Le Brésil

le deuxième tour montre les différences de classe

São Paulo – Le deuxième tour des élections au Pérou, entre Pedro Castillo, du Pérou libre, et Keiko Fujimori, de Força Popular, marque également un affrontement entre différents segments de la société. Du moins, c’est ce qu’indique le dernier sondage Ipsos, publié le 18 avril. Les différences sont frappantes entre la capitale Lima et l’intérieur du pays. Et ils sont également évidents entre les zones urbaines et rurales et entre les riches et les pauvres.

Au total, Castillo, qui a remporté le premier tour, mène avec 42%, contre 31% de la fille de l’ancien dictateur Alberto Fujimori. Son taux de rejet est élevé, 55% des personnes interrogées déclarant ne pas voter du tout pour elle, un taux qui atteint 33% pour leur adversaire.

Dans la classe moyenne, classée dans le sondage au niveau C, Keiko Fujimori mène de 38% à 30%, avec un avantage similaire en classe B.Il en a toujours 52% au niveau A, mais l’avantage dans ces trois segments disparaît dans le face à la force de Castillo parmi les plus pauvres. Dans les classes D et E, qui représentent 63,1% de l’électorat péruvien, il est en tête avec respectivement 50% et 56%.

Le politologue Eduardo Dargent, professeur à l’Université catholique du Pérou, fait le point sur le journal La Republica, Le taux de rejet élevé de Keiko et le fait que la crise économique réduit la peur de la «nouveauté» représentée par le candidat de gauche parmi les plus pauvres, «qui n’ont rien à perdre» dans le scénario actuel. Bien qu’il apparaisse en retard à Lima, qui correspond à 34,7% de l’électorat (43% à 26%), Castillo l’emporte à l’intérieur. En dehors de la capitale, il a plus du double des intentions de vote du rival, 51% à 24%.

Castillo dit qu’il ne change pas le plan du gouvernement

Le candidat de gauche s’est fait connaître en 2017, après avoir mené une grève des enseignants qui a duré plus de deux mois. Avant cela, il a combattu dans le parti de l’ancien président néolibéral Alejandro Toledo.

Comme le notent l’anthropologue et professeur Mariana Álvarez Orellana et le sociologue Álvaro Verzi Rangel, dans un article, contrairement à la candidate Verónika Mendoza, qui représentait une coalition de gauche, Castillo «a des positions conservatrices sur les questions de genre et rejette ces propositions, ce qui peut l’avoir favorisé sur Mendoza dans les secteurs populaires et dans les zones andines et rurales ».

Il attaque le modèle néolibéral adopté dans le pays et défend une nouvelle Constitution, puisque l’actuelle a été promulguée à l’époque de la dictature de Fujimori. Concernant le Venezuela, thème toujours exploré lors des élections en Amérique du Sud, Castillo, interrogé sur le fait que le pays était une dictature, a répondu brièvement: «Non». Et il note qu’il y a un parlement et une opposition là-bas.

Bien que la recherche montre l’avantage initial de Castillo, Mariana et Álvaro ne s’attendent pas à une vie facile pour les gauchistes dans ce second tour. «Il ne fait aucun doute que la campagne contre Castillo sera brutale, par les médias graphiques et audiovisuels hégémoniques, monopolisés par la droite, par les réseaux sociaux, ils l’accuseront d’être un terroriste, un émetteur, de recevoir de l’argent d’inexistant guérilleros, ils inventeront des photos et des «preuves» des perversions les plus sinistres, ils falsifieront les documents. Tout dans la campagne de terreur pour prévenir «le danger rouge». »

Vous pourriez également aimer...