Le Brésil

Le magazine moderniste « Ariel » fait l’objet d’un séminaire à l’USP – Jornal da USP

Art de Lívia Magalhães avec des images publicitaires et Wikimedia Commons

Après les cours de piano, les élèves de l’Escola de Música, à São Paulo dans les années 1920, feuilletaient des revues musicales, parmi lesquelles le ariel, fondée par le pianiste Sá Pereira, en partenariat avec l’illustrateur Antonio Paim et l’écrivain Mário de Andrade. La scène est décrite par le professeur Flávia Camargo Toni, de l’Institut d’études brésiliennes (IEB) de l’USP, qui sera ce jeudi 9 à 14h30 la médiatrice du séminaire Ariel, un magazine d’art, diffusé en direct par la chaîne IEB sur Youtube.

« ariel est le premier magazine du Modernisme consacré exclusivement à la musique. O Une étude de sa littérature révèle des aspects importants de la première phase de cette mouvement, ainsi que l’histoire du journalisme musical au Brésil et ses contributeurs », dit Isadora Bertolini, diplômée en journalisme de l’École des communications et des arts (ECA) de l’USP et en musique de l’École de musique de l’État de São Paulo (Emesp), l’une des oratrices du séminaire. Lancé par l’éditeur musical Campassi&Camin en octobre 1923, le magazine a été initialement dirigé par Sá Pereira, dans le but didactique d’un approfondissement critique par rapport à la musique, tant du côté de composition et interprétation et appréciation.

Le professeur Fátima Corvisier, du Département de musique de la Faculté de philosophie, sciences et lettres de l’USP (FFCLRP) de l’USP, également participante au séminaire, raconte les détails de la création du magazine. Elle dit que Sá Pereira a fait sa formation musicale en Europe et est entré en contact avec ce qui était le plus courant dans le domaine de la musique. De retour au Brésil, il est invité à prendre la direction du Conservatoire de musique de Pelotas (RS), où il enseigne également le piano, et a l’idée de créer une revue d’art et de culture musicale, qui dans un premier temps s’intitulera Magma, un magazine culturel et artistique, basé sur des publications sur la musique commune en Europe. Pour ce faire, il a invité Mário de Andrade à participer au magazine.

Dans un article de votre auteur, La première phase d’Ariel, un magazine de musique, Flávia Toni montre qu’en octobre 1923 le public a pris contact avec le premier numéro du magazine, toujours sous le nom Magma. Le nouveau titre donné à la publication fait référence à un personnage de la pièce La tempête (1611) de Shakespeare. Ariel, un esprit doux, emprisonné dans un arbre par la sorcière Sicorax, partage des scènes avec son fils Caliban et Prospero, un duc de Milan en exil qui élève sa fille Miranda sur une île hostile au milieu de nulle part. Ariel est libéré par Prospero et devient un éternel débiteur. Flexible, pouvant se transformer en divers éléments et en la musique elle-même, il aide le noble italien dans les prouesses dans lesquelles Caliban et une série de personnages secondaires sont mêlés. « A l’image du génie aérien du drame de Shakespeare qui lui donne son nom, notre magazine a une noble mission : par la musique, comme l’Ariel du drame, servir une bonne cause, contribuer à diffuser la culture », souligne l’éditorial du premier numéro de le magazine.

La première phase de ariel il va de 1923 à 1924 et totalise 13 éditions. Isadora Bertolini souligne qu’à cette époque, le magazine présentait principalement des articles sur la musicologie et les nouvelles tendances esthétiques, des critiques de la politique culturelle, des actualités, des discussions philosophiques sur l’éducation musicale, des analyses de concerts et d’autres questions qui étaient discutées dans le cercle des débats que le mouvement moderniste favorisé. « ariel il proposait de rationaliser la production musicale de son contexte. Ses articles ont incité les lecteurs à découvrir de nouvelles références dans le monde de la musique et des arts, dans l’espoir d’impliquer davantage de personnes dans ce qui se passe actuellement au Brésil et dans le monde », rapporte Isadora.

La publication comportait une section intitulée Magazine de magazines, dans lequel des articles de revues modernistes du monde entier, comme le Parisien La Revue Musicale et Le Monde Musical, argentine La Quéna et les brésiliens Brésil Musical et terre de soleil, de Rio de Janeiro. Il a publié des articles sur les profils de plusieurs compositeurs, tels que Marcelo Tupinambá (1889-1953), Alberto Nepomuceno (1864-1920) et Ferrucio Busoni (1866-1924). Il y avait aussi le programme des concerts de la semaine. Une autre section était didactique, car elle contenait des articles écrits pour les étudiants en musique. D’autres pages contenaient des traductions d’articles d’auteurs internationaux dans le domaine de la musique. Le magazine a également contribué à diffuser des informations sur les Brésiliens étudiant en France, à travers la chronique de Sérgio Milliet, lettres de paris.

Le professeur Fátima Corvisier attire l’attention sur les sections didactiques du magazine. Dans quatre éditions, publiées entre janvier et mai 1924, Sá Pereira a démontré ce que serait la technique du piano moderne et comment l’étude devrait être d’un point de vue rationnel, c’est-à-dire une étude d’une plus grande efficacité, moins d’effort, moins de temps consommé et avec une clarté buts.

Parmi les contributeurs du magazine, qui ont signé des articles et des poèmes, on compte 39 noms, certains connus, comme le musicien Jaques-Dalcroze, d’autres inconnus du public en 1923, comme Renato de Almeida. Il y a aussi des textes d’auteurs aux noms improbables, comme un certain Florestan – qui a publié cinq textes –, indiquant aux lecteurs attentifs l’existence de pseudonymes, et de nombreux articles sans paternité, désignant principalement Sá Pereira, dans les premiers numéros.

« C’est un magazine qui ose sa façon de se présenter », dit Flávia à propos de l’esthétique du magazine. « Il apporte une communication plus audacieuse, est très illustré, créatif et ne suit pas un schéma habituel, uniquement avec la photographie et le texte. L’enseignant explique que le magazine a des fonctionnalités non conventionnelles et a une manière plus innovante de distribuer les sujets sur la page, avec des manuscrits, des dessins et des photographies. En tant qu’illustratrice de ariel, les œuvres signées Antonio Paim apparaissent en plusieurs sections avec les techniques employées par l’artiste.

En plus de l’esthétique audacieuse, d’autres caractéristiques du modernisme qui se reflètent dans le magazine étaient la défense d’un renouveau dans l’esthétique musicale actuelle, la recherche d’une identité nationale en musique et le souci didactique nécessaire pour élargir le public en appréciant les nouvelles langues. « Le choix même du magazine mensuel en tant que périodique propagateur d’idées est typiquement moderniste – pas aussi « statique » qu’un livre et pas aussi éphémère qu’un journal », explique Isadora Bertolini.

Un autre trait moderniste est l’adoption de surnoms et de pseudonymes pour signer des textes. Il n’était pas rare que le lecteur lisait non pas « Mário Raul de Andrade » à la fin d’un article, mais « Raul de Moraes », par exemple. De plus, « c’est une revue de modernisme pertinente à la fois dans le domaine des études littéraires et pour les études musicales ».

Flávia souligne que lors de la recherche sur les études littéraires du modernisme, la pertinence de l’épistolographie est observée. Les lettres échangées entre les modernistes montrent comment ils se sont rassemblés autour des journaux et des magazines et ont fait de ces véhicules un prolongement du militantisme de ce qu’ils croyaient. ET ariel c’était l’un de ces magazines.

Vous pourriez également aimer...