La Colombie

Le documentaire avec lequel ils donnent une voix aux victimes de l'enlèvement de La María

Dans un pays où la violence ressemble à un paysage, comprendre la douleur des autres peut devenir difficile simplement en regardant, en écoutant ou en lisant les informations. C’est ce que dit Carlos Téllez, réalisateur du documentaire «La Réunion», qui était un enfant lors de l’enlèvement de La María et s'en souvient comme «une nouvelle nouvelle devenue anecdote».

Mais l'année dernière, 20 ans après le plagiat, quand il a eu l'occasion de rencontrer en tête-à-tête les victimes de l'événement et a pu écouter leurs anecdotes dans l'enregistrement du documentaire, l'histoire a pris une autre nuance, car «l'histoire vous est racontée par le personne qui l'a vécu et tu fais une construction dans ton esprit et tu la dimensionnes vraiment et tu te rends compte de la vraie tragédie ».

Se connecter avec la douleur des autres est plus facile quand il a un visage, diraient certains. En outre, permettre aux victimes de raconter leur histoire, leur permet de reconnaître de leur voix «quelque chose qui s'est passé et qu'elles veulent raconter, et admet que de telles situations sont connues des autres générations et permettent d'une certaine manière de tels actes violents. , comme l'enlèvement des paroissiens, ne se répètent pas », déclare José Antonio Bedoya, producteur de« La Réunion ».

Lisez aussi: Ce sont les films qui pourraient représenter la Colombie aux Oscars 2021

Pour Patrick Martínez, l'une des victimes de l'enlèvement, avoir cet espace pour raconter son histoire avec ses collègues est important, car «il faut connaître toutes les versions, tous les côtés d'un même événement et des espaces comme ce documentaire permettent à chacun de en Colombie et dans le monde, ayez votre propre idée de ce qui s'est passé et pourquoi cela s'est produit. Je souhaite que vous puissiez voir notre version de l'histoire, qui dans ce cas est très humaine. C'est une rencontre, une conversation entre nous, racontant et expliquant des choses sur ce qui s'est passé à ce moment-là. Nous montrons très sincèrement ce que nous ressentons face à tout ce qui s'est passé. "

Patrick avait 19 ans lorsqu'il a été kidnappé. Il fréquentait toujours l'université. Aujourd'hui, il est administrateur et fait partie du groupe de victimes qui périodiquement, pendant 20 ans, se réunissent pour parler, se souvenir et dans certains cas rire, dans un espace où elles se rappellent qu'elles seront toujours là pour se soutenir, comme une famille.

C'est l'existence de ces rencontres qui a inspiré le nom du documentaire et a également impacté Téllez, car en elles, selon lui, on pouvait apprécier la capacité des victimes à «résister» et à «répondre».

«C'est comme une leçon de vie, de coexistence, de paix, d'amitié, d'unité et une leçon de résistance à un événement qui peut être traumatisant et complexe», explique le réalisateur, c'est pourquoi dans le documentaire, plus que le Le sujet de l'enlèvement, ce qu'il voulait montrer «était cette capacité à tirer quelque chose de très beau de quelque chose d'aussi tragique. Voyez comment ces gens ont fait face et en ont tiré quelque chose de gentil, comme cette amitié inconditionnelle et fidèle ».

Selon Patrick, depuis le kidnapping, des liens et des amitiés extrêmement forts ont été créés au sein d'une tragédie, «beaucoup de ces liens sont devenus comme une famille. Nous partageons beaucoup, nous sommes des gens unis par une tragédie, mais nous avançons », dit-il. Pour lui, ces rencontres sont une aide qu'elles ont depuis des années, «précisément comme un de ces soutiens psychologiques pour nous et pour nos familles». Pour cette raison, il est très important pour lui et pour l'équipe de maintenir cette réunion, «pour continuer à se rencontrer, cultiver des amitiés et avoir des contacts avec nos familles».

Voix aux victimes

Le documentaire est né à l'initiative du Centre national de la mémoire historique (CNMH), qui, en collaboration avec l'Université autonome de l'Ouest (UAO), a cherché à «donner place aux victimes et à la mémoire des victimes dans le contexte du conflit armé en Colombie». .

En Colombie, ceux qui ont généralement la parole sont les voix institutionnelles, mais dans ce documentaire les victimes sont les protagonistes, «parce qu'elles construisent, reconstruisent et resignifient la mémoire dans le contexte de ce qui s'est passé, mais 20 ans plus tard, quand la douleur est clairement là. Il y a des moments très spécifiques où l'on ressent l'atrocité de l'enlèvement, mais il y a aussi un certain nombre d'éléments du point de vue humain, du pardon et de la réflexion », explique Bedoya.

Pour Darío Acevedo, directeur de la CNMH, les victimes «tentent de faire transcender cette rencontre la haine et le ressentiment et cherchent à donner un sens à l'acte de victimisation d'un point de vue humain, ce qui implique résistance, résilience, solidarité et fraternité.

Lisez aussi: Ce sont les films qui pourraient représenter la Colombie aux Oscars 2021

Ça sent la liberté

«Ça sent la liberté» est le titre de la chanson que Patrick Martínez a composée pendant l’enlèvement et qui joue à la fin du documentaire.

Les paroles vont comme ceci:

Dis-moi
Qui aime plus la liberté,
que quelqu'un qui a payé une peine
sans le mériter?

Dis-moi
Qui veut plus vivre la tranquillité,
que quelqu'un qui a tissé ses problèmes entre la guerre?

Pourquoi moi
je ne veux pas être
dans une vie sans amour et sans dilemmes,
parce que ça me brûle

Et je ne veux pas me rencontrer tous les jours
avec une matinée de tristesse, sans issue
Mon cœur est encore plus fort
parce que mon temps plus que jamais
ça sent juste la liberté.

Vous pourriez également aimer...