Le Brésil

La pollution par les plastiques pourrait doubler d’ici 2030 dans le monde –

São Paulo – Un rapport publié par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) cette semaine souligne que la pollution causée par les plastiques devrait doubler d’ici 2030 dans le monde. Aujourd’hui, ils constituent la partie la plus importante, la plus nocive et la plus persistante des débris marins, représentant au moins 85 % du total des déchets dans les océans.

Le document, intitulé « De la pollution à la solution : une évaluation globale des débris marins et de la pollution plastique », souligne que les plastiques contribuent également au changement climatique. À partir d’une analyse du cycle de vie du matériau, les chercheurs ont conclu que la production de plastique était responsable de l’émission de 1,7 gigatonne d’équivalent CO2 en 2015, ce qui devrait passer à environ 6,5 gigatonnes d’ici 2050. Ce nombre représenterait 15 % de la bilan carbone mondial total, la quantité de gaz à effet de serre pouvant être émise tout en maintenant le réchauffement dans les limites des objectifs de l’Accord de Paris.

Les auteurs de l’étude préviennent également que le recyclage à lui seul n’est pas le moyen de résoudre la crise de pollution causée par le matériau, rappelant que des modalités telles que celles biodégradables, par exemple, représentent une menace chimique similaire à celle des plastiques conventionnels.

Urgent

Selon la directrice exécutive du PNUE, Inger Andersen, l’évaluation publiée « fournit l’argument scientifique le plus solide à ce jour pour l’urgence d’agir et vise une action collective pour protéger et restaurer nos océans ».

Elle souligne qu’une préoccupation majeure est de savoir ce qui arrive aux produits tels que les microplastiques et les additifs chimiques, connus pour être toxiques et dangereux pour la santé humaine, ainsi qu’une menace pour la faune et les écosystèmes.

« La vitesse à laquelle la pollution plastique des océans attire l’attention du public est encourageante. Il est vital que nous utilisions cet élan pour nous concentrer sur les opportunités d’un océan propre, sain et résilient », affirme Andersen.

Impacts de la pollution plastique

Le rapport met en évidence les risques connus liés à la pollution plastique, qui menacent toute la vie marine, du plancton et des coquillages aux oiseaux, tortues et mammifères, qui peuvent faire face à de graves risques d’empoisonnement, de troubles du comportement, de faim et d’étouffement. Les coraux, les mangroves et les herbiers marins sont étouffés par des résidus qui les empêchent de recevoir de l’oxygène et de la lumière.

Les humains sont également directement touchés, car la matière peut être ingérée par les fruits de mer, les boissons et même le sel commun. Il peut également pénétrer dans la peau et être inhalé lorsqu’il est en suspension dans l’air. Dans les sources d’eau, ce type de pollution peut provoquer des changements hormonaux, des troubles du développement, des anomalies de la reproduction et même des cancers, rappelle l’étude.

La recherche souligne la nécessité d’une réduction immédiate des plastiques, avec une transformation de l’ensemble de la chaîne de valeur qui implique leur production. D’autres investissements doivent être faits dans des systèmes de surveillance plus robustes et efficaces pour identifier les sources, l’échelle et le devenir du plastique.

Les auteurs avertissent qu’il est encore nécessaire de promouvoir le changement vers des pratiques de consommation et de production durables, en plus du développement et de l’adoption d’alternatives par les entreprises et une plus grande sensibilisation des consommateurs pour permettre des choix plus responsables.

Avec des informations de UN News

Vous pourriez également aimer...