Le Brésil

La recherche USP contribuera à la rigueur scientifique dans le domaine de la sécurité publique – Jornal da USP

Les projets sont parmi les 23 approuvés dans le programme de coopération universitaire en sécurité publique et sciences médico-légales pour générer des connaissances, établir des protocoles dans le domaine et fournir une évaluation médico-légale avec crédibilité et sécurité juridique.

Par Brenda Marchiori

La recherche aidera à la formulation de protocoles – Photo : Luiz Silveira/Agence CNJ via Flickr CC

.

Les taux de criminalité élevés au Brésil appellent à une meilleure analyse des preuves provenant des scènes de crime. La préservation de ces sites est essentielle pour maintenir l’adéquation des traces, qui peuvent être analysées par des experts criminels dans le cadre d’enquêtes et ils sont essentiels dans les procès pénaux.

La rigueur scientifique dans ces inspections apporte fiabilité, rapidité, réduction des coûts et supprime également la possibilité d’illégalité dans les tests, une grande avancée en termes de préservation des droits de l’homme. Dans ce contexte, les chercheurs du Département de chimie de la Faculté de philosophie, sciences et lettres de Ribeirão Preto (FFCLRP) de l’USP ont beaucoup à apporter et ont lancé deux projets de recherche pour générer des connaissances, établir des protocoles dans le domaine et également fournir des services médico-légaux. évaluation avec crédibilité et sécurité juridique.

Les projets sont parmi les 23 approuvés dans le Programme de coopération universitaire en sécurité publique et sciences médico-légales (Procad) donne Coordination pour le perfectionnement des personnels de l’enseignement supérieur (Capes).

Marcelo Firmino de Oliveira, professeur à la FFCLRP – Photo : Disclosure / FFCLRP

Dans Analyse de scène de crime : développement de méthodologies de collecte, de conservation et non destructives pour les protocoles de traitement des microtraces, coordonné par le professeur Marcelo Firmino de Oliveira, l’objectif est « la recherche et le développement de nouvelles méthodes d’analyse des micro-traces sur les scènes de crime. Parmi les micro-traces figurent l’analyse des sols, les résidus de tirs d’armes à feu, les résidus d’explosifs, en utilisant des techniques de collecte et d’analyse non destructives ».

Le chercheur se souvient de l’importance de la méthodologie scientifique utilisée dans l’analyse des preuves, des matériaux utilisés par les tribunaux pour élucider le plus grand nombre de faits sur l’événement qui fait l’objet d’une enquête et d’un jugement. « La responsabilité d’évaluer de manière critique le travail d’expert, de discuter des défauts éventuels dans son exécution logique et scientifique, appartient aux opérateurs de la loi », explique Oliveira. Cependant, « la méthodologie scientifique doit satisfaire l’ensemble de la société afin de fournir une évaluation médico-légale avec crédibilité et sécurité juridique ».

Génétique médico-légale

Épigénétique de l’ADN et phénotypage médico-légal : application de la méthylation des îlots CpG et des promoteurs pour prédire l’âge et la pigmentation de la peau à partir du tissu épithélial C’est coordonné par le professeur Celso Teixeira Mendes Junior et vise à générer des connaissances pour améliorer la capacité de prédire les phénotypes, c’est-à-dire d’indiquer les caractéristiques observables d’un organisme à partir d’échantillons biologiques trouvés sur des scènes de crime.

Mendes Junior explique que, dans de nombreux cas, des traces biologiques sont trouvées sur les scènes de crime. « Ces traces peuvent être des preuves essentielles pour l’identification de l’agresseur. » Le chercheur donne comme exemple les échantillons d’ADN collectés, qui permettent « d’analyser un ensemble de marqueurs génétiques qui ont un grand pouvoir discriminant, c’est-à-dire qu’ils permettent de différencier et d’individualiser les êtres humains, générant un profil ADN très informatif qui va être comparé au profil de l’ADN du suspect ».

Celso Teixeira Mendes Junior, professeur et chercheur à la FFCLRP – Photo : Disclosure / FFCLRP

Lorsque le profil ADN du suspect ne correspond pas, le professeur rappelle que la Banque nationale de profils génétiques (BNPG) peut être utilisée, liée au Réseau intégré de banques de profils génétiques (RIBPG), qui compte plus de 100 000 profils génétiques enregistrés. Mais il prévient que, compte tenu de la taille de la population brésilienne, l’agresseur pourrait ne pas avoir son profil enregistré au BNPG.

Pour cette raison, en plus des témoignages, l’enseignante souligne la prédiction de phénotypes, « comme l’âge de l’agresseur et la couleur de sa peau, de ses yeux et de ses cheveux », comme indispensables à la « production d’informations pouvant contribuer à la direction des enquêtes policières ».

Actuellement, il existe déjà des outils permettant, à partir de matériel génétique, d’établir une prédiction de la couleur des yeux, des cheveux et de la peau d’une personne, ce qui peut aider les enquêtes policières. Cependant, comme l’explique l’enseignant, «les outils prédictifs existants ont une précision limitée lorsqu’ils sont appliqués à la population brésilienne ».

Dans ce cas, quand méthodologies d’identification des individus et de saisie des criminels s’ils s’avèrent peu concluants et qu’il n’y a pas de nouveaux indices, le phénotypage médico-légal pourrait apporter de nouvelles informations, comme proposé dans le projet, fournissant des prédictions sur d’éventuels délinquants.

Les résultats de l’enquête, évalue Mendes Junior, « peut avoir un impact significatif sur les enquêtes policières », car « en plus de faire progresser les connaissances en matière de prédiction de la pigmentation et des phénotypes d’âge, il entend aborder les aspects éthiques et juridiques de cette technologie, en vue de son application potentielle dans les enquêtes sur les crimes en notre pays, ce qui se traduit par la promotion de la sécurité publique ».

L’étude est menée en collaboration avec des chercheurs de la FFCLRP ; Faculté de médecine de Ribeirão Preto (FMRP) à l’USP ; Université de Brasilia (UnB); Université d’État du Midwest (Unicentro)/Institut de recherche sur le cancer de Guarapuava (Ipec); Université d’État de São Paulo (Unesp), à Botucatu; Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, Espagne ; Université de Toronto à Mississauga, Canada; et les unités officielles d’enquête criminelle, la Direction technico-scientifique de la Police fédérale et la Police scientifique du Paraná.

À propos du programme

Procad est un partenariat entre la Coordination des Personnels de l’Enseignement Supérieur (Capes) avec le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique (MJSP), par le biais du Secrétariat national à la sécurité publique (Senasp) et de la police fédérale. Le but est promouvoir la coopération universitaire-scientifique entre les établissements d’enseignement supérieur et de recherche brésiliens et les agences de sécurité publique, générer un soutien aux projets visant à constituer des ressources humaines qualifiées pour la recherche scientifique et le développement technologique dans les domaines de la sécurité publique et des sciences médico-légales au Brésil. L’initiative vise également à préserver lal’ordre public et la sécurité des personnes et des biens par l’action intégrée des agences de sécurité publique et de défense sociale, en lien avec la société civile.

Vous pourriez également aimer...