La Colombie

L'Atlético de Madrid bat Barcelone

L'Atlético de Madrid a montré que, aujourd'hui, il peut être considéré comme le candidat numéro un au titre de LaLiga Santander, par match, par efficacité, par force, par voracité, par sérieux et par sobriété, vertus qu'il a exhibées dans le Metropolitan Wanda pour battre Barcelone (1-0), qui est remarquablement touché.

Bien que la Real Sociedad continue de mener avec les mêmes points et pourrait maintenir la distance si elle gagne ce dimanche à Cadix, l'équipe de l'Argentin Diego Pablo Simeone est celle qui présente les meilleurs chiffres, compte tenu du fait qu'elle a reporté deux matches.

Et aussi celui qui offre les meilleures sensations. Non seulement il a prolongé sa séquence de matches de championnat sans perdre à 24. Il a également ajouté sa cinquième victoire consécutive et Simeone a finalement battu l'équipe catalane en Liga. Il l'a également fait avec solvabilité contre un Barcelone qui n'a pas moins de neuf points de retard sur les rojiblancos.

Même pas l'absence, en raison du covid-19, de l'Uruguayen Luis Suárez, cette saison la référence au but après son arrivée de Barcelone même, a réduit d'un iota l'épreuve sportive, qui a complété un autre match magnifique contre Leo Messi, Antoine Griezmann et compagnie.

Le Barça a parfois menacé, mais seulement cela. Il n'a pas pu écraser la meilleure défense du tournoi et le gardien slovène Jan Oblak. L'équipe du Néerlandais Ronald Koeman, dont le projet n'a pas encore vraiment démarré, reste touchée. Et aussi, aux défaites d'Ansu Fati ou Sergio Busquets a été rejoint par Gerard Piqué, qui a dû abandonner après 59 minutes de blessure au genou droit après que l'Argentin Ángel Correa soit tombé sur lui.

Le but dans le prolongement de la première moitié du Belge Yannick Carrasco, qui a profité d'un long ballon pour vaincre dans sa sortie précipitée vers le but allemand Marc André Ter Stegen et marquer à distance sur un but vide, a été la récompense de cette magnifique mise en scène et d'un évolution qui ne cesse de porter ses fruits.

Le Real Madrid a obtenu un point grâce à sa visite à Villarreal, l'une des équipes qui s'est le plus renforcée cette saison. La cravate (1-1) peut être une pierre d'achoppement si le verre est à moitié vide ou un résultat acceptable s'il est à moitié plein.

Zinedine Zidane a présenté un onze sans sa colonne vertébrale -Sergio Ramos, Casemiro, Karim Benzema, Fede Valverde- et sans Luka Lovic, ainsi qu'avec des joueurs courts en forme après avoir laissé des blessures ou épuisés, parmi lesquels Eden Hazard. Malgré tout, il a commandé pendant une bonne partie du match grâce au but précoce de l'espagnol-dominicain Mariano Díaz (m.2), qui a profité du titre pour réclamer.

L'équipe d'Unai Emery est allée plus loin, peu à peu elle générait des occasions claires et déjà en seconde période, il a profité du fait que le Real Madrid manquait de soufflet, après avoir donné une nouvelle impulsion avec les changements, à égalité avec un penalty du gardien belge Thibaut Courtois -précipité dans son départ- sur le Nigérian Samu Chukweze qui a transformé Gérard Moreno. Une fois de plus, une pénalité maximale, après les trois concédés lors de la dernière journée avant la pause à Mestalla contre Valence, l'a séparé de la victoire.

Les tableaux laissent Villarreal troisième à un point -sans matches en attente- et le Real Madrid quatrième -avec un report-.

Séville maintient son élan. Il a enchaîné sa deuxième victoire consécutive à Ramón Sánchez Pizjuán en s'imposant 4-2 contre un bon Celta. La première de l'entraîneur argentin Eduardo «Chacho» Coudet dans l'équipe de Galice – il ne pouvait pas s'asseoir sur le banc car il n'avait pas toute la documentation remplie – offrait des pousses vertes qui le faisaient rêver lors de certaines phases de victoire.

Le bon départ de l'équipe de Séville, avec un but du défenseur français Jules Kounde (m.6), a été gâché par une erreur du gardien tchèque Tomas Vaclik, qui a mis Iago Aspas (m.10) au marbre. En grandissant, le Celta a pris la tête avec une cible d'un autre ancien joueur andalou, Manuel Agudo 'Nolito' (m.36), mais la foi du Marocain Youssef En-Nesyri a envoyé le match même à la mi-temps.

La poussée de Séville a trouvé le prix à la fin. Une chaussure de Sergio Escudero, légèrement déviée par le Péruvien Renato Tapia, a mis fin à la résistance et au rêve de Celta et aussitôt, au contraire, Munir El Haddadi a scellé le 4-2 qui représente un nouveau coup de pouce pour Lopetegui et une punition sévère pour son rival, installé dans la zone de relégation.

La session du samedi de cette dixième journée a commencé par un match nul à la Ciutat de Valencia entre Levante et Elche, un affrontement dans lequel Gonzalo Melero a rapidement avancé les locaux et, dans une autre action arrêtée, «  Tete '' Morente , a offert la récompense au tableau de l'Argentin Jorge Almirón.

C'est la première fois de son histoire que Levante a quatre égalités consécutives en Première Division. Contre le Celta, Grenade et Alavés, il en égalisa également un.

EFE • Colombia.com • Sam, 21 / Nov / 2020 18h38

Vous pourriez également aimer...