Le Brésil

L'acte d'enseigner devient un moyen de subsistance et d'intégration des réfugiés – Jornal da USP

Par Margareth Artur – Portal de Revista USP

Apprenez à faire du pain arabe: les réfugiés syriens utilisent l'art de l'enseignement comme une opportunité de gagner leur vie et de s'intégrer à la culture brésilienne – Photo: Reproduction

Dans l'article Apprenez à vivre dans un nouveau monde, Le professeur Célia Regina Toledo Lucena, du Centre d'études rurales et urbaines de l'USP (Ceru), traite de certaines données d'une enquête menée par des organisations de migrants dans la ville de São Paulo. Le texte apporte quelques expériences de réfugiés syriens qui utilisent l'art de l'enseignement comme une opportunité de gagner leur vie et de s'intégrer à la culture brésilienne. Parmi les activités proposées par les réfugiés, on trouve des cours de danse, des recettes de cuisine et l'enseignement de la langue arabe elle-même.

Le texte apporte des rapports historiques sur le déplacement de la population syrienne dans le monde, soulignant comme certaines des causes les conflits générés avec la guerre civile syrienne, qui a débuté en 2011. Ensuite, il analyse certaines expériences menées par les réfugiés syriens: «Apprenez à faire le pain maison de Syrie »,« Voyage à Damas »et« Danse rituelle du Moyen-Orient ». L'article a été publié dans le volume 31 de la revue Cahiers Ceru, à partir du 3 septembre 2020.

Danse rituelle du Moyen-Orient – Photo: Reproduction

Selon l’auteur, il est nécessaire d’examiner comment se déroule le processus de «replantation» de la culture du réfugié dans un autre pays, car «les identités contemporaines sont instables, multiculturelles et« transfrontalières ». Les pratiques choisies par les migrants à développer «définissent la habitus (manière d'être d'un individu lié à un groupe social) incorporés dans leur petite enfance et sont des moyens de transférer les sacs des migrants ». «Apprendre à faire du pain syrien fait maison» est une tâche typique d'intégration et reconnue culturellement et ethniquement dans les communautés ou groupes de réfugiés.

Celia mentionne différents cours dispensés par des réfugiés de divers pays, en plus de l'accent mis sur le témoignage concernant les cours sur la culture arabe donnés par Yaman, une femme syrienne. Il a également été possible d'en savoir un peu plus sur la culture des Mexicains, des Africains et des Vénézuéliens dans les cours diffusés sur les sites Web des ONG mentionnées dans l'article. Les réfugiés apprennent "à apprendre à vivre dans un nouveau monde", explique-t-il.

Enfin, l'auteur affirme que «les pratiques culturelles vécues dans un autre contexte stimulent l'imagination, l'inventivité, la créativité et l'échange d'informations et de connaissances», expériences qui conduisent à la construction d'une société civile multiculturelle, dans laquelle la valorisation est indispensable et le respect des différences culturelles.

Article /

LUCENA, C. "Apprenez à vivre dans un nouveau monde". CERU Notebooks, São Paulo, Vol. 31, n. 1, p. 268-280, 2020. Consulté le: 09 sept. 2020.

Plus d'informations: Célia Lucena, chercheuse au Centre d'études rurales et urbaines de l'USP et médiatrice au Groupe Migrations et Identités (Ceru-USP). Courriel mclucena @ usp.br


Magazines USP
La section RRecherche USP est un partenariat entre Jornal da USP et USP Agency for Academic Information Management (Águia) qui présente des articles d'auteurs de différentes institutions publiés dans les périodiques de Portail du magazine USP.

.

.

.

Vous pourriez également aimer...