Le Brésil

Le Brésil termine près de deux ans en dehors du Pacte mondial des Nations Unies pour les migrations – Jornal da USP


Récemment, en référence à la Journée internationale des migrants, qui a lieu aujourd’hui (18), le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé à ce que la reprise de la pandémie soit utilisée pour la mise en œuvre effective du Pacte mondial pour des migrations sûres dans les pays. Dans une interview avec USP dans le Air Journal, le professeur au département de droit international de la faculté de droit (FD) de l’USP, Paulo Borba Casella, commente que le moment actuel permet une réflexion sur des sujets qui touchent le monde entier, comme la migration, l’environnement et la mobilité urbaine.

En décembre 2018, le Pacte mondial pour les migrations a été signé par 164 pays lors d’une conférence internationale des Nations Unies à Marrakech, au Maroc. À l’époque, le chancelier du Brésil de l’époque, Aloysio Nunes Ferreira, a signé le document. En janvier 2019, le président Jair Bolsonaro et l’actuel ministre des Affaires étrangères, Ernesto Araújo, ont retiré le Brésil du pacte, avec la justification de défendre la souveraineté du pays pour discuter des migrants. Pour Casella, cet argument n’est pas valable, car le Pacte mondial pour les migrations indique clairement qu’il respecte la souveraineté des pays sur la question.

En fait, la fonction du pacte est de créer un espace où les pays partagent des informations et échangent des expériences liées aux politiques nationales de migration, afin qu’ils puissent créer des normes et mieux évaluer la question. Casella fait remarquer que, puisque le Brésil ne participe pas aux discussions du groupe, le pays n’a aucune raison de critiquer toute règle ou procédure adoptée par le pacte qui n’inclut pas les intérêts nationaux.

Le professeur estime qu’il est essentiel que la population nationale soit consciente à quel point l’attitude de quitter le pacte affecte les Brésiliens vivant à l’extérieur du pays et isole davantage le Brésil dans le scénario international. Casella a rapporté qu’il y a un peu moins d’un million d’étrangers au Brésil et un peu plus de 3 millions de Brésiliens à l’étranger. Il explique qu’un pays qui compte tant d’individus vivant dans d’autres nations devrait être intéressé à participer au pacte, car il pourrait être avantageux de défendre ces Brésiliens à l’étranger, en particulier ceux qui vivent dans des situations vulnérables.

Casella explique qu’il y a encore de nombreux réfugiés dans des conditions précaires dans le monde, ce qui a été aggravé par la pandémie. Il y a des gens sans logement convenable et sans accès aux produits d’hygiène et d’eau de base, sujets à la contamination, aux maladies et même à la mort. « Les réfugiés sont des êtres humains, dont les droits fondamentaux doivent être particulièrement respectés car ils se trouvent dans une situation d’extrême vulnérabilité. »


USP dans le Air Journal
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et Escola Politécnica, Faculdade de Medicina et Instituto de Estudios Advancedes. Il cherche à approfondir les problèmes actuels de plus grande répercussion, en plus de présenter des recherches, des groupes d’étude et des spécialistes de l’Université de São Paulo.
A l’antenne du lundi au vendredi, de 7h30 à 9h30, avec une présentation de Roxane Ré.
Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application mobile.

.

.

.

Vous pourriez également aimer...