Le Brésil

Lawfare en Amérique latine : le droit comme arme de guerre

« La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens » (Clausewitz). Vous avez probablement entendu cette phrase, ou si vous ne l’avez pas fait, vous pourriez être d’accord avec l’affirmation selon laquelle la guerre et la politique sont étroitement liées. Dans un autre texte, nous avons apporté la conceptualisation de loi, un mot qui s’est exprimé dans le milieu militaire américain, mais qui s’est étendu aux discussions politiques contemporaines. En termes simples, la loi signifie le l’utilisation du droit comme arme de guerre, généralement au nom d’un discours de sécurité nationale et de protection de l’État contre l’ennemi.

Dans ce texte, nous comprendrons le parti pris politique que porte le terme et pourquoi l’Amérique latine est considérée comme un terrain fertile pour son application. Pour cela, nous utiliserons la version inversée du slogan : la politique, c’est la guerre par d’autres moyens. Après tout, les dernières années ont montré que de nombreux conflits armés ont été remplacés par des conflits politiques tout aussi meurtriers – même dans des pays démocratiques comme l’Amérique latine.

Pourquoi le droit est-il un concept politique ?

Le concept de lawfare est expliqué sous les angles les plus divers. Dunlap, un militaire américain, considéré comme le « père » du terme, a utilisé la loi pour critiquer le discours du droit international des droits de l’homme qui le mécontentait, car il délégitimait les interventions militaires américaines et israéliennes. Il a fait valoir, par exemple, que la loi dans le contexte afghan a pris la forme de manipuler les victimes civiles pour faire croire que les États-Unis ont violé les normes juridiques et éthiques.

A contre-courant de la pensée militaire américaine, le couple Comaroff il a écrit sur l’utilisation des instruments du droit par des groupes puissants à des fins politiques. On rapporte, par exemple, que même au XVIIIe siècle, les peuples de langue tsawana se référaient aux accessoires juridiques des Anglais – tribunaux, papiers et contrats – comme le guerre à l’anglaise. Ainsi, on peut dire que l’instrument juridique a été utilisé de manière coercitive pour la conquête et le contrôle des peuples autochtones.

Une troisième perspective est celle du droit des insurgés, lorsqu’un groupe minoritaire utilise des instruments juridiques contre des groupes puissants à la recherche de transformations sociales. Siri Gloppen il voit, par exemple, des individus de la société civile qui agissent « de bas en haut », utilisant le droit principalement dans les grands procès.

Ainsi, il est impossible de reconnaître une seule dénotation pour le droit, car le phénomène est étroitement lié au contexte dans lequel il s’insère et qui le prononce. Il existe donc des variations dans la caractérisation conceptuelle, avec une incidence des « regards » les plus divers. Définir ce qui est ou n’est pas du droit dépend de la position politique dans laquelle vous vous trouvez.

Cependant, synthétiquement, le concept qui est le plus utilisé aujourd’hui, et qui sera désormais adopté, est celui de instrumentalisation du droit à des fins stratégiques politiques qui représentent un danger pour les bases démocratiques, comme cela sera expliqué ci-dessous.

L’utilisation des médias en droit

Une partie du cœur du phénomène juridique est occupée par le influence médiatique. Les médias grand public cherchent à homogénéiser l’opinion publique et à porter des coups à un ennemi, déchirant toute image positive qu’il a.

Voici ce qu’on appelle la « post-vérité », lorsque les croyances personnelles prennent le pas sur les faits objectifs. La vérité perd de son importance et laisse place aux « fake news ». Eugenio Raúl Zaffaroni, juriste argentin et juge à la Cour interaméricaine de justice, commente que « les fausses nouvelles créent la réalité, car la communication est un champ de lutte où chacun essaie de créer la réalité selon ses intérêts ».

Il ne fait aucun doute que de fausses informations ont toujours circulé, mais ces dernières années ont été marquées par des niveaux qui n’ont jamais été atteints. Une enquête menée par le Massachusetts Institute of Technology (MIT) Media Laboratory et publiée dans Science Magazine, basée sur l’analyse des rumeurs publiées sur Twitter entre 2006 et 2017, a conclu que les fausses informations se dissipent six fois plus que les vrais.

