La Colombie

La vaccination: un défi commun

La vaccination est le protagoniste du moment. Le monde suit de près ce processus car c’est le seul outil clair et connu dont nous disposons pour faire face à la pandémie de Covid-19 qui a si gravement affecté la Colombie et le monde. Pour revenir à la normale, il faut vacciner à grande vitesse, la majeure partie de la population.

Depuis que nous avons appris que les premiers vaccins avaient franchi plusieurs étapes pour être approuvés par les autorités sanitaires mondiales, nous nous demandons comment nous nous en sortirions dans ces négociations. Après de nombreuses nouvelles à ce sujet et une certaine angoisse en voyant que d’autres pays ont commencé à vacciner, le gouvernement a lancé le Plan national de vaccination, les produits biologiques ont commencé à arriver en Colombie et le travail acharné a commencé.

Lundi 12 avril, plus de 5 millions de doses de différents laboratoires étaient arrivées dans le pays. Cela a été le point de départ d’une tâche qui pour beaucoup semble simple, mais qui cache une très grande complexité. Pour réfléchir à l’ampleur de la question, pendant les dix premiers jours du mois d’avril, le Gouvernement national a livré 3 873 802 doses aux départements et 3 041 349 ont été appliquées, soit 78% du total. Plus de 800 000 vaccins à appliquer montrent que la tâche n’est pas simple.

S’il existe de nombreux processus dans lesquels le système pourrait être plus efficace, il faut reconnaître que dans le cas de la vaccination contre Covid-19, une opération logistique sans précédent a été mise en œuvre.
Il est pertinent de souligner la tâche sérieuse des régies régionales de la santé. À Cali, par exemple, nous avons vérifié le bon fonctionnement des méga centres de vaccination: un outil pour vacciner en toute sécurité et qualité des milliers de Caleños.

L’établissement de liens avec le secteur privé est stratégique pour soutenir ce processus. Ce qu’implique «donner des vaccins» ne doit pas être sous-estimé, en plus de ne pas oublier le principe d’équité, l’organe directeur du Plan National de Vaccination.

Jusqu’à présent, la participation du secteur privé peut se faire de deux manières. La première, selon le décret publié par le gouvernement, passe par l’acquisition de vaccins, et la logistique subséquente pour leur application, sous la responsabilité de l’acheteur / importateur. Une option qui ne semble pas viable à court terme, en raison du manque de disponibilité mondiale des vaccins. Le second moyen, par un soutien logistique, rend plus efficace l’application des vaccins acquis par l’État colombien.

En ce sens, ProPacífico, avec le soutien du Secrétariat de la santé de Cali et en partenariat avec la Fondation Valle del Lili, a lancé un projet pilote qui espère se développer et devenir une référence nationale. Nous vaccinons environ 900 personnes de plus de 70 ans et utilisons la capacité installée inutilisée. Ces jours-là, nous avons vécu de près la réalité des secrétaires de santé des communes et des départements du pays, ainsi que des responsables et directeurs des IPS agréés. L’une des conclusions: le processus de vaccination n’est pas facile et se heurte à des obstacles. Quelques exemples: faible contactabilité des patients, non-respect des rendez-vous, désinformation sur l’efficacité et les effets du vaccin, entre autres. À ce qui précède s’ajoute la subdivision par périodes de cinq ans qui a rendu de plus en plus difficile la recherche de personnes souhaitant se faire vacciner dans le groupe de population actuel pour cette phase de vaccination. Cela a rendu le processus encore plus lent.

L’objectif commun devrait être de vacciner le plus de Colombiens possible dans les plus brefs délais. Le gouvernement national doit assurer l’achat et la livraison des vaccins à un bon rythme et les régions doivent vacciner rapidement. Pour y parvenir, nous devons travailler ensemble, les secteurs public et privé, dans ce défi majeur. Nous ne pouvons oublier qu’au fur et à mesure que les phases avancent, de plus en plus de citoyens auront besoin de leurs doses de vaccination et que tous les mécanismes fiables devront être utilisés pour atteindre cet objectif commun, sans oublier que la désinformation continue d’être un ennemi caché. Tant que l’achat de vaccins par le secteur privé n’est pas possible, l’appel est de soutenir la logistique de la vaccination et sans aucun doute nous le ferons #BetterJuntos.

* Directeur de ProPacífico
.Suivez sur Twitter @MariaIUlloa

Vous pourriez également aimer...