Le Brésil

Le professeur traduit des travaux en serbe et hongrois directement en portugais – Jornal da USP

Un roman historique sur la lutte des Serbes et des Hongrois contre les Ottomans fait partie des ouvrages publiés par un professeur de l’USP

par Luiz Prado

Les traductions sont signées par le professeur de la Faculté d’éducation de l’USP Aleksandar Jovanovic – Foto Divulgação/Fotomontagem Journal de l’USP

Tranquillement et subtilement, alors que la pandémie dévorait le monde, un autre mouvement international – et très bienvenu, en revanche – rapprochait l’Europe centrale et orientale du Brésil. Des siècles d’échanges culturels, de conflits interethniques et d’une histoire vertigineuse ont débarqué dans le pays, matérialisés dans trois livres traduits pour la première fois de leurs langues d’origine directement en portugais brésilien.

Il s’agit de Pont sur la Drina, par le prix Nobel de littérature Ivo Andrić, et Homo Poétique, par Danilo Kiš, traduit du serbe, et Le juge de Szentendre, de Jenö Arányi, traduit du hongrois. Les œuvres arrivent dans le pays grâce au travail du professeur Aleksandar Jovanovic, de la Faculté d’éducation de l’USP.

Pont sur la Drina est le roman le plus connu d’Andrić, qui est né en Bosnie encore sous la domination de l’Empire ottoman (et qui deviendra plus tard une partie de la Yougoslavie). Publié en 1945, l’ouvrage tisse des drames personnels fictifs dans un large contexte d’événements historiques, tous en orbite autour du pont qui donne son nom au livre.

Construit au XVIe siècle par le grand vizir Mehmed Pasha Sokolović, un bosniaque amené à Istanbul qui s’est converti à l’islam et a atteint des postes élevés dans l’empire ottoman, le pont, qui porte désormais son nom, est coincé dans un lieu de rencontre pour les Serbes, les Turcs, Juifs et Autrichiens, entre Occident et Orient. Dans le livre, elle devient témoin de trois siècles et demi de vie dans la région, où le christianisme et l’islam s’affrontent, les armées se succèdent, les épidémies sont incontrôlables et les inondations punissent les peuples, allant de la domination turque à la présence des Austro-hongrois et à l’approche de la Première Guerre mondiale.

Ce tourbillon d’histoire façonne aussi Le juge de Szentendre, par Arányi, auteur yougoslave né dans l’empire austro-hongrois des Habsbourg. Ici, l’attention est centrée sur les efforts conjoints des Serbes et des Hongrois contre la machine de domination ottomane à la fin du Moyen Âge. À son apogée, l’empire turc s’étendait sur 1,8 million de kilomètres et englobait des territoires en Asie, en Afrique et en Europe. En 1919, peu avant sa dissolution, elle comptait 14,6 millions d’habitants.

Scénario des guerres menées par le commandement des royaumes et empires d’Europe centrale et orientale, le livre se concentre également sur l’installation des populations serbes en Hongrie, fuyant l’occupation turque. Pour cela, Arányi soutient ses protagonistes fictifs dans plusieurs personnages secondaires historiques, dont l’existence documentée apparaît dans les notes de traduction.

Homo Poétique, à son tour, rassemble une série d’essais et d’entretiens de Danilo Kiš, un auteur serbe né en Yougoslavie, dont la famille a affronté les horreurs des camps de concentration nazis. Disciple de l’Argentin Jorge Luis Borges, Kiš a passé la majeure partie de sa vie en France, où il a enseigné, et a été l’un des candidats au prix Nobel en 1989, l’année de sa mort, à l’âge de 54 ans. Les textes qui composent le volume traitent de thèmes tels que le nationalisme, la censure et la littérature, dans lesquels l’autonomie de l’auteur est discutée d’un point de vue politique.

questions de traduction

Pont sur la Drina est la deuxième incursion de Jovanovic dans la traduction directe d’Andrić, après avoir travaillé sur une anthologie des nouvelles de l’auteur. Avant cela, ses œuvres n’étaient disponibles au Brésil qu’en traductions d’occasion.

