Le Venezuela

Le Cicpc s’associe à la lutte contre la maltraitance animale

Au Cicpc, ils sont sensibilisés à la maltraitance animale. Son directeur, Douglas Rico, a récemment créé la Coordination des enquêtes sur les abus envers les animaux, dont le siège sera situé à Colinas de Vista Alegre, municipalité de Libertador, à Caracas.

« Quand nous avons vu la vidéo d’un homme donnant des coups de pied à un chiot, j’ai pris la décision de faire quelque chose de notre institution pour empêcher les mauvais traitements infligés aux animaux », a commenté le commissaire Rico, faisant allusion à la scène où Omar Antonio de Jesús Marrero est vu en train de le frapper à coups de pied. un chiot à l’intérieur du bâtiment Kamarata, situé à La Candelaria, Caracas, un événement qui s’est produit le 24 octobre.

Le directeur du Cicpc a précisé qu’au départ toutes les unités de la police scientifique sont habilitées à recevoir des plaintes pour maltraitance animale. « Nous recevons les plaintes, nous étayons le dossier et l’envoyons au ministère public », a expliqué Rico. « De plus, nous nous rendons sur les lieux de l’événement pour vérifier et localiser les responsables de l’acte dénoncé », a-t-il précisé.

Il a expliqué que le Service national des sciences judiciaires (Senamef) disposait d’un vétérinaire pour certifier les blessures causées aux animaux dont les cas ont été présentés à la Cicpc.

« Nous avons les conseils de la Mission Nevado ; nous travaillons ensemble », a déclaré le chef de la police.

La coordination nouvellement créée disposera également d’une équipe pour enquêter sur la situation de certaines espèces disparues comme l’ara rouge. « Nous sommes frappés par ce type de situations, nous supposons qu’ils ont chassé cette espèce d’ara pour les commercialiser », a déclaré Rico.

Concernant la multiplication des cas où les animaux sont maltraités, selon le registre des réseaux sociaux, le commissaire a indiqué que ces événements ont été révélés « parce que les gens prennent de plus en plus conscience que les agresseurs doivent être punis et puis ils attrapent un téléphone portable et ils les enregistrer pour pouvoir les signaler », a-t-il ajouté.

À cet égard, il a appelé le public à poursuivre cette tendance pour bien documenter les plaintes de mauvais traitements envers les animaux, « car cela nous aide à localiser et à capturer les responsables de l’acte », a-t-il déclaré.

Vous pourriez également aimer...