Le Venezuela

Le basketball créole dit au revoir à Leonardo Rodríguez

Crédits: Luis Vargas
Leonardo Rodríguez, M. Basketball, n'a jamais semblé être submergé par un bureau rempli de dossiers avec des tâches en attente et des problèmes non résolus. Il a prêté juste assez d'attention à chacun d'eux, seulement pour ajouter immédiatement un aperçu d'une nouvelle idée, un plan de livre, quelques notes pour sa prochaine colonne. Avant le soir, il ne restait qu'une légère trace de poussière sur sa table de travail.

Il y a du temps dans la vie pour tout, disait-il.

Ce samedi, lorsqu'il a expiré son dernier souffle, nous rappelons toute la fécondité que cet homme a faite de son temps vital, avec l'élan et la discipline qui le caractérisaient, et la passion et l'humour avec lesquels il a embrassé chaque engagement et entreprise qu'il a entrepris et assumé. .

Et c'est que ce fils du profond Guárico n'a cessé de conjuguer les verbes à faire et à construire puisque la flamme de ses premières années l'a jeté pleinement dans le sport, où il a trouvé un terrain fertile pour ses rêves. Dans ce domaine, encore débutant, il s'est démarqué en tant que joueur de basket et de tennis de table, mais aussi footballeur, défendant dans ces sports les couleurs de son bien-aimé Guárico et, plus tard, du pays, en tant que gardien de but de La Vinotinto et Deportivo Italia dans le circuit professionnel. Jusqu'à ce qu'il décide d'étudier et devienne professeur d'éducation physique à l'École pédagogique de Caracas en 65 et économiste à l'UCV en 68.

Ce serait sa maîtrise à l'Université de Stanford en 1973 qui le marquerait par le feu. Agité comme il était, parallèlement à ses études dans une université aussi prestigieuse, il a décidé de changer le basket vénézuélien. C'est ainsi qu'il conçoit l'idée de former une compétition centrée sur le spectacle, et à son retour au Venezuela fin 1973, il se consacre entièrement à la matérialisation d'un projet qui finirait par révolutionner l'ensemble du sport: la Special Basketball League.

Sa vision avait un effet tellurique. Le nouveau modèle de gestion promu par Leonardo Rodríguez a conduit la jeunesse à adopter le basket-ball, faisant de ce sport l'un des plus populaires depuis ses premières années. Non seulement il lui a donné forme, contenu et organisation, mais il lui a également fourni une vitrine, une radio et une télévision, dans laquelle il est devenu aussi, partout où se trouvait le basket, son image et sa voix. Presque dans son âme.

Ainsi, chaque triomphe au basket, chaque saut entre deux porte presque sa marque.

Mais ce n'était jamais assez pour Leo. Parallèlement à cette activité intense, il s'est également aventuré dans le journalisme imprimé, avec des collaborations à Sport Gráfico, El Nacional, El Mundo et Meridiano. Et il n'a pas cessé ses études, obtenant son diplôme de communicateur social en 1986. Et il n'a pas arrêté d'enseigner des cours réguliers à la pédagogie (1966-1995), où il a fondé la Chaire de technologie de l'éducation, ainsi qu'à l'UCV et dans deux cours de troisième cycle. dans le Simón Bolívar et la Santa María.

Pour Leonardo Rodríguez, le temps n'est pas une métaphore mais une ressource qu'il administre avec une rigoureuse efficacité. À tel point qu'il a accompagné tout ce qui précède avec deux postes dans des institutions publiques et privées, telles que la direction de l'Institut national des sports, la coordination sportive de l'Université pédagogique expérimentale Libertador, le Secrétariat du Comité olympique vénézuélien; le trésor de la Fédération des journalistes sportifs d'Amérique, ou les présidences de la Fédération vénézuélienne de basket-ball, de la Commission technique sud-américaine de basket-ball, de la Fédération vénézuélienne de gymnastique ou du Cercle des journalistes sportifs du Venezuela. Et l'on ne peut manquer de mentionner la production de cinq livres, dont un incontournable: Venezuela in a Ball, sur l'histoire du basket-ball national.

En fin d'après-midi, avec tous les dossiers, notes, photos, coupures de journaux, notes et projets méticuleusement rangés, il était temps de lire le soir El Mundo et de faire une courte sieste, puis de sortir frais pour le match de basket de 7 heures. : 30 la nuit pour continuer le travail.

Combien d'énergie il y avait dans un seul être, dans lequel la passion ardente coexistait avec le pragmatisme et la sérénité. "Nous allons chercher des solutions aux problèmes, ne cherchons pas des problèmes à des solutions", a-t-il déclaré quand une discussion s'est enchevêtrée.

Un Leonardo conciliant, quand il jouait, un ardent défenseur de ses principes et de ses idées, toujours. Un bâtisseur et un réalisateur, comme peu de dirigeants sportifs du XXe siècle vénézuélien. Peut-être avec qui était l'un de ses mentors, son exemple, Don José Beracasa. Un qui n'a pas fait grand-chose pour l'activité physique du pays, un effort qui, dans la justice, l'a intronisé en 2010 au Temple de la renommée des sports vénézuéliens, du Cercle des journalistes sportifs, et qui l'a rendu digne du titre de «Benemérito del Baloncesto Suramericano, décerné en 2006 par la Confédération sud-américaine de basketball, Consubasquet.

Samedi, le temps de la vie exemplaire et incontestable et du travail matériel de Leonardo Rodríguez s'est terminé. Le ballon de basket qui pleure pour lui aujourd'hui gardera son héritage à l'esprit et se souviendra toujours de lui avec sa phrase la plus emblématique et la plus poétique: "Ballon en l'air, espère au paradis!"

Parce que se souvenir d'un père cher et d'un ami fidèle, toujours, mais il y aura toujours du temps.

"Oui, oui, Yesiiiiiiiiiii."

Vous pourriez également aimer...