Le Brésil

Le leader déchu du Myanmar goûte à son propre poison – Jornal da USP

Marília Fiorillo dit qu’Aung San Suu Kyi fait face à un procès qui pourrait lui valoir plus de cent ans de prison en raison de son alliance avec l’armée, qui détient désormais le pouvoir au Myanmar

Aung San Suu Kyi, la dirigeante déchue du Myanmar, paie au prix fort les concessions qu’elle a faites aux militaires depuis des décennies, devenue complice du nettoyage ethnique de la minorité musulmane Rohingya au nom de l’alliance avec les militaires. À l’époque, elle a été très critiquée pour avoir fermé les yeux sur le massacre et l’exil de milliers de musulmans. « Rechercher des alliances avec des adversaires est louable », dit Marília, « en fait, c’est l’essence de la politique, mais la prudence recommande d’observer attentivement avec qui et dans quelles conditions il vaut la peine de se joindre ».

Le fait est que l’ancienne dirigeante du Myanmar fait face cette semaine à un procès inviolable et à huis clos, qui pourrait lui valoir 102 ans de prison, pour incitation à la révolte qui a saisi le pays après le coup d’État militaire qui a dissous le Parlement élu, en novembre, et a annulé les résultats. Des manifestations massives et pacifiques ont suivi, mais se sont heurtées à une répression brutale, qui a entraîné des milliers de morts et des arrestations aléatoires et arbitraires. Suu Kyi n’était pas à la tête des manifestations, « mais curieusement, elle est jugée sur son existence même et sa popularité ». A 76 ans, elle risque d’être condamnée, la justice birmane étant alignée sur le régime militaire.

« La situation est absurde, mais rien de nouveau – depuis l’arrivée au pouvoir de l’armée il y a des décennies, l’illégalité, l’arbitraire et la brutalité ont prévalu. Suu Kyi le sait mieux que quiconque. Il est peut-être temps pour votre parti et vos partisans de repenser à quel point certaines alliances sont suicidaires, car, au lieu de générer un consensus, elles exigent une soumission totale », conclut le chroniqueur.


Conflit et dialogue
La colonne Conflit et dialogue, avec le professeur Marília Fiorillo, est diffusé tous les vendredis à 10h50, sur Rádio USP (São Paulo 93,7 FM; Ribeirão Preto 107,9 FM) et également sur Youtube, produit par Jornal da USP et TV USP.

.

politique d’utilisation
La reproduction des articles et des photographies est libre en citant le Journal of USP et l’auteur. Dans le cas de fichiers audio, les crédits doivent être attribués à Rádio USP et, si expliqué, aux auteurs. Pour l’utilisation des fichiers vidéo, ces crédits doivent mentionner TV USP et, si précisé, les auteurs. Les photos doivent être créditées en tant qu’images USP et le nom du photographe.

Vous pourriez également aimer...