La Colombie

Le Brésil a dépassé 100000 décès dus au covid-19

09 août 2020-09: 13 m.
Pour:

AFP

Le Brésil est devenu ce samedi le deuxième pays avec plus de 100 000 décès par coronavirus, seulement derrière les États-Unis; une tragédie face à laquelle le président Jair Bolsonaro a déclaré qu'il avait "la conscience tranquille" malgré les critiques.

Le plus grand pays d'Amérique latine, avec 212 millions d'habitants, a franchi samedi un autre seuil symbolique en dépassant les trois millions d'infectés par le nouveau coronavirus, selon le dernier bilan du ministère de la Santé.

Les chiffres officiels de 100 477 décès et 3 012 412 cas doivent être relativisés faute de preuves insuffisantes et parce que les spécialistes estiment que le nombre total de personnes infectées pourrait être jusqu'à six fois plus élevé.

Le ministère a signalé 905 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures et 49 970 infections.

Le pays sud-américain a enregistré 478 décès par million d'habitants, un chiffre similaire à celui des États-Unis (487), mais inférieur à celui de l'Espagne (609) ou de l'Italie (583).

Depuis plusieurs semaines, il y a eu en moyenne 1 000 décès par jour, alors que la pandémie entre dans son sixième mois.

Le premier cas confirmé de covid-19 s'est produit à Sao Paulo le 26 février et le premier décès, le 12 mars, dans la même ville.

Lisez aussi: L'histoire impressionnante de la première greffe de poumon double après avoir souffert du COVID-19 aux États-Unis

Le seuil de 50 000 décès a été dépassé une centaine de jours plus tard, mais le total a doublé en deux fois moins.

"Virus cruel"

Le taux d'infection s'est accéléré ces dernières semaines dans les campagnes et dans les régions où le virus est arrivé plus tardivement, en particulier dans le sud et le centre-ouest du pays.

En revanche, il s'est stabilisé dans les États du sud-est comme Sao Paulo et Rio de Janeiro, les plus touchés en chiffres absolus, alors qu'il est en baisse dans les régions du nord, où la situation a été catastrophique en avril et mai.

L'ONG Río de Paz a lancé samedi 1 000 ballons rouges sur la plage de Copacabana, à Rio, pour rendre hommage aux morts de Covid-19 avec 100 croix noires plantées dans le sable.

L'ancien président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva a dénoncé sur Twitter «l'arrogance d'un président qui a choisi d'appeler ce virus cruel un gripita, défiant la science et même la mort, et qui portera dans son âme la responsabilité des milliers de Des vies perdues ".

"C'est la guerre la plus dévastatrice qui ait eu lieu dans notre pays. La guerre de la négligence, de l'absence de politique de santé, une leçon d'inhumanité", a déclaré Marco Lucchesi, président de l'Académie brésilienne des lettres.

La pandémie a mis à nu les inégalités au Brésil, où le virus a fait des ravages dans les favelas et touché en particulier la population noire.

Il n'a pas non plus épargné les peuples autochtones d'Amazonie, notamment le grand cacique, Aritana Yawalapiti, décédé cette semaine du coronavirus.

"Un mot de réconfort"

La "chronique de 100 000 morts annoncée", a indiqué samedi un éditorial du journal Folha de S. Paulo.

Le gouvernement a géré la pandémie de manière chaotique, avec le départ de deux ministres de la Santé au milieu de la crise sanitaire. Le portefeuille est resté vacant pendant près de quatre mois et le président Bolsonaro a nommé le général Eduardo Pazuello ministre par intérim.

"Vous ne pouvez pas faire la guerre aux médecins, tout comme vous ne pouvez pas vous occuper de la santé avec les militaires", a déclaré l'ancien ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta, limogé mi-avril après avoir défendu l'importance du confinement, qui a été rejeté par le chef de l’Etat.

«Les 100 000 familles (pleurées par le covid-19) n'ont pas reçu le moindre mot de consolation du gouvernement», a-t-il ajouté dans une interview publiée samedi dans le journal O Globo.

Mais Jair Bolsonaro, qui a contracté le coronavirus le mois dernier, a déclaré jeudi qu'il avait "la conscience tranquille" et que son gouvernement avait fait "tout son possible et impossible pour sauver des vies".

Le dirigeant d'extrême droite a également qualifié les gouverneurs d'État de «dictateurs» qui ont pris des mesures de verrouillage, auxquelles il s'est toujours opposé, au nom de la préservation de l'économie.

L'ouverture des activités économiques a débuté en juin dans de nombreux États, même dans ceux où le taux de pollution restait élevé.

Avec trois mois de retard, le championnat national de football a repris samedi avec des matchs à huis clos.

Vous pourriez également aimer...