Le Brésil

Le président met son veto à l’hommage à Jango et parle toujours d’« État démocratique »

São Paulo – Fervent admirateur de la dictature, l’actuel président de la République a opposé son veto à un projet qui rendait hommage à l’ancien président João Goulart, renversé par un coup d’État en 1964. Et dans la justification, il a également parlé d’un « » État démocratique ».

Le veto a été publié dans l’édition de ce jeudi (14) de Agenda Officiel de l’Union (JE DONNE). Le projet original (PLS 503) a été présenté il y a 10 ans par le sénateur Aloysio Nunes (PSDB-SP). Par la suite, il est passé par la Chambre sous le numéro PL 4.261/2012. Elle a donné le nom de « Rodovia Presidente João Goulart » au tronçon de l’autoroute BR-153 entre Cachoeira do Sul (RS) et Marabá (PA). Presque toute l’autoroute, s’étendant sur 3 000 kilomètres, traversant huit États.

Intérêt public

Pour se justifier, le président a déclaré que la proposition « contraire à l’intérêt public » et serait opportune pour ne pas considérer les « spécificités » de chaque Etat. De plus, cela pourrait signifier « en décalage avec les angoisses et les attentes » de la population de chaque lieu. Enfin, il a également précisé que les hommages aux personnages historiques ne peuvent s’inspirer « de pratiques dissonantes des ambitions d’un Etat démocratique ».

C’est précisément João Goulart qui a subi les conséquences du manque de démocratie. Élu aux urnes, il a été renversé par un coup d’État civilo-militaire qui a conduit à une dictature qui a duré 21 ans. Il n’a jamais pu retourner au Brésil. Il est mort en exil, en Argentine, en 1976, et a pu être enterré à grands frais à São Borja (RS). Dans le gouvernement de Dilma, les restes de Jango ont été exhumés en raison d’un soupçon d’empoisonnement, mais l’autopsie n’a pas été concluante. L’ancien président a reçu les honneurs de l’État à Brasilia.

Session de 1964 annulée

Jango est officiellement destitué le 2 avril 1964. Le président du Congrès, le sénateur Auro de Moura Andrade, déclare vacante la présidence de la République, bien que Goulart soit sur le territoire national. En 2013, le même Congrès a adopté une résolution annulant la session de 1964. L’actuel président, qui a également déclaré qu’il avait un tortionnaire comme héros, était contre.

En 2016, João Goulart a commencé à nommer l’élévation connue sous le nom de Minhocão, à São Paulo. Jusque-là, le lieu honorait Costa e Silva, l’un des présidents militaires de la période de la dictature.

Lire la suite:

Le fils de Jango répudie la célébration de 1964 : « Le projet de la nation leur fait toujours peur »

Jango, 40 ans après : un pays à faire

Vous pourriez également aimer...