Le Brésil

Le Brésil a l’intention de facturer 100 milliards de dollars à d’autres pays pour lutter contre le changement climatique – Jornal da USP

Les impacts plus importants des émissions brésiliennes sont liés à la déforestation en Amazonie et aux incendies dans le pays, explique Pedro Luiz Côrtes

Les nations les plus pauvres souffrent plus intensément des effets du changement climatique en raison du manque de ressources et d’infrastructures – photo : Gerd Altmann – Pixabay

Nle lendemain 31, débute la COP26. La Conférence des Parties, comme on l’appelle aussi, a lieu chaque année et rassemble plus de 190 pays pour discuter du changement climatique et des moyens de le combattre. Selon le ministre de l’Environnement Joaquim Leite, le gouvernement facturera 100 milliards de dollars américains à d’autres pays pour que le pays remplisse ses engagements liés à la lutte contre le changement climatique. Professeur à l’École des communications et des arts et au programme de troisième cycle en sciences de l’environnement à l’Institut de l’énergie et de l’environnement, Pedro Luiz Côrtes, commente la question à Journal USP sur l’air 1ère édition.

Selon Cortes, les nations les plus pauvres souffrent plus intensément des effets du changement climatique en raison du manque de ressources et d’infrastructures. « Ces nations demandent des ressources aux pays riches qui sont historiquement les principaux responsables de l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère », explique le professeur, révélant que la subvention peut se faire comme un investissement ou comme une forme de compensation.

Cortes explique que le Brésil ne fait pas partie des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, « mais cette idée, présentée de manière trompeuse, cache des points importants ». Le professeur observe que plus de 70 % des émissions brésiliennes sont liées à l’utilisation des terres, à la déforestation et aux incendies. « Le rapport annuel de l’Observatoire du climat indique une augmentation de 9,6 % des émissions, notamment liées à la déforestation et aux incendies », analyse-t-il.

Sur la scène internationale, cependant, les impacts du Brésil sont liés à la déforestation en Amazonie. « Ceci est également lié à la diminution des précipitations dans la région centrale du pays au cours des dix dernières années, qui a provoqué une réduction du volume d’affluent dans d’importants réservoirs hydroélectriques », commente Côrtes. Il rappelle également que la déforestation en Amazonie n’entraîne pas seulement un déséquilibre hydrique au Brésil, mais aussi au Paraguay, en Uruguay, dans le nord de l’Argentine, en Colombie, au Pérou et en Bolivie. « C’est pourquoi le gouvernement entend réclamer les 100 milliards de dollars américains à la COP26 pour lutter contre la déforestation et les incendies », souligne-t-il.

Selon Cortes, les chances d’une lutte efficace du gouvernement contre la déforestation sont nulles. « Le gouvernement fédéral a montré une nette réticence à lutter contre la déforestation et les incendies, et il y a eu un démantèlement efficace au ministère de l’Environnement, à Ibama et à ICMBio », analyse le professeur, tout en mettant en avant le Fonds Amazon, qui a été dissous par le gouvernement et dispose actuellement de 24 millions de reais.


Journal de l’USP en direct
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculdade de Medicina et l’Institute for Advanced Studies. Nà l’antenne, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h00, 3 : 00h00 et 16h45. À Ribeirao Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12h à 12h30, avec des présentations de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez vous connecter à Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, sur Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...