Le Brésil

Le rappel a réduit les admissions à l’hôpital aux États-Unis pendant le pic d’umicron

São Paulo – Des études des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains confirment que ceux qui ont pris une dose de rappel du vaccin Covid-19 sont plus protégés contre la variante omicron. La troisième dose était efficace à 90 % pour prévenir les hospitalisations. Et il a été efficace à 82 % pour réduire les visites aux urgences. De plus, la dose de rappel a réduit de 66 % les risques que les personnes infectées présentent des symptômes de la maladie. La recherche, publiée vendredi (21), a analysé les rappels des vaccins Pfizer et Moderna.

Au total, les chercheurs ont analysé 88 000 hospitalisations dans 10 États entre août de l’année et janvier. Avec seulement deux doses, l’efficacité enregistrée contre le micron était de 81% en un maximum de six mois. Après cela, ce taux est tombé à 57 %.

L’analyse des soins d’urgence a porté sur plus de 200 000 cas dans les mêmes régions. Concernant les risques de maladie, 13 000 patients infectés par la nouvelle variante ont été observés.

La dose de rappel a également été efficace pour contenir la propagation de la maladie. Avec trois doses, une moyenne de 149 cas pour 100 000 habitants a été enregistrée. D’autre part, avec seulement deux doses, il y avait 255 cas pour 100 000.

Malgré ces résultats, seuls 25% des résidents américains ont pris les trois doses jusqu’à présent. En outre, environ un cinquième de la population n’a pas encore adhéré à la vaccination. « Toutes les personnes non vaccinées devraient commencer à se faire vacciner dès que possible », prévient l’une des études.

« Covidário » sur la plate-forme

Au Brésil, des pétroliers ont dénoncé la « négligence » de Petrobras avec la multiplication des cas dans les zones d’exploration offshore. Selon le North Fluminense Oil Workers Union (Sindipetro-NF), la partie externe de la plate-forme P-52, par exemple, est devenue un « covidário ». Les travailleurs contaminés étaient confinés dans la zone, dormant notamment à même le sol.

« La plate-forme est en éclosion, tout comme plusieurs autres unités. Pendant ce temps, l’entreprise garde à bord des travailleurs contaminés, en plus des embarquements et débarquements de routine, comme si de rien n’était », indique le syndicat, dans une note.

« Il semble que le déni du président se reflète dans les plateformes de Petrobras, car l’entreprise a gardé à bord des travailleurs avec des tests covid confirmés. Dans certains cas, pendant plus de cinq jours avec des symptômes pseudo-grippaux », a déclaré le coordinateur général de Sindipetro-NF, Tezeu Bezerra. « Quelle serait l’intention ? Tuer les ouvriers ? Les rendre fous ? Ou simplement garantir les milliards aux actionnaires au prix de nos vies ? »

En ce sens, Sindipetro-NF et la Fédération Unifiée des Travailleurs (FUP-CUT) ont appelé le Ministère Public du Travail (MPT), en raison des mauvaises conditions de travail. Par ailleurs, le syndicat a indiqué que, dès ce vendredi, il déposera plainte contre la direction de l’Etat, « tentative d’assassinat ».

Covid au Brésil aujourd’hui

Avec l’avancée de l’onomicron, le Brésil a enregistré 166 539 nouvelles infections en 24 heures. Ainsi, la moyenne mobile des diagnostics quotidiens a avancé à 117 797 au cours des sept derniers jours, avec un nouveau record. Les données sont fournies par le bulletin quotidien du Conseil national des secrétaires à la santé (Conass). Autour d’ici, environ 15,4 millions de personnes ont été vaccinées avec la troisième dose, selon les données du ministère de la Santé.

Dans la même période, 363 personnes sont mortes du Covid-19, selon les archives. Résultat, on dénombre officiellement 622 563 victimes de la maladie depuis le début de la pandémie dans le pays, en mars 2020. Avec 257 décès en moyenne mobile, le pays enregistre le taux le plus élevé depuis la mi-novembre.

Vous pourriez également aimer...