Le documentaire sur María León a reçu des éloges et des fleurs

María León a vécu 87 ans, dont 67 ont été consacrés au militantisme politique et à l'activisme féministe. C'est pour cette raison et bien plus encore que la réalisatrice Yekuana Martínez a dû la poursuivre pendant environ cinq ans pour réaliser le documentaire Hortensias para Inés, déjà dans les cinémas commerciaux, avec le soutien d'Amazonia Films et du Centre National Autonome de Cinématographie. (Cnac).

En el estreno que se realizó en el Teatro Bolívar, el documental de una hora y 20 minutos mostró en primera persona a María León: primero se escucha su voz en off mientras pasan imágenes de Caracas hasta que ella sale en escena para contar su historia en première personne.

Segmentos de animación se intercalan al material audiovisual mientras cuenta su experiencia desde cuando sintió la discriminación por parte de las monjas en la escuela hasta que fue costurera, pasando por las luchas sindicales durante la dictadura de Marcos Pérez Jiménez hasta su relación de amistad con el presidente Hugo Chavez.

Mais en plus, on peut voir dans le docu que « La Lionne de Chávez », comme on l'appelle, ne laisse pas de côté le thème des sentiments, de l'amour : « l'amour ne peut pas nous donner de la souffrance mais de la joie ». Sa souffrance contre un cancer, en 2002, l'expose aussi avec courage.

Oui, la part humaine est toujours présente. Elle ne cesse de raconter ses luttes sous le nom d'Inés, pseudonyme qu'elle utilisait lorsqu'elle était dans la guérilla, mais elle n'oublie pas non plus les luttes d'autres femmes de la campagne carabobo ou de la culture judéo-chrétienne ou du jours des travailleurs pour continuer avec le deuxième jour à la maison et cela n'est pas reconnu.

Les hortensias et leur signification ne manquent pas non plus.

L'événement a été très émouvant avec la participation de la ministre de la Femme, Dheliz Álvarez ; le président du Cnac, Carlos Azpúrua ; Yekuana Martínez et María León elle-même, en plus de la participation de l'auteur-compositeur-interprète José Alejandro Delgado, qui a composé une chanson pour elle et l'a interprétée avant la projection. Le public n'a pas arrêté de bouger pendant une minute.