Le Brésil

le chemin ardu des femmes pour l’égalité

Brasil de Fato – Plus de la moitié des femmes indiennes âgées de 15 à 49 ans pensent qu’un homme a le droit de battre sa femme si elle se dispute, quitte la maison sans prévenir ou manque de respect à sa belle-famille, par exemple. C’est l’une des données révélatrices contenues dans le dossier « Les femmes indiennes et le chemin ardu vers l’égalité », publié ce mercredi (13) par l’Institut tricontinental de recherche sociale.

L’étude détaille les bases du machisme dans le pays asiatique, son impact sur la vie des femmes et les processus de lutte pour l’égalité. La soumission n’est pas limitée à l’hindouisme, la religion prédominante dans le pays, mais est prévue dans le soi-disant Code de Manu (200 BC-200 AD). Ce texte historique est largement cité par la droite hindoue, dont le principal représentant est le Premier ministre Narendra Modi, allié du président Jair Bolsonaro.

Dans l’Inde moderne, selon le dossier, « il existe une culture dominante qui justifie une série de restrictions sur le comportement, l’apparence, la mobilité et les interactions sociales des femmes, ainsi que l’acceptation d’une grande variété d’atrocités à leur encontre – telles que la violence domestique, abus sexuels et viols. »

À la suite de ce processus, au moins un tiers des femmes indiennes mariées ont subi des violences domestiques de la part de leurs maris.

L’Institut tricontinental de recherche sociale est une institution internationale, guidée par des mouvements populaires, axée sur la stimulation du débat intellectuel au service des aspirations des travailleurs.

Acceptation

Outre les données sur les violences conjugales, le dossier attire l’attention sur le fait que cette réalité est enracinée et acceptée par des millions de familles indiennes – y compris des femmes, même celles qui n’ont jamais lu le Code de Manu.

Cette acceptation par la société se reflète dans les actions des principaux partis politiques, qui s’opposent à la criminalisation du viol conjugal, par exemple. La loi indienne stipule que les rapports sexuels entre un homme et sa femme de plus de 18 ans ne peuvent être considérés comme un viol, même s’il n’y a pas de consentement.

Des inégalités font également surface dans les soins à domicile. Environ 92 % des femmes indiennes en âge de travailler consacrent en moyenne cinq heures par jour aux tâches ménagères telles que la cuisine, le nettoyage et la lessive. En comparaison, seulement 30% des hommes participent aux tâches ménagères.

Lire la suite: Le Forum social mondial dénonce une « alliance perverse » contre la vie des femmes

la main d’oeuvre

Contrairement à d’autres pays, la proportion de femmes sur le marché du travail n’a pas augmenté : entre 1999 et 2000, elle était de 41 % ; entre 2018 et 2019, il est tombé à 25 %.

« Les femmes sont forcées de quitter le marché du travail, et elles n’ont pas choisi de le faire pour vivre dans le confort. Au lieu de cela, ils ont été contraints d’arrêter de travailler en raison des changements structurels de l’économie indienne au fil des ans – en particulier depuis la libéralisation à partir de 1991 – et de l’impact que ces changements ont eu sur l’économie rurale », notent les chercheurs de Tricontinental.

« Le pourcentage de femmes au chômage dans les professions rémunérées augmentera probablement encore plus en raison de la crise économique générée par la pandémie, un contexte dans lequel la mobilité des femmes était encore plus restreinte », complète le texte du dossier.

Pour aggraver les choses, les statistiques montrent que les femmes qui travaillent en Inde sont plus susceptibles d’être soumises à la violence physique. Près de 40 % ont déjà souffert, contre 26 % chez les non-travailleurs.

en lutte

En réponse à cet assujettissement historique, les mouvements féministes ont réalisé d’importantes réalisations à travers le pays au cours du siècle dernier.

Ils étaient à l’avant-garde des luttes anticoloniales pour l’indépendance de l’Inde en 1947. Et ils ont participé à la lutte paysanne armée dans différentes régions du pays, avec les partis communistes.

L’étude analyse que les luttes des femmes indiennes ont deux volets historiques. La première, issue des mouvements de libération, est liée aux mobilisations autour des droits politiques et sociaux de l’ensemble de la population. La seconde découle de la participation des femmes au sein des mouvements paysans et ouvriers.

« Cette approche n’est pas contradictoire ou dichotomique avec la première. Au contraire, il l’unifie avec la compréhension que la lutte contre le patriarcat implique nécessairement une confrontation avec une structure de classe exploiteuse. Et que les femmes ne sont pas seulement des femmes, mais aussi des paysannes, des ouvrières agricoles, des ouvrières de l’industrie », précise le texte.

Féminisme

C’est de ce deuxième courant que sont issues les organisations féministes de gauche les plus actives en Inde aujourd’hui, dénonçant l’oppression de classe, de caste et de genre.

L’étude Tricontinental cite des épisodes emblématiques de violences sexuelles, depuis les années 1970, qui ont provoqué des protestations et suscité des mobilisations féministes à travers le pays, obligeant l’État et la Justice à apporter des réponses.

On estime que seulement 2% des cas de viol parviennent à la police. Même lorsqu’ils arrivent, ils ne prospèrent guère et la plupart du temps, la femme est persuadée de retirer sa plainte.

Dalit et femmes musulmanes

C’est à propos des femmes dalit, sans caste ni « caste inférieure », que la violence affecte le plus atrocement. Les femmes musulmanes sont également visées. Aujourd’hui, le défi de changer cette réalité est encore plus grand, alors que le Premier ministre Modi et son parti, le BJP, défendent l’hindouisme en tant que religion hégémonique. Contrairement à ce que préconise la Constitution de 1950.

« Bien que le mouvement des femmes indiennes ait traversé de nombreux hauts et bas au fil des décennies, il est resté résilient. Elle s’est adaptée à l’évolution des conditions socio-économiques et s’est même agrandie », précise le texte du dossier. En outre, le document attire l’attention sur le rôle des femmes dans les luttes des agriculteurs indiens, en pleine pandémie.

« L’énorme participation des femmes rurales, qui ont voyagé de différents États pour se relayer pendant des jours aux frontières de la capitale nationale, était un phénomène historique. Leur présence dans le mouvement des agriculteurs offre un espoir pour le mouvement des femmes dans un avenir post-pandémique », ajoutent les auteurs de Tricontinental.

Grâce à la résistance historique des femmes, certaines données signalent des perspectives positives. En 1911, seulement 1% des femmes savaient lire et écrire. Un peu plus d’un siècle plus tard, le taux d’alphabétisation des femmes indiennes est passé à 70 % et, chez les moins de 24 ans, il est de 90 %.

Vous pourriez également aimer...