Le Brésil

L’Allemagne fermera ses dernières centrales nucléaires en 2022

Esquerda.net – Fin 2021, trois des six dernières centrales nucléaires d’Allemagne ferment. Les usines de Brokdorf, Gröhnde et Gundremmingen ferment au bout d’environ 35 ans et de nombreuses luttes sociales. Fin 2022, les trois autres fermeront, celles de Neckarshaim 2, Isar 2 et Gunremingen C. Si ces fermetures annoncées se concrétisent, une ère s’achèvera avec elles.

L’énergie nucléaire a été présentée comme une énergie d’avenir et a toujours eu une hall puissant à son service, beaucoup jurant d’être «l’énergie propre et sûre» dont le monde avait besoin.

Les mouvements écologiques s’y sont toujours opposés, soulevant des questions sur la sécurité et la possibilité d’accidents, sur la durée inimaginable des déchets radioactifs, sur les effets désastreux de l’extraction de matériaux nécessaires comme l’uranium, sa relation avec les armes nucléaires entre autres.

Et si l’accident de Tchernobyl en 1986 pouvait encore être présenté par certains comme un simple problème de décadence de la technologie soviétique, l’accident de Fukushima, en 2011, à la suite d’un tremblement de terre et d’un tsunami, a fait le discours sur la sécurité absolue de ces installations.

D’une position ultra-minoritaire dans la société, la position anti-nucléaire est devenue un consensus auquel désormais seule l’extrême droite échappe. En Allemagne, le SPD, le parti social-démocrate, a changé de position autour de Tchernobyl. Mais lorsque Gerhard Schröder est arrivé au gouvernement, en 1998, et s’est associé aux Verts, un parti fortement influent dans le mouvement contre le nucléaire, la fin du nucléaire était considérée comme tellement progressiste qu’elle l’est restée jusqu’à aujourd’hui. Il a ensuite été allégué qu’un accord avait été recherché avec les grandes entreprises propriétaires de ces installations.

En 2001, ceux-ci ont fini par accepter de se désactiver après 32 ans de fonctionnement. Mais avec Merkel au pouvoir et avec son soutien des libéraux de la CDU et du FDP, la fermeture a été retardée pendant des années. Fukushima a été le choc décisif et après que Merkel a reculé et que les réacteurs ont commencé à être arrêtés, 30 parmi les centrales nucléaires, les prototypes et les réacteurs expérimentaux ont pris fin ces dernières années.

Cependant, 2022 ne marquera que la fin des centrales nucléaires, et non du nucléaire, soulignent les écologistes. Arne Fellermann, du groupe environnemental Bund, souligne qu' »il y aura toujours des usines d’enrichissement d’uranium en Allemagne comme celle de Gronau » et « un réacteur de recherche à Garching qui fonctionne toujours avec de l’uranium suffisamment pur pour fabriquer des armes nucléaires ».

De plus, les travaux de démantèlement des installations dureront des années. A Gundremmingen, par exemple, les opérations vont s’éterniser jusqu’en 2040.

Vous pourriez également aimer...