Le Brésil

Le Pará continue avec des enregistrements de violence à la campagne, déplore la pastorale et le MST en se souvenant du massacre

São Paulo – À la veille du 25e anniversaire de la soi-disant massacre Eldorado dos Carajás (PA), la Commission pastorale foncière (CPT), le Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST) et la Société paraense pour la défense des droits de l’homme ont publié une note dans laquelle ils déplorent l’impunité dans le pays. Les entités soulignent également que Pará continue d’être un «recordman des menaces et des meurtres» dans les zones rurales.

«Les dénonciations de menaces et divers types de violences se multiplient chaque jour, comme les pulvérisations aériennes de pesticides sur les implantations populaires, l’exploitation abusive du territoire, les menaces aux dirigeants, les expulsions illégales», affirment le CPT, le MST et le SDDH. Et ils ajoutent que le gouvernement Bolsonaro, «criminosamène», démolit un corps comme l’Incra, l’ICBMBio et l’Ibama, en plus de paralyser les processus de réforme agraire.

Décès, menaces, expulsions

Rien qu’au Pará, selon le bureau régional du CPT, 320 travailleurs et dirigeants ont été assassinés de 1996 à 2019. Au cours de la même période, 1 213 ont reçu des menaces de mort, 1 101 ont été arrêtés et 30 937 ont été victimes de travaux forcés. En outre, 3 574 familles ont été expulsées sur décision du tribunal.

Consultez le document complet.

Réforme agraire et fin de l’impunité – une lutte nécessaire: 25 ans du massacre de l’Eldorado dos Carajás

Au milieu du génocide provoqué par Bolsonaro au Brésil, nous commémorons le 25e anniversaire du massacre d’Eldorado de Carajás, pratiqué par les forces de police d’État sur la courbe en S, en 1996, au Pará. Cet épisode de violence extrême a frappé 19 travailleurs ruraux et a laissé ses traces comme le massacre le plus sanglant de l’histoire de la lutte pour la terre au Brésil, mais pas le seul. Le 24 mai 2017, la police civile et militaire de l’État du Pará a de nouveau torturé et assassiné 10 personnes à Pau D’arco.

Au cours de ces 25 années qui ont suivi le massacre, la violence contre les paysans dans la lutte pour l’accès et la permanence à la terre dans l’État de Pará a continué d’augmenter. Selon le suivi effectué par le CPT Pará régional, de 1996 à 2019, dans l’État: 320 travailleurs et dirigeants ont été assassinés; 1 213 ont reçu des menaces de mort; 1 101 ont été arrêtés par la police; 30 937 ont été victimes de travaux forcés et 37 574 familles ont été expulsées à la suite de décisions judiciaires. Dans cette escalade de violence, d’innombrables dirigeants du MST, des mouvements syndicaux, religieux et écologistes ont été victimes de meurtres, parmi lesquels: Onalício Barros, Valentim Serra, José Dutra da Costa, José Pinheiro Lima, Dorothy Stang, José Claudio et Maria, Jane Julia, Dilma, Carlos Cabral, Raimundo Paulino, Ronair Lima, Fernando Araújo et bien d’autres.

Malheureusement, Pará reste le détenteur du record des menaces et des meurtres. Les dénonciations de menaces et divers types de violences se multiplient chaque jour, comme les pulvérisations aériennes de pesticides sur les implantations populaires, l’exploitation indue du territoire, les menaces aux dirigeants, les expulsions illégales. Le gouvernement Bolsonaro a mis au rebut des agences comme l’INCRA, l’ICBMBIO et l’IBAMA, et a paralysé la réforme agraire.

Chaque jour dans tout le Brésil, la population des campagnes continue d’être menacée d’expulsions, d’expulsions illégales, d’agressions physiques, d’invasion de leurs territoires. Depuis 1985, date à laquelle le CPT a commencé à publier «Conflitos no Campo Brasil», 1 501 cas de meurtre ont été enregistrés, faisant 1 988 victimes. Les peuples autochtones, les squatteurs, les quilombolas, les pêcheurs, les agriculteurs, les riverains, les sans terre et les chefs religieux ont été victimes de meurtres dans les conflits à la campagne. Ce chiffre comprend 250 victimes de massacres. Le nombre total de massacres dans le camp entre 1985 et aujourd’hui a atteint 51. En 2020, 159 personnes dans le camp ont été menacées de mort, 35 autres personnes ont subi des tentatives d’assassinat, plus de 30 000 familles ont été menacées d’être expulsées de leurs territoires. , à la fois par le pouvoir public et privé. Beaucoup ont perdu leur maison au milieu d’une pandémie. Nous avons eu une augmentation de plus de 30% de l’occurrence des conflits fonciers, la majorité dans l’Amazonie légale.

Sauver la mémoire des luttes pour la terre et des victimes de l’État et du latifundium est une tâche nécessaire, car dès le début, le massacre de l’Eldorado a déjà montré que la responsabilité des accusés ne serait pas une tâche facile, puisque le ministère public a échoué. de dénoncer le gouverneur de l’État du Pará, le commandant en chef du Premier ministre et le secrétaire à la Sécurité publique lui-même, un fait qui a conduit à de vives critiques de la part des mouvements sociaux et de la société brésilienne. Seuls les deux commandants de l’opération, José Maria Oliveira et Coronel Pantoja, ont été condamnés.

La Commission Pastorale des Terres – CPT, la Société Paraense pour la Défense des Droits de l’Homme-SDDH, et le Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre, ressortent à nouveau pour dénoncer la violence dans les campagnes, l’impunité qui sévit dans les tribunaux brésiliens, l’avancée de l’exploitation minière entreprises et l’exploitation minière illégale sur les quilombola et les terres autochtones, la déforestation endémique causée par l’agro-industrie et l’exploitation forestière, la destruction de nos rivières par de grands projets hydroélectriques et la criminalisation des mouvements sociaux et des défenseurs des droits humains.

La lutte pour la réforme agraire est plus que jamais nécessaire. La mémoire de nos compagnons continue d’indiquer notre chemin.

Sortie avec le gouvernement génocidaire !!!

Vive la lutte de la paysannerie brésilienne !!!

Réforme agraire maintenant !!!

Pará, 16 avril 2021.

CPT Pará – Commission régionale pastorale foncière du Pará

MST – Mouvement sans terre

SDDH – Paraense Society for the Defence of Human Rights

Vous pourriez également aimer...