Le Brésil

L’autoritarisme contre l’université fait l’objet d’un cours en ligne gratuit

São Paulo – La Editora Expressão Popular, en partenariat avec la Fondation Rosa Luxemburgo, assurera la promotion du cours à partir de jeudi (29). L’autoritarisme à l’Université : le défi de vulgariser la défense de l’enseignement public. La formation sera offerte en ligne, gratuitement et ouverte au public via les réseaux sociaux de l’éditeur et de la fondation et sur le facebook du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST).

Le cours est basé sur le livre homonyme de Roberto Leher, publié en 2019, dans le cadre de la Collection Emergências. Dans cette série, la proposition est de discuter de questions cruciales pour le Brésil à partir de perspectives peu médiatisées dans les médias commerciaux. Dans le cas de l’œuvre de Leher, le thème dialogue avec le scénario actuel de menaces croissantes à l’exercice de la liberté académique et de la chaire.

Le livre rappelle qu’avant même d’assumer la présidence de la République, toujours en campagne électorale, Jair Bolsonaro a consacré « une bonne partie de ses quelques mots » à déclarer la guerre à 69 universités fédérales. L’offensive s’est cependant accélérée avec des réductions du budget des institutions et l’empêchement d’élections démocratiques pour le choix des recteurs. Mais dans le livre, l’auteur tente de répondre à ce qui a conduit le président, parmi le grenier d’ennemis créé par lui-même, à privilégier le conflit avec l’instruction publique et la science. La proposition est que cette question soit le point de départ du cours pour susciter des débats, de nouvelles lectures et aussi susciter des formes de résistance.

Dans le livre L’autoritarisme à l’Université : le défi de vulgariser la défense de l’enseignement public, professeur à l’UFRJ récupère également l’histoire de la structuration de l’enseignement supérieur et analyse le scénario actuel de la marchandisation de l’enseignement

attaques contre les universités

Pour Leher, qui est également professeur de politiques publiques de l’éducation à la Faculté d’éducation et du programme d’études supérieures de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), il s’agit d’une offensive « qui tente en réalité de délégitimer l’existence d’un savoir capable. de rendre le monde réel pensable. Et c’est évidemment une question profondément politique. Fondamentalement, l’argument est que la science est une fiction verbale », observe-t-il.

Sous le gouvernement Bolsonaro, la production académique des institutions fédérales était qualifiée de « désordre » et les milieux scolaires étaient accusés de faire un « voyou ». Dans une autre forme de contrôle, le ministère de l’Éducation a commencé à donner la préférence aux deuxième et troisième noms des listes triples avec des candidats pour le presbytère. Contrairement aux gouvernements précédents, qui nommaient, par respect pour le processus démocratique des universités, les mieux votés lors d’élections internes. De 2019 à aujourd’hui, 18 des 50 recteurs qui ont pris leurs fonctions, soit 36%, n’ont pas été parmi les mieux votés. Et sept d’entre eux n’avaient même pas participé au processus de consultation publique avec la communauté universitaire.

économie de l’autoritarisme

Le livre prévient cependant que ce projet autocratique de « fondamentalisme du noyau politique du gouvernement » a « une complémentarité très étroite avec le fondamentalisme économique ». Collaborateur à l’École nationale Florestan Fernandes, chercheur au CNPq et coordinateur du Collectif de recherche en marxisme et éducation à l’École d’éducation de l’UFRJ, Leher montre que ces attaques visant à vider les universités publiques sont liées à « l’institution d’un autre néolibéralisme qui permettre une accumulation à partir du capital extrêmement féroce et sauvage. Comme c’est le cas, par exemple, avec la réforme du travail et l’amendement constitutionnel 95 qui déconstruit l’État brésilien ».

Leher prévient que depuis le gouvernement de Michel Temer, en 2016, les unités et les investissements dans le domaine social sont financièrement étouffés. « C’est aussi une déconstruction de tout ce qui garantit un concept d’État social, comme la réforme de la sécurité sociale elle-même. En d’autres termes, une attaque est en cours et la prochaine étape que le gouvernement entend mettre en œuvre est la réforme administrative. L’Etat brésilien est en pleine refonte », prévient-il.

Dans ce démantèlement, ajoute-t-il, l’idée est « qu’il n’y a pas d’institutions scientifiques et technologiques capables de projeter des futurs. Ou anticiper des scénarios pour que la société brésilienne et mondiale puisse trouver des alternatives à un moment où l’humanité a besoin d’alternatives ».

Test de résistance

Malgré le diagnostic, l’idée du module est aussi de pointer des stratégies de résistance des universités publiques. Le cours se poursuivra avec des entraînements les 6 et 13 octobre, toujours à 19h30, et aura également la participation d’autres enseignants. Parmi eux, l’éducateur Daniel Cara, professeur à l’Université de São Paulo (USP) et leader de la Campagne nationale pour le droit à l’éducation. L’ouvrage souligne que les deux premières manifestations nationales contre le gouvernement Bolsonaro, toujours en 2019, étaient en faveur des universités et de l’enseignement public. La proposition est que le cours réfléchisse aussi sur les rapports de forces pour faire face à cet autoritarisme.

« Nous ne pouvons pas être prisonniers d’un présentisme qui nous conduit clairement à une situation très dévastatrice pour les droits de l’homme et pour les conditions mêmes d’existence de la population et de toute la biodiversité qui caractérise la vie sur la planète Terre », conclut le professeur.

suivre le cours

Vous pourriez également aimer...