Le Brésil

Le mouvement noir présente la demande de destitution de Bolsonaro

BrasildeFato – Pour la première fois de l'histoire, le mouvement noir organisé demandera la destitution d'un président brésilien. Mercredi (12), la Coalition noire pour les droits présentera, à Brasilia, un document demandant la destitution de Jair Messias Bolsonaro.

La demande de destitution est signée par 600 entités et plusieurs personnalités, en noir et blanc. Sueli Carneiro, Vilma Reis, Bianca Santana, Emicida, Dexter, Salgadinho, Rappin'Hood, Chico Buarque, Nando Reis, Douglas Belchior, Silvio de Almeida, Antônio Pitanga, Fábio Porchat, Antonio Tabet, Fernando Meirelles, Aranha, Sidarta Ribeiro et Bel Coelho, entre autres, soutient l'initiative.

Dans le document, la Coalition Noire pour les Droits affirme qu'elle appelle à la destitution de Bolsonaro «pour les crimes de responsabilité commis par lui et pour la manière dont ils aggravent la politique de génocide contre la population noire».

Pratiques contre la vie

«Notre demande d'empêchement relève comme des crimes de responsabilité pratique du président Jair Bolsonaro qui attaquent objectivement la vie de la population noire et de ses communautés», affirme le collectif du mouvement noir dans le document, qui souligne les erreurs du président dans la gestion de la crise du coronavirus.

«Surtout dans les actes du président contre la santé publique dans le contexte de la pandémie de covid-19, l'insuffisance des mesures d'urgence qui devraient être prudemment dirigées vers les familles noires, les travailleurs domestiques, les travailleurs informels noirs, les communautés quilombola, les populations rurales noires, les populations noires de nos bidonvilles, périphéries et quartiers », souligne le texte.

Samedi dernier (8), le Brésil a dépassé les 100 mille décès dus au coronavirus. Ce lundi (10), selon les données du Conseil national des secrétaires de la santé (Conass), il y aurait plus de 3 millions de personnes infectées dans le pays et 101 752 décès. Pour la troisième semaine consécutive, le pays a enregistré plus de 300 000 cas de covid-19.

Maia et la destitution

La demande de destitution déposée par la Coalition noire pour les droits devrait rejoindre la file d'attente de 50 autres personnes similaires qui appellent également au départ de Bolsonaro de la présidence. Jusqu'à présent, Rodrigo Maia (DEM-RJ), président de la Chambre des députés, les a tous enfermés.

Dans une interview lundi dernier (9), Maia n'a pas caché sa réticence à inscrire l'une des demandes de destitution à l'ordre du jour de la Chambre des députés.

«Nous sommes au milieu d'une pandémie, et toute décision fait désormais appel à la parole. Nous discuterons de la mise en accusation sans aucune motivation pour le faire. Je n'utilise pas ça pour menacer, ce n'est pas comme moi. Le président Bolsonaro sait que parmi ceux qui sont placés, je ne vois aucun type de crime attribué au président », a-t-il déclaré.

Fondateur et l'un des représentants de la Black Coalition for Rights, Douglas Belchior estime que Maia peut guider la demande de l'entité. Selon le militant, le président de la Chambre des députés met en péril sa biographie et son travail devant la Chambre en protégeant Bolsonaro "à un moment où le pays est confronté à la pire crise sanitaire de son histoire".

«Maia est un défenseur de la démocratie et de l'indépendance des pouvoirs, mais jusqu'à présent, il n'a fait que montrer sa fidélité à la politique économique ultra-libérale de Guedes. A aucun moment il n'a été décisif pour mettre un terme aux atrocités de Bolsonaro. Avec la demande de destitution présentée par la Black Coalition for Rights, la représentation politique de la majorité de la population brésilienne, nous donnons à Maia une chance d'entrer dans l'histoire en tant que défenseur de la démocratie et de la vie, et non en tant que complice d'un génocide, promu par le pire gouvernement. de l'histoire républicaine au Brésil », dit-il.

Vous pourriez également aimer...