Le Brésil

Le QG d’un ancien étudiant de l’ECA a reçu le Jabuti Award 2021 – Jornal da USP

L’œuvre de Marcelo Saravá utilise le métalangage pour parler de l’importance des histoires dans nos vies

par Luiz Prado

dans l’intrigue de Objectif, les enquêteurs suivent les indices d’un crime qui mêle fiction et réalité – Photomontage avec des pages du QG

Héros et super-vilains qui échappent à la fiction, envahissent le monde réel et attaquent leurs créateurs. Des gens ordinaires qui parviennent à franchir le quatrième mur et se retrouvent dans des histoires inventées. Des plagiat qui revendiquent l’originalité. Et une organisation mondiale secrète qui essaie d’organiser tout ce gâchis – même en maintenant un bureau au Brésil.

Ce sont les éléments de l’univers de Objectif – Dept. des crimes métalinguistiques, une bande dessinée qui a remporté le prix Jabuti 2021, scénarisée par Marcelo Saravá, diplômé en audiovisuel de l’École des communications et des arts (ECA) de l’USP.

Publiée en 2020, la bande dessinée a son centre orbital en partant du principe que la fiction est aussi réelle que ce que nous appelons habituellement la réalité. L’action suit Alan, un écrivain en herbe jeté dans un complot policier qui le conduit à rencontrer l’agence d’enquête qui nomme le volume. « Le métalangage a toujours été dans mon esprit depuis l’université », déclare Saravá.

Briser le quatrième mur et jouer avec les éléments constitutifs des bandes dessinées elles-mêmes évoquent des titres tels que homme animal, par Grant Morrison, et le Elle-Hulk, par John Byrne. Mais les références déclarées de Saravá incluent également le cinéma, avec La rose pourpre du Caire et Qui veut la peau de Roger Rabbit. Le service des crimes métalinguistiques retrouve lui-même des éléments de la série télévisée la frange.

couverture du QG Objectif – Image/Reproduction

Mais Objectif il ne s’agit pas seulement d’un exercice d’expérimentation du métalangage, comme le souligne l’auteur. Le travail représente également la reconnaissance de l’importance des histoires dans la formation des personnes. « Nos apprentissages, tout ce que nous intériorisons et qui devient notre caractéristique, sont venus d’un récit que nous vivons ou connaissons », reflète Saravá.

« Les enfants apprennent en regardant leurs parents et en répétant l’histoire ; ou ils font le contraire, réagissent et vont dans le sens inverse pour raconter une histoire complètement différente. Mais il y a toujours des liens. « À l’école, j’apprenais toujours mieux lorsqu’il y avait une histoire impliquée. Cela attire l’attention des gens, cela vous plonge dans ce qui se dit.

En plus de Saravá, l’équipe derrière Objectif comprend le designer André Freitas, le coloriste Omar Viñole et le parolier et graphiste Deyvison Manes. Même s’il s’agit d’un projet dont l’initiative est venue de Saravá, le scénariste commente l’importance des collaborateurs pour le résultat du projet.

«Quand vous choisissez un designer, vous ne choisissez pas seulement la ligne ou le style, vous choisissez le récit et un type d’idée», explique-t-il. « Le concepteur contribue beaucoup aux idées du matériau, même si vous, dans le rôle de scénariste, dirigez le processus, comme dans ce travail. » Un exemple de cela, dit Saravá, était la suggestion d’inspirer le design du personnage principal au scénariste lui-même, une initiative de Freitas qui a apporté de nouvelles idées à l’œuvre.

Selon Saravá, la grossesse de Objectif était un processus lancé en 2010, ayant commencé comme une idée de scénario pour le cinéma ou la télévision. Depuis, le projet a fait l’objet de plusieurs avis publics : pour le développement de scénarios de séries télévisées, de bandes dessinées et de longs métrages. Après quelques huis clos, l’œuvre a finalement été récompensée par Rumos Itaú Cultural 2017-2018.

« Le fait que votre projet ne soit pas envisagé ne signifie pas que vous deviez y renoncer », conseille Saravá, rappelant le chemin parcouru par la bande dessinée jusqu’à sa parution, chez Zarabatana Books. Selon le scénariste, sans le financement provenant de l’avis public, Objectif n’aurait pas décollé. C’est lui qui a garanti les ressources à Saravá pour payer l’équipe qui l’accompagne.

« L’avis public est merveilleux de se concentrer sur un artiste qui tergiverse », commente l’artiste. « Et même si au final vous n’avez pas été récompensé, votre projet est définitivement meilleur qu’avant. Et puis il y a un autre avis public, qui demandera des choses différentes, mais vous pourrez profiter de beaucoup de ce que vous avez déjà fait, l’idée aura mûri et c’est merveilleux.

L’œuvre qui a émergé pour les écrans est devenue une bande dessinée, mais le scénariste garantit que l’envie de faire quelque chose dans d’autres médias perdure. « Il est dans les plans de faire Objectif devenir un projet transmédia », indique l’auteur, qui ajoute des idées de jeux de société, de jeux de rôle et de jeux vidéo, tout en prévoyant déjà de nouvelles bandes dessinées dans la série.

Rappelant son temps d’étudiant à l’ECA, Saravá dit également que sa formation en audiovisuel a contribué à son travail avec la bande dessinée. « La nature d’un script de bande dessinée est très similaire à un script pour un film ou une émission de télévision », explique-t-il. « La différence, c’est qu’au cinéma on travaille avec l’espace et le temps et dans la bande dessinée on travaille avec un média spatial et toute représentation temporelle doit être dessinée : ce n’est pas un mouvement réel, mais des simulacres. Mais même ainsi, si vous pouvez raconter une bonne histoire, vous pouvez la raconter au théâtre, dans les bandes dessinées, au cinéma, à la radio ou dans un jeu vidéo.

Depuis l’époque de l’ECA, Saravá se souvient aussi des cours donnés par le professeur Waldomiro Vergueiro, spécialiste de la bande dessinée. Le scénariste se souvient d’un cours donné par le professeur, dans lequel il présentait un ouvrage justement sur le métalangage. « Peut-être puis-je dire que la première graine de Objectif est venu de cette affaire », réfléchit-il.

Objectif – Dept. des crimes métalinguistiques, de Marcelo Saravá (scénario). Livres Blowgun, 160 pages, 60,00 R$.

Vous pourriez également aimer...