Le Brésil

Le nombre moyen de décès dus au covid-19 augmente de 69 % en un mois au Brésil

São Paulo – Le Brésil a enregistré aujourd’hui (14) 297 décès supplémentaires et 65 379 nouveaux cas de covid-19 au cours des dernières 24 heures surveillées par le Conseil national des secrétaires à la santé (Conass). Ainsi, la moyenne mobile sur sept jours des victimes était de 244. Il s’agit de la deuxième note la plus élevée depuis le 25 mars. Le pays boucle 17 jours de suite avec cet indice supérieur à 200. En 14 jours, le nombre moyen de décès a augmenté de 14,4 %. Par rapport au 14 juin, où l’indicateur était à 144, le plus haut atteint 69,4 %.

La moyenne mobile des cas, qui s’est établie à 54.633, a enregistré une légère baisse (-3,4%) au cours des deux dernières semaines. En comparaison avec les 30 derniers jours, cependant, le maximum atteint 38,9 %. Le nombre total de cas est certainement encore plus élevé, puisque les résultats positifs des autotests (vendus en pharmacie) n’entrent pas dans les index officiels, s’ils ne sont pas confirmés par un autre test RT-PCR. Sinon, ils amplifient la sous-déclaration.

En tout, depuis le début de la pandémie, le Brésil a officiellement enregistré 674 339 décès dus au covid et plus de 33 millions de cas de la maladie.

Chiffres du Covid-19 ce vendredi au Brésil. Source : Conas

Les sous-variantes s’inquiètent

Cette semaine, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre la croissance mondiale du nombre de cas de covid-19, qui découle principalement de la propagation des sous-variantes BA.4 et BA.5 de l’omicron. Les deux sont plus résistants aux anticorps vaccinaux et peuvent échapper à l’immunité acquise lors d’infections antérieures. Au Brésil, ils sont également déjà prédominants.

« Les nouvelles vagues montrent que le Covid-19 est loin d’être terminé », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom. Ainsi, il a guidé les gouvernements pour qu’ils adoptent à nouveau des mesures telles que l’utilisation de masques, afin de contenir la pression sur les systèmes de santé.

En France, par exemple, les hospitalisations ont connu une « forte augmentation » de 19% par rapport à la semaine précédente, selon l’Agence locale de santé publique, a rapporté Radio France Internationale (RFI). Les admissions aux soins intensifs ont également augmenté de 22 % et les décès enregistrés dans les établissements de santé ont bondi de 39 % au cours de la même période.

De plus, une nouvelle variante BA.2.75 de l’omicron, détectée pour la première fois en Inde début mai, est un nouveau sujet de préoccupation. Chez les Indiens, elle représente déjà 20 % des cas de la maladie. Et, selon l’OMS, il a déjà été identifié dans 10 autres pays, au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Australie, en Allemagne et au Canada.

Selon le journal britannique Le gardien, les cas de BA.2.75 au Royaume-Uni ont nettement augmenté, et « apparemment » plus vite que BA.5, considéré comme « extrêmement contagieux ». Le virologue du département des maladies infectieuses de l’Imperial College de Londres, Tom Peacock, a rapporté que cette nouvelle sous-variante a 45 mutations communes avec BA.5 et 15 particulières. « C’est définitivement un candidat potentiel pour ce qui vient après BA.5 », a souligné l’expert.

Vous pourriez également aimer...