Le Brésil

La recherche souligne la nécessité de la participation des communautés locales à la gestion des zones de préservation – #Jornal da USP

L’étude a été choisie par les chercheurs comme un instrument pour mieux comprendre les relations de la communauté avec la justice sociale et les priorités dans la conservation de ces zones. Selon eux, il est nécessaire d’établir des stratégies efficaces dans les activités quotidiennes des parcs pour réduire les barrières entre la direction et les communautés.

Bruna estime qu’une plus grande interaction avec la communauté autour du parc est une stratégie pour de plus grands avantages pour la population elle-même, car les aires protégées représentent la manière dont de nombreuses personnes « finissent par avoir un contact avec la nature ». Si ce contact est négatif, avec des restrictions populaires sur la gestion, prévient le chercheur, le sens de « nature protégée » peut être négatif ou indifférent aux communautés. En cas de déforestation et d’exploitation minière illégales ou encore de travaux à coût environnemental élevé, la mobilisation populaire ne sera pas à la hauteur « pour que cette zone soit protégée, pour que la conservation ait effectivement lieu ».

Les résultats de la recherche sont dans la thèse de maîtrise La dimension humaine dans la conservation de l’environnement : une analyse multidimensionnelle de la relation entre les parcs d’État et les communautés voisines

Écoutez l’interview des chercheurs dans le lecteur ci-dessous pour Jornal da USP no Ar, édition régionale.

Vous pourriez également aimer...