Le Brésil

Le lobby : un outil légitime inhérent à la démocratie ?

Pour le bon sens, le mot Lobby est instantanément associé à la pratique de la corruption, du trafic d’influence et des actes illégaux. Cette association contribue cependant à garder le débat sur la régulation de l’activité superficiel et non informatif.

Depuis 1984, dix-sept propositions législatives ont été présentées dans le but de réglementer cette activité. Dans ce contenu, Politisez ! explique ce qu’est le Lobby, son importance pour la démocratie et les étapes de sa régulation.

Qu’est-ce que le lobby ?

Avant d’aller plus loin, nous devons définir ce qu’est le Lobby. Pour reprendre les mots de Farhat (2007, p.50),

« Le lobbying est toute activité organisée, menée dans le respect de la loi et de l’éthique, par un groupe d’intérêts défini et légitime, dans le but d’être entendu par le gouvernement pour l’informer et obtenir certaines mesures, décisions et attitudes de sa part. »

Ainsi, le Lobby remplit sa fonction par un travail de persuasion et de persuasion en proposant des informations, des données et des analyses liées à vos réclamations.

C’est une activité qui fait parvenir les demandes et les revendications de la société aux pouvoirs publics. Elle peut être pratiquée à la fois par des groupes civiques et par des groupes professionnels qui méditent les intérêts des entreprises, des corporations ou des partis politiques. Le processus d’élaboration de la Constitution fédérale de 1988 (CF 88), à travers l’Assemblée constituante de 1987, est un exemple de la présence et de l’action de nombreux groupes de pression dans le but d’influencer le travail des constituants en présentant leurs revendications et intérêts ( CARVALHO, 2009).

A LIRE AUSSI : Savez-vous ce qu’est le lobbying politique ?

L’importance du Lobby pour la démocratie

Le modèle de démocratie utilisé au Brésil est le modèle représentatif, qui consiste en la désignation de représentants par la population pour représenter ses intérêts. Grâce au suffrage universel, la démocratie représentative a pu assurer quantitativement la participation de la grande majorité des citoyens au processus électoral. Cependant, la complexité et la sophistication constantes de la société font que la représentation uniquement et exclusivement par vote, et tous les 4 ans, est limitée. Cela signifie qu’il est de plus en plus difficile de représenter tous les intérêts des différentes couches et sphères de la population, en particulier les marginalisés.

Ainsi, le travail des lobbyistes pour informer et défendre les intérêts, que ce soit auprès du Législatif ou de l’Exécutif, apparaît comme un outil pour le plein fonctionnement de la Démocratie. L’action des groupes de pression est un mécanisme légitime de représentation d’intérêts inhérent à la Démocratie, après tout, il n’y a pas de Démocratie sans l’exercice de groupes organisés ayant pour objectif d’encadrer, de collaborer ou de présenter leurs revendications aux responsables gouvernementaux et parlementaires.

Ainsi, l’exercice de l’activité de lobbying aide le parlement et le gouvernement dans la tâche de répondre aux demandes de la société de manière plus large – notamment parce qu’il n’y a pas de député, sénateur, ministre, gouverneur ou président, spécialiste de tous questions et sujets qui intéressent la société. Cette participation avec les parlementaires et les membres du pouvoir exécutif leur permet de prendre des décisions sur les demandes de la société de manière plus technique et responsable.

Par conséquent, les activités menées par les groupes de pression, telles que le lobbying et le plaidoyer, sont des instruments légitimes pour la participation de la société à la prise de décision, y compris le soutien aux niveaux constitutionnel et infra-constitutionnel. Il est à noter que la différence entre lobbying et plaidoyer est subtile, le premier étant davantage lié à la défense d’intérêts visant à influencer directement le public et/ou l’agent politique, et le second étant compris comme la défense d’une cause où il y a généralement une revendication des droits de la population, largement pratiquée par les organisations de la société civile.

A lire aussi : Lipstick Lobby : découvrez l’histoire de ce mouvement féministe

Alors, le lobby n’est pas de la corruption ?

Contrairement à l’idée répandue dans le bon sens, l’activité de lobby n’est pas synonyme de corruption. Le Lobby est en effet un outil à la disposition de la société pour promouvoir et défendre ses intérêts.

Cette association du Lobby avec des activités illicites s’est produite à travers les médias, ce qui a contribué à la diffusion de l’idée que l’activité est directement associée au trafic d’influence et à la corruption. Après tout, à plusieurs reprises, les médias ont présenté le lobbyiste comme un individu qui cherche un avantage indu par des menaces ou des offres de récompenses illégales.

Pour comprendre ce qu’est le trafic d’influence et quelle est la différence avec le Lobby, cliquez ici !

