Le Brésil

Le CCJ approuve le PEC de la réforme électorale et interdit les coalitions –

São Paulo – La Commission sénatoriale de la Constitution et de la Justice (CCJ) a approuvé ce mercredi matin (22) la proposition d’amendement à la Constitution (PEC) de la réforme électorale (PEC 28/2021). Approuvée en août par la Chambre des députés, la proposition est actuellement en cours de vote en séance plénière de la Chambre, qui devrait avoir lieu aujourd’hui.

La commission a maintenu l’avis de la rapporteure, Simone Tebet (MDB-MS), qui interdit le retour des coalitions. Ils sont interdits aux élections proportionnelles depuis la promulgation de l’amendement constitutionnel 97, de 2017, et n’étaient plus valables aux élections municipales de 2020.

« L’électeur sait toujours pour qui il vote ; vous ne savez jamais, cependant, qui votre vote vous aidera à élire. De nombreux partis impliquent de nombreux accords, et donc un plus grand investissement de temps et de ressources politiques pour construire et maintenir des coalitions gouvernementales. Le résultat peut être la paralysie des décisions, le mécontentement des électeurs, la perte de légitimité du gouvernement », a déclaré le sénateur, à propos des coalitions.

L’objectif, selon les sénateurs, est de n’adopter qu’une partie de la proposition transmise au Sénat, excluant un éventuel retour du PEC à la Chambre. Parmi les passages approuvés par les députés et reçus par les sénateurs figure le double comptage des voix accordées aux candidats noirs, autochtones et femmes, dans le but de répartir les ressources du parti et des fonds électoraux lors des élections de 2022 à 2030.

«Cela semble être un mécanisme efficace pour encourager les partis à inclure des noms compétitifs de femmes et de Noirs sur les listes de candidats. Après tout, les voix obtenues par eux se traduiront, dès l’année suivant l’élection, par un plus grand volume de ressources transférées mensuellement au parti », a souligné Simone Tebet (MDB-MS).

Changement de fidélité au parti

La proposition approuvée par la CCJ du Sénat maintient une modification de la règle de loyauté au parti transmise par la Chambre des députés. La règle établit que les députés et conseillers fédéraux, d’État et de district qui quittent le parti par lequel ils ont été élus ne perdront pas leur mandat si le parti accepte de partir.

Actuellement, lorsqu’ils changent de parti, les parlementaires conservent leur mandat en cas de « juste cause », ce qui inclut, selon la loi 9 096 de 1995, « un changement substantiel ou un écart répété par rapport au programme du parti ; discrimination politique personnelle grave; et pendant la période de 30 jours précédant la période d’adhésion requise par la loi pour se présenter aux élections.

Le texte approuvé maintenait également le changement du jour d’investiture du Président de la République au 5 janvier et l’investiture des gouverneurs au 6, à compter des élections de 2026. Ces inaugurations ont désormais lieu le 1er janvier.

Outre le retour des coalitions de partis, la CCJ a également supprimé la flexibilisation de la participation populaire prévue dans le texte transmis par la Chambre, établissant que 100 000 électeurs pouvaient présenter un projet de loi à la Chambre des députés avec une signature électronique. Aujourd’hui, un projet de loi d’initiative populaire doit avoir la signature papier d’au moins 1% de l’électorat national, réparti dans au moins cinq États, avec au moins 0,3% d’électeurs dans chacun d’eux.

Avec des informations de l’Agence du Sénat

Vous pourriez également aimer...