Le Brésil

Le débat sur le racisme devrait se poursuivre et pas seulement en novembre

São Paulo – Symbole de la lutte et de la résistance de la population noire au Brésil, la Black Awareness Day, célébrée ce samedi (20), a eu des répercussions dans les médias et dans les mémoires de la société brésilienne. Mais il y a ceux qui profitent de la date pour « camoufler » ou « adoucir » le vrai problème, qui est le racisme structurel subi au quotidien par les hommes et femmes noirs du pays, dans différents secteurs. C’est ce que dénoncent les dirigeants qui critiquent l’usage du « cliché » par ceux qui, seulement en novembre, devenu le « mois de la conscience noire », traitent l’agenda comme une priorité. Mais ils laissent de côté le débat sur le racisme pour les 11 autres mois de l’année.

La Journée de la conscience noire a été officialisée en 2011 et est depuis un jour férié dans certains États et villes. Il a été choisi pour honorer Zumbi, le chef des Quilombo de Palmares, décédé ce jour-là en 1695.

Cependant, l’évaluation du professeur d’histoire Douglas Belchior, co-fondateur d’Uneafro et de Coalizão Negra por Direitos, est que la date est devenue un cliché précisément parce qu’elle n’est tellement convoitée qu’en novembre. «Cliché ne parle de questions raciales qu’en novembre. Le cliché est que tous les secteurs de la société désespèrent de rechercher et de promouvoir des activités sur la question raciale, le racisme, l’inégalité raciale au mois de novembre, alors qu’il s’agit d’un problème quotidien et quotidien auquel la société brésilienne se heurte chaque jour. Toutes les 11 minutes, un jeune noir de moins de 29 ans est assassiné au Brésil, chaque mois, de janvier à janvier. Mais c’est un problème ou ça ne devient un enjeu de société qu’en novembre, lors de la semaine de la conscience noire, le 20″, critique-t-il.

racisme structurel

Selon les données de l’Atlas de la violence 2021, la probabilité qu’une personne noire soit assassinée au Brésil est 2,6 fois supérieure à celle d’une personne non noire. Le taux d’homicides pour 100 000 habitants noirs au Brésil en 2019 était de 29,2. En revanche, en additionnant le taux de jaune, de blanc et d’autochtone, l’indice est de 11,2. Le racisme structurel au Brésil est également visible et dans tous les autres domaines. Que ce soit d’un point de vue économique, politique ou encore sanitaire.

« Quand on fait abstraction du fait que l’État diminue les investissements dans la santé ou sape les politiques de droit à la santé, le SUS aura un impact beaucoup plus sur la population noire que sur les autres populations, car cela dépend plus que les autres groupes, c’est le racisme et ça arrive toute l’année chaque année. Ne pas tenir compte du fait que le Brésil est un pays à majorité noire et que cette représentation ne se reproduit pas dans les espaces de pouvoir, c’est du racisme. Le fait qu’on élise une majorité de blancs pour gouverner un pays dans lequel la majorité est noire, c’est du racisme », souligne Douglas Belchior.

La présidente de l’Union brésilienne des lycéens (Ubes), Rozana Barroso, note également que l’inégalité raciale n’est pas différente avec les étudiants noirs. Selon elle, il est clair quelle est la couleur de ceux qui rencontrent les plus gros obstacles pour accéder à l’éducation.

affrontement

« On se remet toujours en question, mais cette fois encore plus. Quelle est la couleur des étudiants qui souffrent de malnutrition infantile, qui vendent des bonbons au clair et qui ont arrêté leurs études car ils n’ont pas accès à internet en temps de pandémie ?. Nous sommes les plus touchés par l’aggravation des inégalités sociales, nous sommes hors de l’Enem cette année, hors de la classe. C’est pourquoi le combat des Noirs et surtout des jeunes Noirs se passe tous les jours », souligne-t-il.

Le professeur d’histoire ajoute que le « cliché » autour des problèmes raciaux existera toujours au Brésil si les moyens de les combattre ne sont pas incisifs et quotidiens.

« Tous les conflits majeurs et les inégalités sociales au Brésil sont plutôt des problèmes raciaux, ne pas se rendre compte et ignorer que c’est du racisme. Et c’est un cliché de ne pas tenir compte du fait que les problèmes qui structurent la société brésilienne sont avant tout le résultat du racisme. Il n’y a pas de débat sur la justice, l’égalité et la démocratie qui n’ait le racisme en arrière-plan. Parce que le Brésil est basé sur le racisme historique. Nous sommes un pays né de 400 ans d’esclavage. Le racisme est un système de domination sur lequel repose notre pays. Et ne pas considérer ce débat sur le racisme comme urgent et nécessaire tout au long de l’année, et n’en discuter que superficiellement en novembre, c’est cliché », conclut Douglas Belchior.

Consultez le rapport complet

Vous pourriez également aimer...