Le processus de réglementation du lobbying

Bien qu’elle ne soit pas réglementée, l’activité de Lobby peut être pratiquée dès lors qu’elle trouve un soutien constitutionnel. L’article 5 de la Constitution fédérale de 1988 précise la congruence de l’activité avec le système juridique d’un État de droit démocratique. Parmi les droits prévus à l’article 5, on peut citer :

  • (i) la liberté d’expression de la pensée (point IV) ;
  • (ii) l’expression d’activités intellectuelles, artistiques, scientifiques et de communication (rubrique IX) ;
  • (iii) la liberté de réunion (point XVI) ; liberté d’association à des fins licites (point XVII);
  • (iv) l’accès aux informations publiques d’intérêt privé, collectif ou général (rubrique XXXIII) ; et
  • (v) requête aux autorités publiques, pour la défense des droits ou contre l’illégalité ou l’abus de pouvoir (point XXXIV, alinéa a).

Alors qu’est-ce qui changerait avec la réglementation de la pratique ?

L’un des arguments sur la nécessité de réglementer l’activité est que cela réduirait les asymétries entre les groupes de pression les plus puissants et les moins puissants, et rendrait difficile la réalisation de pratiques illégales. Cela s’explique par le fait que certains des objectifs prédominants de la réglementation du lobbying sont d’accroître la transparence et la responsabilisation par la reddition de comptes, la divulgation des dépenses des lobbyistes et une plus grande précision des pratiques et relations établies entre les lobbyistes et les politiciens. Ces facteurs peuvent être très importants pour lutter contre la corruption potentielle et influencer les pratiques de trafic et, en même temps, aider à l’inspection d’éventuelles actions contraires à la loi

De plus, il est également prévu que la publicité du Lobby génère plusieurs sous-produits, tels que :

  • Combattre les accords secrets et illicites entre lobbyistes et agents publics ;
  • Encourager les intérêts organisés à présenter de meilleurs arguments pour défendre leurs revendications ;
  • Faciliter le travail des médias et des organisations sociales qui défendent l’intérêt public ;
  • Éveiller l’attention des citoyens sur les processus décisionnels en cours, ainsi que sur les intérêts que ces processus mobilisent ;
  • Motiver les segments sociaux démobilisés à participer au jeu politique.

Quant à l’objectif d’équilibrer le jeu des intérêts, il s’agit de le garantir en obligeant les décideurs à recevoir des courants d’opinion différents, chaque fois qu’ils sont la cible d’un lobby particulier, alors qu’ils s’habillent à la délibération (MANCUSO ; GOZETTO, 2011 , page 126).

Il convient de mentionner que des auteurs tels que Raj Chari, John Hogan et Gary Murphy avertissent que la réglementation pourrait, au lieu de réduire les asymétries entre les groupes de pression, créer des obstacles à la performance de groupes moins puissants et institutionnalisés. Il serait donc essentiel de créer des dispositifs permettant de lutter contre ces asymétries, garantissant l’égalité des chances à tous les groupes de pression dans la défense de leurs intérêts.

En 2021, il y a deux propositions pour réglementer le lobbying au Congrès national. Le premier (PLS n. 203/1989) a été présenté il y a plus de 30 ans par le sénateur de l’époque Marco Maciel (PFL), il a été approuvé au Sénat mais reste en suspens à la Chambre des députés (PL n. 6.132/1990). Le second (PL n. 1.202/2007) a été présenté par le député Carlos Zarattini (PT) mais n’a pas avancé non plus. Les objectifs principaux des deux propositions sont d’apporter de la transparence à l’activité et de réduire les asymétries entre les groupes de pression dans le jeu des intérêts.

Les références

BRÉSIL. Constitution de la République fédérative du Brésil : promulguée le 5 octobre 1988. 4. éd. São Paulo : Saraiva, 1990.

CARVALHO, Fagner dos Santos. Le rôle des groupes d’intérêt et de pression dans la formation et le renforcement de la démocratie brésilienne : le cas du service consultatif parlementaire intersyndical (diap) pendant le processus de l’assemblée constituante brésilienne (1987/1988).. Aurora, Marília, v. 5, p. 32-39, déc. 2009.

CHARI, R.; HOGAN, J.; MURPHY, G. La régulation du lobbying : une comparaison globale. Manchester : Manchester University Press, 2010.

DAHL, Robert. A propos de la démocratie. Brasilia : Unb, 2001.

FARHAT, dit. Lobby: qu’est-ce que c’est. comment faire. São Paulo : Aberje, 2007.

MANCUSO, WP ; GOZETTO, AO Lobby : instrument démocratique de représentation d’intérêts ? Magazine Organom, v. 8, n. 14, 2011.

SANTOS, Manoel Leonardo ; CALE, Lucas. Perceptions sur la régulation du lobbying au Brésil : convergences et divergences. Brasilia : Ipea, 2015.


Vous pourriez également aimer...