Le Brésil

Le procès de l’affaire Lula, ce jeudi, peut définir la suspicion de Moro

São Paulo – L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva a averti ses alliés qu’il n’était pas encore temps de «chanter la victoire» sur son innocence. Lula se réfère à l’arrêt de la Cour suprême fédérale (STF) qui se poursuit ce jeudi (22) pour définir le bon forum auquel les quatre processus à Curitiba, dans le cadre de la Lava Jato, désormais annulée, devraient être envoyés: Brasília ou São Paulo. Le vote devrait également être habeas corpus des soupçons de l’ex-juge Sergio Moro. Si la suspicion est confirmée, outre l’annulation de toutes les condamnations, les preuves de toutes les affaires contre Lula pourraient être invalidées. Ainsi, toute possibilité de nouvelles condamnations contre l’ancien président serait exclue.

La plénière du STF confirme l’incompétence de la République de Curitiba et Lula reste éligible
«Décision historique», «cela a pris du temps, mais c’est arrivé». Réactions à la décision de la Cour suprême qui redonne à Lula des droits politiques

Lula, selon la chroniqueuse Mônica Bergame, sait qu’il a déjà remporté une victoire morale face au procès de jeudi dernier (15) lorsque l’annulation des peines prononcées contre lui par Curitiba a été confirmée. Et que «la perception que Moro était un juge partiel qui a promu une persécution est consolidée», rapporte le journaliste.

Soupçon de Moro

Le procès de jeudi ne met pas en péril les droits politiques de Lula, qui ont été entièrement rétablis.

Ce que la Cour suprême juge maintenant, c’est si le fait qu’elle considère la 13e Cour fédérale de Curitiba comme incompétente peut passer outre aux soupçons de Moro, comme l’explique un rapport de Lettre capitale. Dans ce cas, la décision couvrirait trois affaires déjà rejetées par Fachin. L’exception est le cas du triplex Guarujá, jugé par le deuxième panel, et dans lequel Moro était déjà considéré comme suspect.

La défense de Lula exige que la décision sur les soupçons de Moro s’étende également à deux autres affaires impliquant l’Institut Lula et le site d’Atibaia. C’est pourquoi la suspicion est considérée comme l’action principale. Pour avoir couvert tout procès contre Lula qui est passé entre les mains de Moro, et à tout moment. «Un exemple: dans le cas du site d’Atibaia, le juge Gabriela Hardt a condamné Lula, mais Moro a agi dans les premières étapes du processus. Et donc, selon la défense, tout cela devrait être annulé. La suspicion aurait également un impact sur d’autres poursuites et invaliderait les preuves », explique Lettre capitale.

Sujet résolu

Pour le ministre Gilmar Mendes, la question de la suspicion est résolue. Dans une interview avec le journal L’État de S. Paulo, dimanche (18), Mendes a rappelé que le habeas corpus qui traite des soupçons de Moro a déjà été jugé par le deuxième groupe spécial et ne devrait donc pas être réexaminé. «Nous devons être stricts avec les règles de procédure. On ne peut pas faire de casuisme avec le processus, car c’est A ou B. Ce qui est curieux, c’est que j’ai proposé que la question soit affectée à la plénière, à l’époque, en 2018, au début du procès. Et par trois contre deux, ma position a été défaite. Et maintenant, la décision est prise », a-t-il renforcé.

Gilmar Mendes a également déclaré que l’ex-président Lula peut réclamer une indemnisation pour avoir passé 580 jours illégalement emprisonnés. « Je ne sais pas s’il le fera, mais c’est une question à considérer. »

Effort d’interprétation

Le juriste Marco Aurélio de Carvalho, coordinateur du Groupe des prérogatives, estime que le STF devrait faire un effort d’interprétation extrêmement exagéré pour accepter la thèse de la perte de matérialité du soupçon. «Le fait que Moro soit incompétent renforce le fait qu’avant, il était un suspect. S’il savait que le personnel sur lequel il travaillait était incompétent et qu’il suivait la procédure, il a agi en tant que suspect », a déclaré l’avocat à Carta Capital. Pour lui, il y a une tentative de protéger Moro en ne reconnaissant pas le soupçon.

En ce qui concerne le forum où les processus de Lula devraient être dirigés, les experts estiment que ce sera São Paulo, où se trouvent les villes d’Atibaia, Guarujá, en plus de la capitale, où se trouve l’Institut Lula. «Lors de son vote, la semaine dernière, Alexandre de Moraes a voté pour l’envoyer à Brasilia. Les autres ministres doivent encore prendre position », rappelle le rapport.

Vous pourriez également aimer...