La Colombie

Le président égyptien a visité le canal de Suez et a promis du matériel pour éviter de futurs blocus

30 mars 2021 – 08h13



Pour:

Agence AFP

Le président égyptien Abdel Fatah Al Sissi a promis mardi que son pays se doterait d’un équipement adéquat pour empêcher une répétition du blocus qui a paralysé le canal de Suez pendant une semaine.

« Nous allons acquérir tous les équipements nécessaires au canal » pour éviter des incidents similaires, a assuré Sissi lors de sa visite à Ismailia, où est basée l’Autorité du canal de Suez (SCA).

« La crise a montré à quel point le canal est important pour le monde », a ajouté le président, dont la déclaration intervient un jour après le renflouement du ‘Ever Given’, un énorme porte-conteneurs qui s’est coincé dans le canal le 23 mars et a bloqué le transport maritime. trafic pendant presque une semaine.

Après sept jours de blocus, les équipes techniques du canal ont finalement réussi à mettre le navire à flot, et les premiers navires ont repris la traversée du canal vers 16 heures lundi.

Mardi matin, selon les sites de surveillance du trafic maritime, certains navires dans le canal étaient de taille similaire à « Ever Given », plus de 200 000 tonnes et 400 mètres de long.

Lisez aussi: Londres a à nouveau une journée sans décès par covid-19 depuis septembre

Cependant, des centaines de navires attendaient aux deux extrémités du canal de 190 kilomètres qui relie la Méditerranée à la mer Rouge et concentre environ 10% du commerce mondial.

Au total, 422 navires, chargés de marchandises, de pétrole ou de bétail, ont été bloqués.

Parmi ceux-ci, 113 ont traversé le canal pendant la nuit entre 16h00 lundi et 6h00 mardi, a déclaré l’amiral Osama Rabie, président du SCA.

L’embouteillage devrait prendre entre trois et quatre jours, selon les autorités.

Canal de Suez

« Prudence »

« Pour les passages de nuit, ils doivent être très prudents et ne les autoriser que pour les petits et moyens navires, pas pour les gros pétroliers, ni pour les gigantesques porte-conteneurs », estime Jean-Marie Miossec, professeur à l’Université Paul-Valéry de Montpellier ( sud-est de la France) et spécialiste du transport maritime.

Lundi après-midi, l’amiral Oussama Rabie a proclamé « la reprise du trafic », dissipant l’inquiétude qui pesait sur le commerce maritime international depuis mardi.

Le gigantesque navire battant pavillon panaméen, exploité par la société taïwanaise Evergreen Marine Corporation, s’était bloqué après s’être écrasé sur la côte est.

Les opérations pour l’enlever ont nécessité plus d’une douzaine de remorqueurs, ainsi que des dragues pour creuser le chenal sous le navire.

«Entre 180 et 200 personnes ont travaillé sans relâche 24 heures sur 24», a déclaré un responsable du SCA qui a refusé de s’identifier.

Chaque jour d’immobilisation a entraîné des pertes comprises entre 6 et 10 milliards de dollars, selon l’assureur Allianz.

La valeur totale des marchandises bloquées ou ayant dû emprunter un autre itinéraire varie selon les estimations, entre 3 000 et plus de 9 000 millions de dollars.

Selon le SCA, l’Égypte a perdu entre 12 et 15 millions de dollars par jour à cause de la fermeture du canal, utilisé par près de 19000 navires en 2020.

Lisez aussi: Londres a à nouveau une journée sans décès par covid-19 depuis septembre

Vous pourriez également aimer...