Le dernier au revoir au maestro Chelique Sarabia était avec la musique

L’anxiété, le thème qui a immortalisé Chelique Sarabia, a été interprétée par sa famille, ses amis et des musiciens qui ont voulu lui rendre un hommage post-mortem au cimetière Parque Metropolitano de Barcelone, où reposera sa dépouille.

Le cortège funèbre est parti à midi ce vendredi 18 février de l’église María Auxiliadora de Lechería, pour parcourir plusieurs rues et faire une halte sur la Plaza Bolívar, avant d’être conduit au cimetière.

L’épouse, María de Jesús Sifontes, et la fille María José Sanabria, du chanteur et compositeur de renommée mondiale, étaient accompagnées du gouverneur de l’État d’Anzoátegui, Luis Marcano, et du maire d’Urbaneja, Manuel Ferreira, ainsi que de personnalités de l’artiste et l’homme politique de la région.

« L’un des artistes les plus reconnus de tous les temps et de la fierté orientale, il nous laisse aujourd’hui un grand héritage culturel », c’est ainsi que le gouverneur a évoqué Sarabia, devenue immortelle mercredi 16 février à 81 ans.

«L’œuvre de Chelique Sarabia a transcendé, son départ nous attriste mais nous savons que sa vie a été fructueuse, attachée aux intérêts de la Patrie, expression des valeurs de citoyenneté et notre engagement est de préserver son œuvre car ses chansons continueront à s’effectuer plus au-delà de nos frontières », s’est exprimé le gouverneur avec émotion.

★★★★★