De même, une enquête réalisée par la Fondation Getúlio Vargas sur le processus électoral brésilien de 2018 a mis en évidence la prolifération de fausses informations :

« Avec ce type de manipulation, les robots créent le faux sentiment d’un large soutien politique à une certaine proposition, idée ou personnalité publique, modifient le cours des politiques publiques, interfèrent dans le marché boursier, répandent des rumeurs, de fausses nouvelles et des théories du complot, génèrent de la désinformation. et la pollution du contenu, ainsi que d’attirer les utilisateurs vers des liens malveillants qui volent des données personnelles, entre autres risques.

Donc, dans la logique du droit, pour accéder au pouvoir, ou y rester, on utilise le médias et diffusion via les réseaux sociaux comme instrument principal. Pour cela, il profite d’une certaine vulnérabilité politique de la population, qui aspire au changement et à la satisfaction de ses convictions, pour que l’information soit encore plus diffusée. Il utilise également la prétendue légitimité des médias pour poursuivre l’ennemi prétendument coupable.

Ainsi, en plus du jugement judiciaire – qui parfois n’a même pas lieu – le sujet se soumet à la jugement des médias et à jugement de l’opinion publique. De même, des photos horribles, des discours mal prononcés et des vêtements inadéquats sont représentés, capables de générer la répulsion contre l’ennemi. Par conséquent, les médias sont le canal par lequel la loi s’infiltre pour combattre l’ennemi.

A ce sujet, comme le disent Zanin, Martins et Valim :

« Dans ce scénario, il faut garder à l’esprit que les grands conglomérats médiatiques peuvent avoir des intérêts économiques dans la délégitimation ou la destruction d’un ennemi, qu’il soit commercial ou politique. Ainsi, lorsque l’on parle des médias comme d’une aide à la guerre juridique, ou lawfare, cet aspect doit également être pris en compte dans l’analyse dans son ensemble.

Il convient de rappeler que dans les véritables démocraties constitutionnelles, l’ennemi ne devrait même pas exister, car il n’y aurait aucune distinction dans l’attribution des droits aux personnes. C’est l’argument soulevé par Raul Zaffaroni, qui voit le droit comme introduire la dynamique de la guerre dans l’état de droit. Le penseur argentin, en exposant sa théorie de la criminologie critique, comprend que la Loi a toujours séparé les individus reconnus comme « hostiles », leur refusant la condition humaine.

En ce sens, dans la pratique du droit, toutes les armes sont dirigées contre un ennemi qui, avec l’aide des médias, passe d’ennemi d’un groupe de personnes à ennemi commun. Comme l’écrit Andrew Korybko, analyste politique :

« Est-ce là-bas [guerra indireta] il permet à un adversaire de vaincre l’adversaire sans lui faire face directement, économisant ainsi les ressources qui seraient dépensées dans une confrontation directe ».

En d’autres termes, le succès ne passe plus par la destruction d’unités ennemies – dans le moule de la guerre traditionnelle – mais par des coups indirects qui secouent et déséquilibrent l’ennemi, jusqu’à ce que l’opportunité d’une attaque décisive se présente.

Droit en Amérique latine

Sans surprise, en Amérique latine, les instruments de la colonisation ont laissé des cicatrices qui brûlent depuis plus de cinq cents ans. L’histoire colonisatrice de la région a laissé un terrain fertile pour le développement de plusieurs processus de pouvoir non démocratiques. Un exemple est le déroulement d’innombrables coups d’État militaires, dont les effets se font sentir aujourd’hui.

Les vestiges des dictatures émergent comme un État d’exception, qui distingue le démocrate de l’autoritaire. De tels espaces d’autoritarisme et de non-démocratie – vides de droit et de droits – coexistent avec la société démocratique. Comme l’explique Pedro Serrano :

« (…) au sein des démocraties occidentales contemporaines, l’État d’exception coexiste comme une permanence biopolitique, qui tend à traiter de larges contingents de la population comme une « vie nue », c’est-à-dire des personnes vivantes privées de protection politique, juridique et même théologique, réduites à une simple condition de vie biologique.

Ces espaces d’autoritarisme peuvent cependant être plus ou moins importants, selon le niveau de développement de la démocratie dans le lieu analysé. Les pays périphériques, comme ceux d’Amérique latine, sont des cibles plus puissantes pour l’installation de l’exception permanente.

