Le Brésil

L'avortement légal en Argentine est le résultat d'une «  construction historique '' de mouvements

São Paulo – Le traitement du projet de loi qui entend légaliser l'interruption volontaire et gratuite de grossesse jusqu'à la 14e semaine, en Argentine, a eu un impact sur la discussion du sujet dans d'autres pays de la région, dont le Brésil. Si le Sénat adopte la législation, le pays rejoindra l'Uruguay, Cuba, la Guyane et la Guyane française, où l'avortement légal est déjà une réalité. Pour l'historienne et scientifique de la religion Bruna David, co-fondatrice du collectif Fé.ministas, le nouveau chapitre que l'Argentine a ouvert la semaine dernière dans le débat sur la dépénalisation, avec l'approbation de la Chambre, montre que les lignes directrices relatives aux droits sexuels et reproductifs doivent être combattu tout le temps.

Dans une interview avec Maria Teresa Cruz, Journal actuel du Brésil, Bruna, qui est également écrivain, traducteur et producteur de contenu éditorial, souligne que l'ordre du jour n'est arrivé qu'à ce moment-là grâce à l'articulation et au courage politique de débattre de la légalisation de l'avortement. "Ce n'est pas de la magie," soudain, le président élu s'est réveillé et a pensé à légaliser l'avortement ". C'est la construction historique des mouvements sociaux en Argentine », souligne-t-il.

Jeudi dernier (10), pour la deuxième fois en deux ans, une mer verte de femmes est revenue occuper les principales villes du pays pour réclamer l'interruption volontaire de grossesse. En 2018, un autre projet de loi de dépénalisation a également été approuvé par la Chambre, mais bloqué par le Sénat. L'ordre du jour, cependant, est devenu une promesse électorale du président Alberto Fernández. Une fois élu, le représentant s'est engagé dans les mouvements et a envoyé le projet de loi à l'Assemblée législative. Adopté par 131 voix, le projet de loi est actuellement débattu par les commissions sénatoriales. Selon le journal Page 12, la prévision est que d'ici le 29 décembre, la légalisation de l'avortement sera votée.

Vague verte de l'histoire

La procédure suit les progrès réalisés par l'Argentine sur les questions de genre. «Quand vous regardez les médias, vous remarquez la langue. Il y a tout un mouvement de prise de conscience des gens pour ouvrir davantage ces sujets », explique-t-il. Selon l'historienne, ce processus est également associé à ce qu'elle appelle la «conscience politique» de l'histoire du pays.

Bruna rappelle que l'Argentine travaille à la préservation des souvenirs, y compris les critiques à son égard, en débattant du génocide pratiqué contre la population noire aux horreurs de la dictature militaire (1976-1983). «C'est exactement ce type de chose qui conduit à la vague verte», évalue-t-il.

Le poids de la morale chrétienne brésilienne

Cette préoccupation historique est également ce qui la distingue du Brésil voisin. «La mentalité brésilienne n'a pas cette conscience politique. Nous avons toujours une société esclavagiste, pouvons-nous dire. Nous sommes arrivés dans une salle de classe et avons appris que la princesse Isabel était la sauveuse de la population noire, toutes ces conneries. Et nous ne faisons que mémoriser l'histoire », observe-t-il.

«Voir certains pays autour de nous comme l'Uruguay et l'Argentine, il n'y a pas ça. Ils ont une recherche de pensée critique, je pense que c'est la grande différence. Et il est triste de dire que Paulo Freire est brésilien. Le grand gars de l'éducation est brésilien et nous avons un très gros échec dans l'éducation qui est imprégné d'une morale, qui ne vient pas forcément de l'école, mais de la famille », ajoute-t-il.

L'historien et scientifique de la religion prévient que la discussion sur l'avortement lui-même est imprégnée d'un type de discours moral, très basé sur le christianisme, qui déjà dans les années 1960, avec le régime militaire brésilien, a avancé comme moyen de contrôler le corps des femmes. les femmes et les groupes LGBTQIA +, avec le soutien également des médias traditionnels. C'est cette alliance, selon elle, qui est responsable de la diffusion des discours qui appelleront la lutte pour l'avortement «meurtre de bébés». Une attaque reproduite par des personnalités comme l'extrémiste Sara Winter et, récemment, le membre du Congrès Eduardo Bolsonaro (PSL-SP), qui s'en est servi pour critiquer l'Argentine.

Le militantisme est pour le droit de choisir

«Personne ne se bat ici pour que la femme fasse la procédure, le combat est pour que les femmes aient le droit de choisir ou non. Parce que celles qui meurent le plus des suites de la criminalisation de l'avortement sont les femmes noires et pauvres. Ce que nous cherchons, c'est de contenir les dégâts. Nous sommes une société d'avortement. Nous voulons contrôler que personne ne meurt », souligne-t-il. «Nous luttons pour la liberté des femmes, des hommes trans, de toutes les personnes qui veulent se faire avorter, non seulement lorsqu'elles subissent des violences, lorsqu'elles sont en danger de mort ou que le fœtus est en danger. C'est pour que les gens aient ce choix et ne soient pas en danger, que c'est un problème de santé publique, pas une affaire criminelle.

L'historienne rappelle cependant que malgré le poids du discours conservateur au Brésil, «il y a une résistance» de la part des mouvements féministes qui guident le débat. À El País, la députée de la Chambre nationale au Mexique pour le parti du Mouvement des citoyens, Martha Tagle, a également souligné que la décision en Argentine peut avoir un impact positif sur la «marée verte» dans le sud. Mais il a averti qu'en plus d'engager les mouvements, le soutien de la classe politique est également nécessaire.

«Le problème est que de nombreuses personnes croient encore que parler d'avortement entraînera un coût politique élevé et que nous vivons dans un pays très conservateur. Mais ce que l'Argentine nous a montré aujourd'hui est le contraire, parler des droits des femmes dans la région a beaucoup de sens. Le mouvement féministe a démontré qu'il existe une génération de jeunes femmes conscientes de leurs droits et refusant de démissionner », a souligné la députée.

Découvrez l'interview

Rédaction: Clara Assunção. Édition: Glauco Faria

Vous pourriez également aimer...