas prudent, il était candidat à la présidence de l’Argentine et il a eu le courage de me rendre visite en prison », a déclaré Lula.

« Scène de joies et de tragédies »

Devant des milliers d’Argentins qui se pressaient sur la Plaza de Mayo, la charismatique ancienne présidente et actuelle vice-présidente, Cristina, a prononcé un discours fort et émouvant. Il a déclaré que la place où l’événement a eu lieu était « une scène de grande joie et aussi de tragédies argentines », en référence à la dictature et à la lutte des Mères de la Plaza de Mayo.

Elle a évoqué l’histoire récente du pays, qui jusqu’en 2019 était dirigé par le néolibéral Mauricio Macri, et a comparé la période à la dictature militaire. « Puis la nuit est allée à nouveau en Argentine (avec Macri). Et la différence par rapport à notre jeunesse, c’est qu’avant, les gouvernements nationaux populaires étaient délogés par des coups d’État militaires. Cette fois, ils ne sont pas venus avec des uniformes et des bottes, ils sont venus avec les médias hégémoniques pour construire des images », a-t-il déclaré.

le rôle des médias

L’ancien président a raconté une histoire faite par Lula, sur la couverture des principaux journaux brésiliens et sur la persécution de l’ancien président en alliance avec l’opération Lava Jato. Dans une situation similaire et au centre d’attaques successives des médias traditionnels, Cristina elle-même fait l’objet de persécutions judiciaires dans son pays. « Il n’était plus nécessaire de faire ce que les dictatures latino-américaines ont fait. Il n’était pas nécessaire de faire disparaître et de torturer qui que ce soit.

La nouvelle méthode de persécution des dirigeants populaires, a-t-il ajouté, consiste à attaquer dans les journaux et à la télévision. « D’abord, il est condamné dans les médias, non pour la disparition physique, mais pour la disparition politique des dirigeants. Ce sont les nouvelles formes de persécution. Mais ce n’est pas grave, nous revoilà. Les gens reviennent toujours », a ajouté Cristina.

Dans le processus de négociation avec le Fonds monétaire international, le président Alberto Fernández a promis : « Nous ne négocierons rien qui compromette la croissance sociale et le développement de l’Argentine. Nous allons remplir des obligations que d’autres ont assumées, mais pas au détriment de l’éducation publique, de la santé, des salaires. L’Argentine de l’ajustement (budgétaire) appartient à l’histoire », a-t-il assuré.

Découvrez la participation de Lula à l’acte culturel sur la Plaza de Mayo en commémoration des 38 ans de démocratie en Argentine et de la Journée des droits de l’homme :

Vous pourriez également aimer...