La Colombie

L’autre monstre

17 janvier 2021 – 06h55
Pour:

Luis Guillermo Restrepo Satizábal

Aux côtés du danger de Trump en tant que dirigeant qui a renversé la loi dans le pays le plus puissant de la planète, se trouvent les géants de la technologie qui accumulent le pouvoir le plus dangereux de l’histoire de l’humanité. C’est la communication de milliards de personnes qui capturent vos données, les vendent et les espionnent avec l’excuse de fournir un service pour lequel elles devraient être reconnaissantes.

Donald Trump a été président des États-Unis grâce à la fabuleuse entreprise de ce qu’ils appellent les réseaux sociaux, un euphémisme qui cache ce qui est le poison qui contamine la technologie. Avec l’excuse d’offrir un service sans coût apparent, ils ont séduit l’humanité et avec la possibilité de communiquer, de construire de faux personnages, d’utiliser les potins déjà, de publier des photos, d’offrir une autre façon d’exister à travers un réseaux dans lesquels évolue le monde moderne.

Mais derrière cela, ils ont créé un monstre qui prend en charge les données des gens et les transforme en une entreprise qui les propose aux annonceurs, aux entreprises légitimes et illégitimes, aux manipulateurs, à quiconque paie pour cela. À ceux qui veulent utiliser ces réseaux pour mener une politique de haine, à ceux qui ont l’intention de créer le monde du mensonge, à ceux qui veulent vendre quelque chose n’importe où sur la planète.

La star de ce monde sombre où le citoyen doit renoncer à sa vie privée ou n’existe pas, est ou était Trump. Quatre-vingt-cinq millions d’abonnés sur Twitter, je ne sais pas combien sur Facebook, sur YouTube, sur Instagram, à partir de visites et de requêtes sur Google, ils ont aidé leurs propriétaires à développer leurs réseaux, peu importe ce qui y était cuisiné, ni plus ni moins cet espace de conspiration contre la démocratie qui protège les ambitions de ses propriétaires.

Et ils lui ont permis de se choisir grâce à la manipulation habile des utilisateurs. Ils lui ont vendu une base de données phénoménale à manipuler à sa guise et à créer l’image d’un personnage anti-établissement. Comme ils le font avec les millions de personnages qui vivent sur les réseaux avec des mensonges, des calomnies, le monde souterrain des fausses nouvelles, le président des États-Unis a été autorisé à faire tout ce qu’il voulait, à commencer par la désinformation flagrante et l’infamie comme argument. .

Maintenant, ils le chassent comme un chien à la fin de ses règles. Il ne leur est plus utile, il est sans défense et sert à démontrer leur pouvoir. Ils l’ont fait taire alors qu’on découvre que la prise de contrôle du congrès gringo a été rendue possible par les réseaux sociaux qu’ils gèrent. Là, il a semé la haine pendant cinq ans, a profité de la permissivité pour créer les groupes qui ont attaqué le centre du pouvoir dans une démocratie parlementaire. Ces entreprises lui ont donné l’espace pour convoquer le complot qui ferait de Trump le Maduro des États-Unis, profitant des faiblesses de la démocratie qui gouverne la première puissance mondiale.

Trump est tombé et ces réseaux continuent d’utiliser leur pouvoir. Et à côté des services qui sont déjà nécessaires, ils continuent à permettre le trash, la haine et la désinformation. Ce sont les maîtres de la communication qui exploitent leurs utilisateurs avec l’excuse de leur offrir des services déjà indispensables, au milieu d’une ambition de richesse et de puissance sans limites.

Science-fiction, réalisme magique, surréalisme, tout ce que vous voulez. C’est le monstre qui a été créé en donnant à quelques-uns le droit à la liberté d’expression et de communication, fondements de la société moderne.

Suivez @LuguireG sur Twitter

Vous pourriez également aimer...