Le Brésil

La régionalisation du système municipal d’eau et d’égouts – Jornal da USP

Le chroniqueur dit qu’il reste beaucoup à faire dans ce sens puisque le modèle adopté jusqu’à présent ne sert pas de référence

Le Brésil compte 35 millions de personnes qui vivent sans accès à l’eau courante et 100 millions de personnes qui vivent sans accès à la collecte des eaux usées. Ces chiffres cachent une réalité qui est claire quand on parle d’accès à l’eau courante, à l’eau du robinet et quand on parle d’égouts.

Les deux doivent être traités séparément. C’est une chose de collecter les eaux usées des maisons, qui doivent être acheminées là où elles peuvent être traitées avant d’être rejetées dans les rivières, les ruisseaux et la mer. Cependant, la situation est beaucoup plus compliquée car une grande partie des eaux usées collectées non traitées tombe dans la nature dans l’environnement. Juste pour avoir une idée en termes de traitement des eaux usées, seulement 42 % de ce qui est collecté est traité.

Le cadre réglementaire de base de l’assainissement fixe l’objectif que, d’ici 2033, 99 % de la population soit desservie par l’eau courante et 90 % par l’assainissement, à charge pour toutes les municipalités de prouver qu’elles peuvent le faire avec leur système actuel. S’ils ne parviennent pas à atteindre cet objectif, ils doivent entrer dans ce qu’on appelle la régionalisation, c’est-à-dire des forfaits d’assainissement avec d’autres villes afin qu’une entreprise privée puisse s’occuper du système d’eau et d’égouts de la ville.

« La régionalisation a à voir avec l’équilibre financier de l’entreprise, car la plupart des personnes et des communes qui ont la situation d’assainissement la plus insuffisante ont des revenus très faibles, avec très peu de possibilité de payer le tarif de l’eau et de l’assainissement, donc la question posée ici est la le tarif, l’élément central du problème », évalue Raquel Rolnik.

Un exemple, selon Raquel, est la ville d’Ouro Preto, qui vit actuellement une véritable guerre de l’eau au moment où la Société municipale d’assainissement d’Ouro Preto a été privatisée. « Cela ne peut pas être le paramètre central du service d’eau et d’assainissement au Brésil », souligne-t-il.


ville pour tous
La colonne ville pour tousavec le professeur Raquel Rolnik, est diffusé tous les jeudis à 8h30 sur Rádio USP (São Paulo 93,7 FM ; Ribeirão Preto 107,9 FM) et également sur Youtube, produit par Jornal da USP et TV USP.

.

Vous pourriez également aimer...