Le Brésil

La privatisation d’Eletrobras «  est une négociation  », déclare le directeur d’Urbanistas

São Paulo – La Chambre des députés a approuvé, jeudi matin (20), la mesure provisoire 1.031 / 2021, selon le rapport du député Elmar Nascimento (DEM-BA), qui permet la privatisation d’Eletrobras. Si le Sénat veut que le texte n’expire pas, il doit voter jusqu’au 22 juin, date à laquelle le député perd sa validité. Le modèle adopté était le modèle de capitalisation, avec l’émission de nouvelles actions de la société, destinées à être vendues sur le marché, sans la participation de la société. En conséquence, le contrôle de l’actionnariat peut sortir des mains du gouvernement fédéral, bien que le texte approuvé garantisse le droit de veto sur les décisions de l’assemblée générale par le biais de recours collectifs spéciaux appelés part en or.

Mais, derrière la complexité du texte approuvé qui rend possible la privatisation d’Eletrobras, la vice-présidente de la Confédération nationale des urbanistes (CNU), Fabíola Antezana, voit des raisons pour lesquelles les partisans de la proposition ne parlent pas. «La seule chose que nous pouvons voir, c’est la négociation», dit-il. À l’approche du processus électoral de 2022, le texte semble correspondre aux intérêts politiques, a-t-elle déclaré. Il crée des fonds pour répondre aux intérêts des régions, et les fonds seront alloués au ministère du Développement régional, qui, dans la première version du rapport, irait à la Société de développement des vallées de São Francisco et Parnaíba (Codevasf), une société d’État impliquée. dans le soi-disant «tratoraço» », Comme le budget parallèle est devenu connu.

Afin d’éviter le risque de voir le texte rejeté, le rapporteur a été contraint de renoncer à l’intention d’allouer l’argent à Codevasf. Le «traitement», révélé par L’État de S. Paulo, aurait prévu 3 milliards de reais d’amendements pour les services de construction et les achats de tracteurs et de machines agricoles. Les lieux d’application des valeurs seraient définis par les parlementaires eux-mêmes. Codevasf est contrôlé par Centrão et accède aux fonds alloués aux travaux dans les réservoirs du Nord-Est et de Furnas. «Il y a un homme d’affaires qui veut vendre ses centrales thermiques, un parlementaire qui veut recevoir ses fonds, puisqu’il a besoin de faire campagne, et il y a des actionnaires qui sont très intéressés par ce processus de privatisation d’Eletrobras pour augmenter leur part au sein de l’entreprise, « dit Fabíola.

Mais le changement de rapporteur, allouer les fonds au ministère du Développement régional, au final, ne change pas la donne, de l’avis du leader. «Au lieu d’allouer la ressource à Codevasf, elle va au ministère. Je viens de faire un détour. C’est un excellent plan. On ne se lasse pas de dire que c’est une négociation avec l’argent public », dit-il. «S’il ne s’agissait que du processus de privatisation, ce serait déjà une perte énorme pour le pays, d’un point de vue stratégique, de souveraineté. Eletrobras possède 50% des réservoirs d’eau du pays. Considérant qu’une crise de l’eau approche en 2022, la laisser entre les mains du secteur privé est un risque pour la société dans son ensemble », évalue-t-il.

Pourquoi l’urgence?

Le modèle de privatisation d’Eletrobras dans le texte approuvé par la Chambre est le même que celui du projet de loi 5877/2019, que le gouvernement Bolsonaro a envoyé au Congrès en 2019, mais n’a pas progressé. Le gouvernement a alors «forcé» la procédure en éditant un député. «Eletrobras a dégagé des bénéfices réguliers, n’a manqué de respecter aucun calendrier d’investissement, a distribué ses dividendes aux actionnaires et a les meilleurs taux d’exploitation du marché. Alors, quelle est l’urgence de faire face à la privatisation de cette manière et avec cette urgence? », Demande le leader du CNU.

L’opposition a tenté d’éviter l’approbation du texte dans la salle. Le chef du PT Bohn Gass (RS) a protesté que le député n’avait pas été discuté. Mais le président de la Chambre, Arthur Lira (PP-AL), a justifié la rapidité en faisant valoir que les sessions du comité sont limitées en raison de la pandémie de coronavirus.

Avant l’approbation du député, l’Association des ingénieurs et techniciens d’Eletrobras (Aesel) a envoyé une note technique aux parlementaires selon laquelle le prix de l’électricité au consommateur sera plus cher d’au moins 14% dans les trois prochaines années avec la «privatisation» d’Eletrobras. «La vente de l’entreprise, chargée de la gestion et de l’exploitation d’un secteur stratégique, est un crime contre l’avenir et le développement du pays. Nous allons maintenant voter sur les amendements proposés », a écrit le membre du Congrès Marcelo Freixo (Psol-RJ) sur Twitter.

Lire la suite:

Vous pourriez également aimer...