Le Brésil

Le gouvernement de Cláudio Castro compte 39 massacres et 178 morts en un an seulement

São Paulo – Sous le gouvernement de Cláudio Castro (PL), en seulement un an d’administration, Rio de Janeiro a connu une séquence de 39 massacres avec 178 morts par la police. L’information provient d’une enquête réalisée par l’Institut Fogo Cruzado, qui recueille des données sur la violence armée, en collaboration avec le Groupe d’étude sur les nouveaux illégalismes de l’Université fédérale de Fluminense (Geni-UFF). Et ils montrent aussi que le gouverneur est responsable de deux des 10 plus grands massacres lors d’opérations policières de l’histoire de Rio.

L’étude prend en compte le massacre qui a eu lieu ce mardi (24), au cours duquel une action policière à Vila Cruzeiro, dans le Complexo da Penha, au nord de la ville, a fait 25 morts et est entrée dans l’histoire comme la deuxième plus meurtrière. Jusque-là, 22 décès avaient été recensés, mais deux autres personnes sont décédées dans la nuit, selon les informations du G1. Le troisième décès serait un adolescent emmené à l’UPA do Alemão, mais qui était déjà arrivé mort à l’unité de santé. Cláudio Castro cumule également les 28 morts de l’opération menée en mai 2021, dans la favela de Jacarezinho, la plus meurtrière de l’histoire de Rio de Janeiro. Selon des chercheurs dans le domaine de la sécurité publique, toutes les actions avec au moins trois morts sont considérées comme des massacres.

Selon l’enquête, sur les 39 massacres sous la direction de Cláudio Castro, la majorité – 31 – ont eu lieu lors d’opérations policières. Au total, les agents ont fait 150 morts, soit 84 % des meurtres. Au cours des cinq premiers mois de cette année seulement, 82 décès ont été enregistrés dans 16 massacres à travers l’État de Rio de Janeiro. Une autre étude de l’Institut Fogo Cruzado en partenariat avec Geni-UFF révèle également que sur une période de 14 ans, entre 2007 et 2021, un total de 593 massacres policiers ont été recensés.

Les plus gros massacres lors d’actions policières à Rio

  • 1er – Jacarezinho (mai 2021) – 28 morts
  • 2e – Vila Cruzeiro (mai 2022) – 25 morts
  • 3e – Vila Operária, à Duque de Caxias (janvier 1998) – 23 morts
  • 4e – Complexo do Alemão (juin 2007) – 19 morts
  • 5e – Sénateur Camará (janvier 2003) – 15 morts
  • 6e – Complexo do Alemão (juillet 1994) – 14 morts
  • 7e – Complexo do Alemão (mai 1995) – 13 morts
  • 8e – Vidigal (juillet 2006) – 13 morts
  • 9 – Catumbi (avril 2007) – 13 morts
  • 10e – Complexo do Alemão (2004 et 2020), Vila Isabel (2009) et Barreto, à Niterói (2010) – 12 morts chacun

L’abattage policier devient la règle

Dans une interview avec Journalisme de pont, la coordinatrice de Geni-UFF, Caroline Grillo, docteure en sciences humaines, a déclaré que le plus effrayant a été de se rendre compte que les massacres, encouragés par les forces de sécurité, « apparaissent comme une marque de notre démocratie ». Ce qui devrait être inacceptable. au portail UOL, chercheur du groupe Daniel Hirata a ajouté que « l’administration Cláudio Castro n’a aucun engagement envers le problème principal de la sécurité publique à Rio, qui est la létalité policière ». L’année dernière, la police a tué 1 356 personnes dans l’État, ce qui équivaut à 22 % des décès liés à la police dans tout le pays.

Toujours selon Hirata au UOL, tant l’opération de Jacarezinho, il y a un peu plus d’un an, que celle de Vila Cruzeiro, hier, « correspondent aux caractéristiques typiques des massacres policiers, avec la présence d’unités spéciales et d’actions d’urgence, qui ont tendance à être plus violentes que prévu ». L’opération de ce mardi, par exemple, comptait des agents du Bataillon des opérations spéciales (BOPE), de la Police fédérale des autoroutes (PRF) et de la Police fédérale (PF). L’objectif, selon la police militaire du ministère public de Rio, était de collecter des «données de renseignement» sur le déplacement d’environ 50 criminels qui se seraient cachés dans la communauté par le Comando Vermelho (CV). Les agents ont également affirmé qu’ils voulaient éviter une migration déterminée par la faction vers Rocinha, dans le sud.

25 morts à Vila Cruzeiro

Cependant, depuis 4 heures du matin, les habitants ont signalé un « scénario de guerre », avec des tirs intenses. Au moins 19 écoles du réseau municipal ont dû suspendre les cours en raison de l’opération, selon le secrétaire municipal à l’éducation mis à jour hier après-midi. Vidéos enregistrées par le journal Voix des communautés montrait un hélicoptère PM blindé soutenant des agents au sol. Parmi les morts figure Gabriele Ferreira da Cunha, 41 ans, abattu chez lui à Chatuba, un quartier voisin, par une « balle perdue ».

Selon le portail g1, 28 personnes ont été admises à l’hôpital d’État de Getúlio Vargas, 25 sont décédées et quatre patients restent hospitalisés, dont deux dans un état grave, tandis qu’un autre a été transféré. La police militaire a publié les noms et les photos de 12 morts et a traité la plupart d’entre eux comme des suspects. Ce mercredi (25), la police civile a déclaré que les papilloscopistes travaillaient toujours à l’identification des corps. Sur les 24 victimes tuées dans l’affrontement, pointées du doigt par le Premier ministre, aucune d’entre elles n’était policière.

Le ministère public fédéral et le ministère public de Rio de Janeiro ont ouvert des procédures pour enquêter sur les comportements et les éventuelles violations des agents de sécurité.

Vous pourriez également aimer...