« C’est un travail vraiment compliqué à traduire, car beaucoup se perd », commente le professeur à propos de Pont sur la Drina. « Andrić était un horloger du récit, car il prenait grand soin de son texte, y compris en termes de vocabulaire, pour caractériser l’origine de ses personnages par la parole. Evidemment, cette caractérisation régionale n’est pas reproductible d’une langue à l’autre, elle devient un truc comique, caricatural.

Jovanovic inscrit cette question dans le débat sur la naturalisation ou l’étranger d’une œuvre, deux stratégies de traduction souvent considérées comme antagonistes. Dans le premier, la traduction utiliserait des ressources de la langue cible pour rendre le texte plus accessible au lecteur, en utilisant des expressions, des régionalismes, des dictons, des surnoms et d’autres ressources, dans notre cas, par exemple, pour brésilieniser l’original. L’étrangisation, quant à elle, maintiendrait des éléments de la langue source pour souligner l’étrangeté et la différence par rapport à la langue cible.

Pour l’enseignant, les deux stratégies, placées comme antagonistes, sont fausses. « On ne peut pas donner la nationalité brésilienne à un auteur tahitien, par exemple. Il y a des spécificités de la culture et de la langue qu’il faut maintenir », commente-t-il. Dans le cas du roman d’Andrić, l’un des défis était la traduction des discours des personnages musulmans. Avec la domination ottomane, dit le professeur, de nombreux mots d’origine persane, arabe et turque ont été incorporés par les populations islamiques. Dans l’œuvre, la présence de ces termes permet d’identifier, par la parole, si un personnage est musulman ou non.

« Si je traduisais cela par le discours d’un mineur ou d’un gaucho, ce serait une déformation injustifiable », dit Jovanovic. « Quand vous parlez de langue, vous parlez de culture et vice versa. On peut séparer les choses en théorie, mais en pratique, quand quelqu’un parle, il est imprégné d’un contenu culturel. La langue et la culture sont une chose dans la pratique. C’est un défi important et très intéressant.

Ce n’était cependant pas le seul dilemme rencontré par l’enseignant lors de l’élaboration des éditions. Surtout dans le cas de Pont vers la Drina et Le juge de Szentendre, Jovanovic a dû opter pour l’utilisation abondante de notes de bas de page pour rendre les textes compréhensibles pour le lecteur brésilien, une décision qui révèle un « nerf exposé » dans les traductions actuelles.

« À mon avis, une traduction ne devrait normalement pas avoir beaucoup de notes de bas de page, mais, dans un cas comme celui-ci, sans les notes, les romans seraient absolument incompréhensibles », explique le professeur. En effet, dit Jovanovic, les œuvres sont pleines d’allusions historiques et géographiques et de contextes actuels peu connus des Brésiliens.

« Les couches dans lesquelles les choses sont présentées sont extrêmement détaillées », commente-t-il à propos de Le juge de Szentendre. « C’est une œuvre de fiction, mais le fond est historique, avec des personnages historiques. Sans explications, les gens n’auront aucune idée de ce qui se passe.

Bien qu’il s’agisse d’une collection d’articles et d’interviews, Homo Poétique n’échappe pas non plus à ce défi, souligne Jovanovic. « Kiš fait toujours référence à des problèmes spécifiques, tels que les restaurants et autres lieux et, historiquement, il fait de nombreuses références à ce qui s’est passé dans son enfance, pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’il a eu une expérience plus qu’amère », explique le professeur.

Jovanovic fait également l’éloge de Kiš, un auteur ouvertement borgésien, dit-il. « C’était un écrivain de génie et il a fait ce que Borges a fait : il a brouillé les frontières entre la fiction et l’histoire. Il a utilisé des documents historiques dans la fiction et des documents fictifs dans l’histoire », explique-t-il. « Kiš a suivi cette ligne pour montrer les tragédies qui ont peuplé cette partie de l’Europe depuis des temps immémoriaux », conclut-il.

Pont sur la Drina, par Ivo Andrić, Editora Grua, 448 pages, R$ 74,00.

Homo Poétique, par Danilo Kiš, Editora Aynê, 312 pages, 99,90 R$.

Le juge de Szentendre, par Jenö Arányi, e-book Amazon, 199 pages, R$ 16,56.

Vous pourriez également aimer...