Le Venezuela

Le ministre brésilien de l’environnement, soupçonné de faciliter le trafic de bois

La justice brésilienne a ordonné mercredi au ministère de l’Environnement d’être perquisitionné et d’enquêter sur le ministre Ricardo Salles, l’une des personnalités les plus controversées du gouvernement de Jair Bolsonaro, pour son implication présumée dans un programme d’exportation illégal de bois, rapporte l’AFP.

La police fédérale a mené des descentes à Brasilia, à Sao Paulo et dans l’État de Pará (nord), après avoir identifié un «projet criminel grave de nature transnationale» dans lequel «les autorités étaient impliquées (…), y compris l’actuel ministre de l’Environnement , Ricardo de Aquino Salles, ainsi que des agents publics et des personnes morales », a déclaré le juge de la Cour suprême qui a autorisé les enquêtes.

Les raids ont eu lieu au siège du ministère à Brasilia et, selon la presse brésilienne, à la résidence de Salles à Sao Paulo.

Le tribunal a également autorisé la levée de son secret bancaire et ordonné la révocation de dix personnes de postes de confiance au sein du ministère et de l’organisme de réglementation environnemental Ibama, dont son président, Eduardo Bim.

Consulté par l’AFP, l’avis de Salles a indiqué que le ministre est à Brasilia, mais n’a pas immédiatement pris position sur l’enquête.

Le gouvernement du président Jair Bolsonaro est accusé par les défenseurs de l’environnement d’avoir favorisé le rebond de la déforestation, de réduire les ressources des agences de contrôle et de prôner l’ouverture de la région amazonienne aux activités agricoles et minières.

Greenpeace Brésil a célébré la destitution du président d’Ibama et a demandé que Salles « soit immédiatement démis de ses fonctions ».

« Bien que le démettre de ses fonctions ne soit pas suffisant pour surmonter les problèmes causés par la propre politique anti-environnementale du gouvernement, il est clair que le ministre viole les fonctions de son propre portefeuille », a déclaré l’ONG.

– « Légalisation rétroactive » –

Selon le PF, le programme de « facilitation de la contrebande de produits forestiers » sert « les intérêts privés des exploitants forestiers et des exportateurs ».

Grâce à lui, des milliers d’expéditions de produits forestiers exportés ont été légalisées «rétroactivement, en désaccord avec la réglementation environnementale en vigueur entre 2019 et 2020», aux États-Unis et en Europe.

« Elle a également créé de sérieux obstacles à l’action de contrôle de la puissance publique en matière environnementale, avec un préjudice indéniable à l’ensemble de la société », a ajouté la police, qui a ouvert des enquêtes en janvier après avoir été informée par les autorités étrangères d’éventuelles dérives.

Salles, 45 ans, est interrogé par les peuples autochtones, les universitaires et les organisations environnementales et est également désapprouvé par les secteurs de l’agro-industrie, considérant que sa politique environnementale porte atteinte à l’image internationale du Brésil, une puissance agro-exportatrice.

En avril de l’année dernière, le ministre a été filmé en train de dire lors d’une réunion du cabinet avec Bolsonaro que le gouvernement devrait profiter de l’attention mondiale concentrée sur la pandémie pour légaliser les activités agricoles et extractives dans les aires protégées.

« On a la possibilité de profiter de ce moment où l’attention de la presse se porte presque exclusivement sur le covid (…) pour modifier progressivement toutes les réglementations et simplifier les normes » dans ce domaine, a déclaré Salles, provoquant l’indignation. «Salles a mis en place un véritable bureau des délits environnementaux au ministère de l’Environnement et un jour il devra en répondre», a déclaré Marcio Astrini, secrétaire exécutif de l’ONG Observatorio do Clima.

Vous pourriez également aimer...