L’Assemblée générale de l’ONU suspend la Russie du Conseil des droits de l’homme

La participation de la Russie au Conseil des droits de l’homme a été suspendue par décision des pays de l’ONU, une mesure presque sans précédent et avec laquelle les États-Unis et leurs alliés cherchent à continuer d’imposer des sanctions à Moscou en réponse à son invasion de l’Ukraine.

Par 93 voix pour, 24 contre et 58 abstentions, l’Assemblée générale des Nations unies a approuvé l’initiative promue par Washington, dépassant la majorité des deux tiers nécessaire pour réaliser cette exclusion.

Ainsi les choses, La Russie devient le deuxième pays suspendu du Conseil des droits de l’homme depuis sa création en 2006, après la suspension du Libyen Mouammar Kadhafi en réponse à la répression des manifestations de 2011.

La décision est fondée sur « des violations graves et systématiques des droits de l’homme » commis par les troupes russes en Ukraine et c’est d’autant plus important que la Russie est l’une des grandes puissances des Nations unies.

L’ambassadeur ukrainien auprès de cet organe, Sergiy Kyslytsya, a déclaré avant le vote que « la Russie ne commet pas seulement des violations des droits de l’homme, mais ébranle également les fondements de la paix et de la sécurité internationales ».

Il convient de rappeler que la possibilité d’exclure la Russie du Conseil des droits de l’homme a commencé à être évoquée il y a des semaines, mais les États-Unis n’avaient pris aucune décision jusqu’à cette semaine. Le massacre présumé qui a eu lieu dans la ville de Bucha, près de Kiev, est devenu connu. , où les troupes russes sont accusées d’avoir assassiné des centaines de civils.

Pour sa part, Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que le Kremlin qualifie cette décision d' »illégale » et de « politique ». des pays de l’ONU à suspendre leur participation au Conseil des droits de l’homme, en réponse à des « crimes de guerre » présumés.

La Russie considère la résolution comme « une mesure visant à punir expressément un État membre souverain de l’ONU qui mène une politique intérieure et étrangère indépendante » et considère que le Conseil « a été pratiquement monopolisé par un groupe de pays qui l’utilisent à leurs propres fins . circonstancielle ».

« La loyauté sincère de la Russie envers la défense et la promotion des droits de l’homme nous empêche de continuer à faire partie d’un mécanisme international qui est devenu l’exécuteur de la volonté dudit groupe de pays », ajoute la lettre du gouvernement de Vladimir Poutine.

★★★★★