Le Brésil

Le MST proteste contre le « comptoir commercial » des pasteurs à la MEC

São Paulo – Les militants du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST) ont organisé une manifestation devant le bâtiment du ministère de l’Éducation (MEC), à Brasilia, ce vendredi (25). L’action dénonce l’existence d’un cabinet parallèle au portefeuille, formé par des pasteurs liés au ministre Milton Ribeiro et au président Jair Bolsonaro. Dans une note, le MST précise que l’affaire, connue sous le nom de « Bolsolão do MEC », montre comment le ministère est devenu un « comptoir d’affaires » visant à servir les intérêts cachés de groupes liés au gouvernement.

Le corps peint, et portant un veau d’or, qui fait référence à un passage biblique, les manifestants ont crié des slogans et chanté pour dénoncer le scandale : « Hé, toi là, donne-moi un pot-de-vin là, un kilo d’or là ».

L’allusion au métal précieux renvoie au récit d’un des maires qui a dénoncé le stratagème de corruption mené par les bergers. Dans l’un des rapports, le maire de Luis Domingues (MA), Gilberto Braga, a déclaré qu’on lui avait demandé un kilo d’or en échange du déblocage de fonds du ministère. Selon lui, la demande est venue du pasteur Arilton Moura, qui a travaillé en partenariat avec le pasteur Gilmar Santos.

Pour la responsable nationale du secteur Education du MST, Luana Pommé, « la corruption dans le gouvernement Bolsonaro se présente sous toutes les formes possibles ». Outre les demandes de pots-de-vin pour débloquer des fonds, elle cite la « déviation de finalité de la politique éducative ».

Les politiques publiques fondent

Dans le même temps, alors que le pasteur est surpris en train de demander des pots-de-vin en or, les politiques éducatives s’effondrent, dénonce le MST. En ce sens, le mouvement souligne que l’Éducation est l’un des portefeuilles qui a subi le plus de coupes ces dernières années.

« Plusieurs politiques d’éducation publique sont en train d’être démantelées, comme c’est par exemple le cas du Programme national d’éducation pour la réforme agraire (Pronera). Il y a deux ans, le gouvernement Bolsonaro a éteint la Coordination générale de l’éducation rurale et de la citoyenneté, chargée de la gestion du Pronera », accuse le MST. La fin du programme, selon le mouvement, a touché des milliers d’étudiants dans les zones rurales.

le scandale se multiplie

Selon le journal L’État de São Paulo, 10 maires ont déjà dénoncé le stratagème de corruption mené par des pasteurs au ministère. Le maire de Bonfinópolis (GO), Kelton Pinheiro (Citoyenneté), a déclaré avoir reçu une offre de réduction sur les frais de scolarité. « (Arilton) a dit : ‘Je vais vous faire gagner 15 000 R$ parce que vous avez été recommandé par le pasteur Gilmar, qui est un de mes amis. Pour les autres ici, ce que je facture ici est de 30 000 BRL ». De plus, la valeur de la contrepartie comprenait également l’achat de Bibles parrainé par le pasteur.

Le maire de Boa Esperança do Sul (SP), José Manoel de Souza (PP), qui a également signalé la demande de pot-de-vin d’Arilton. « Il a dit : je parle là (dans le ministère). Vous faites déjà un travail, mais vous devez faire un dépôt de 40 000 R$ pour aider l’église.

Après une demande du bureau du procureur général (PGR), la ministre Cármen Lúcia, de la Cour suprême fédérale (STF), a ordonné l’ouverture d’une enquête contre Ribeiro. Elle a également donné au PRG un délai de 15 jours pour indiquer si Bolsonaro sera également la cible de l’enquête. C’est parce que Ribeiro dit que le service préférentiel aux demandes des pasteurs était une orientation du président lui-même.

« Ma priorité est de desservir d’abord les municipalités qui en ont le plus besoin. Deuxièmement, pour assister tous ceux qui sont amis du pasteur Gilmar », a déclaré le ministre, dans un audio publié par Folha de S. Paulo en début de semaine. « C’était une demande spéciale que le président de la République m’a faite sur la question du (pasteur) Gilmar », a ajouté Ribeiro.

Vous pourriez également aimer...