Dans les veines ouvertes de l’Amérique latine, selon Zaffaroni, courent deux modèles antagonistes : l’un de démocratie constitutionnelle formelle, qui s’applique aux puissants et aux contrôleurs du système ; et l’exception, de l’Etat policier, qui suspend les droits des ennemis

Ainsi, pour l’auteur, dans les démocraties jeunes et mal consolidées, il serait plus facile d’opérer les manœuvres du droit des institutions, visant surtout des fins politiques et économiques privées. En d’autres termes, ce scénario serait plus vulnérable à l’établissement et au maintien de régimes d’exception soutenus par la loi. Cela signifie que la loi pourrait être utilisée pour légitimer plus facilement des pratiques antidémocratiques et autoritaires.

Le droit latino-américain se caractérise par des négociations de procédure pénale, en particulier des accords de négociation de peine et des arrestations préventives. Comme vous pouvez le voir à partir des données, la réalité latino-américaine est celle des détenus, pas des condamnés. Le dernier rapport sur la population carcérale réalisé par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a souligné que 36% de la population carcérale en Amérique latine n’a pas encore été condamnée, ce qui signifie un manque d’accès à la justice. Elis Carranza met en avant les données de la Bolivie (79% de la population carcérale non condamnée) et du Paraguay (71%).

La conséquence en est des prisons surpeuplées, qui violent quotidiennement les droits des individus. Carranza rappelle la situation carcérale extrêmement grave vécue par les pays d’Amérique latine et des Caraïbes : 23 des 32 pays avaient des cellules surpeuplées au cours de la période d’enquête, avec une attention particulière au Salvador (298 détenus pour 100 places), au Guatemala (190 détenus pour 100 places) places ), Panama (180 détenus pour 100 places), Nicaragua (179 détenus pour 100 places), République dominicaine (178 détenus pour 100 places) et Brésil (168 détenus pour 100 places).

C’est donc en ce sens que le droit est perçu comme une menace réelle pour les démocraties latino-américaines, ainsi que pour la construction historique de la démocratie mondiale. Pour Pedro Serrano, professeur de droit constitutionnel à la PUC-SP, par exemple, la loi met la démocratie en grave danger d’érosion et, par conséquent, elle doit être combattue afin de « réaffirmer les piliers de l’État de droit démocratique ».

LES RÉFÉRENCES

ZAFFARONI, Eugenio Raul. Criminologie : approche par la marge

ZAFFARONI, Eugenio Raul. L’ennemi en droit pénal

TIEFENBRUN, Susan. Définition sémiotique de Lawfare

L’INTERCEPT BRÉSIL. La loi ? Le pouvoir judiciaire influence les élections en Amérique latine

SYSTÈME JUDICIAIRE ET ÉTAT D’EXCEPTION – PUCSP. Conférence en direct : Néolibéralisme, Exception et Droit – le droit comme stratégie de guerre politique

ROMANO, Silvina M. Lawfare : guerre judiciaire et néolibéralisme en Amérique latine

SERRANO, Pedro Estevam Alves Pinto. L’autoritarisme du net et les nouvelles modalités de la pratique de l’exception au XXIe siècle

SERRANO, Pedro Estevam Alves Pinto. Autoritarisme et coups d’État en Amérique latine : un bref essai sur la juridiction et l’exception

AUDIOVISUEL NUESTRAMERICA. La Guerra Judicial en Latinoamerica – Lawfare In the Backyard

MATOS, Erica do Amaral. Lawfare : une introduction au sujet et une approche de la réalité brésilienne

MARTINS, Cristiano Zanin ; MARTINS, Valeska Teixeira Zanin ; VALIM, Rafael. Lawfare : une introduction

KORYBKO, André. Guerres hybrides : des révolutions de couleurs aux coups d’État

GLOPPEN, Siri. Conceptualiser le droit : une typologie et un cadre théorique

DUNLAP JR., Charles J. Droit et interventions militaires : Préserver les valeurs humanitaires dans les conflits du XXIe siècle

CARRANZA, Elias. Situation pénitentiaire en Amérique latine et dans les Caraïbes


Vous pourriez également aimer...