Le Brésil

Le salaire minimum pour 2022 reste sous-évalué et n’encourage pas l’économie

São Paulo – Le gouvernement fédéral prévoit une valeur de 1 212 R$ pour le salaire minimum à partir de janvier 2022. La valeur comprend un ajustement d’un peu plus de 10 %, basé sur l’indice national des prix à la consommation (INPC), l’inflation estimée officielle pour l’ensemble de cette année. Il s’avère que l’INPC ne sera connu que le 11 janvier, ce qui peut impliquer un petit écart décimal entre la prévision et la consolidation. Ce qui compte cependant, c’est que, pour la troisième année consécutive, le salaire minimum ne connaîtra pas de réelle augmentation. Et comme les prévisions d’inflation du gouvernement ne correspondent pas à la réalité, le plancher national risque de tomber même en dessous de l’inflation.

Pour se faire une idée de l’importance de ce mécanisme de recomposition des revenus, il faut savoir ce que la loi définit comme un salaire minimum. La Constitution fédérale de 1988, dans le chapitre sur les droits sociaux, définit que le salaire minimum doit couvrir tous les besoins du travailleur et de sa famille, doit être unifié sur tout le territoire national et être périodiquement réajusté pour garantir son pouvoir d’achat. (Pour en savoir plus sur cette histoire, visitez la page Dieese.)

Remarque : cet article a été rédigé avant que le gouvernement ne modifie le montant de 1 210 R$ prévu par le budget. Les informations ont été mises à jour

Ça coûte de monter, ça retombe vite

Mais entre les années 1970 et 1990, l’inflation a dévoré le pouvoir d’achat du salaire minimum, rendant difficile l’exercice de ce rôle constitutionnel. Pour que cela se produise un jour, il faut favoriser progressivement, chaque année, des hausses réelles (supérieures à l’inflation). C’est ce qui s’était passé de 2003 (première année du gouvernement Lula) à 2019 (première année du gouvernement Bolsonaro).

Le prix du panier alimentaire de base augmente dans tout le pays et coûte près de 60 % du salaire minimum

Durant cette période, une politique de valorisation du salaire minimum est parvenue à assurer des gains de 78 % supérieurs à l’inflation. Selon le sociologue Clemente Ganz Lúcio, ancien directeur technique de Dieese, cela représentait l’entrée de 250 milliards de reais par an dans l’économie brésilienne. Autrement dit : cette somme est entrée dans les poches des travailleurs, et s’est transformée en consommation des ménages. À leur tour, ces ressources alimentaient le commerce, gardaient les commandes de l’industrie et de l’agro-industrie – qui créaient toutes des emplois – et faisaient tourner la roue de l’économie.

Par exemple, en janvier 2003, une personne qui a reçu le plancher national a dû travailler sept mois pour atteindre le montant que la Constitution jugeait nécessaire pendant un mois. En janvier 2015, dernière année de reconduction de la loi de revalorisation du salaire minimum jusqu’en 2019, cet effort était tombé à quatre mois.

Enfin, le Brésil a marché, quoique lentement, pour faire appliquer la loi. Mais, avec la fin de la politique de valorisation, elle a commencé à reculer. Actuellement, le salaire minimum requis est près de six fois supérieur au montant réellement payé.

reste pour le prochain

Selon Clemente Ganz Lúcio, ce recul du salaire minimum est de mauvais augure pour l’économie du pays en 2022. « Le manque d’appréciation est une absence importante dans l’économie. Ceci explique en partie la baisse de la masse salariale. On n’a plus cette inversion de l’esprit économique et du pouvoir d’achat de la base salariale », dit-il.

Ganz Lúcio, qui est conseiller du Forum des centrales syndicales, informe que la révision de cette politique du salaire minimum est l’un des principaux points de l’agenda syndical début 2022. « Ce n’est pour aucune autre raison que le syndicat l’agenda des centrales est présenté en mai aux candidats aux postes électifs aux élections de l’année prochaine, il défendra la reprise d’une politique de valorisation du salaire minimum », a-t-il déclaré dans une interview à Glauco Faria à Radio actuelle du Brésil.

La chute du revenu national, en plus d’être un drame pour ceux qui voient l’argent diminuer chaque mois, est l’un des principaux obstacles à la reprise de la croissance économique. Il suffit de regarder la relation entre les indicateurs d’emploi et de revenu publiée hier (28) par l’IBGE.

Revenu le plus bas depuis 2012

« Pour une idée, regardons ces 12 derniers mois (à partir d’octobre 2020 et de cette année). Malgré les 10 000 emplois fermés l’an dernier, en raison de la pandémie, 8,7 millions y ont été remplacés. C’est un montant important, mais, aussi incroyable que cela puisse paraître, ce contingent supplémentaire n’a pas été en mesure d’augmenter la masse salariale, la somme de tous les salaires de l’économie. Clemente se réfère aux chiffres de l’Enquête nationale par sondage auprès des ménages, la Pnad Contínua, qui a révélé une baisse de 11,1% du revenu moyen des personnes occupées, bien que le taux de chômage ait baissé de quelques points. « Par conséquent, même avec 8,7 millions de personnes supplémentaires travaillant, la masse salariale a diminué. Cela signifie qu’il y a eu une compression brutale, qui se reflète dans le salaire moyen le plus bas depuis 2012. »

Selon le sociologue, ces résultats du Pnad montrent une petite reprise des emplois fermés pendant la crise aggravée par la pandémie de covid-19. «Mais nous sommes toujours à des niveaux plus bas qu’avant la crise. Autrement dit, cette dynamique de remplacement n’est ni positive ni vertueuse. L’émergence d’emplois précaires, sans permis et d’indépendants sans CNPJ ni protection sociale prédomine dans la reprise », explique-t-il. « La création d’emplois avec un contrat formel est timide. »

De plus, une bonne partie des postes vacants créés au cours de cette période, notamment dans les secteurs du commerce et des services, tendent à se refermer en janvier. Ainsi, les indicateurs des prochains mois devraient refléter la diminution de ces professions après le léger réchauffement saisonnier de fin d’année.

mauvais emplois, économie stagnante

« Et ce monde du travail précaire se reflète dans les revenus. Nous avons le niveau de salaire le plus bas depuis le début de cette recherche, précisément en raison de la prédominance de ce type de profession qui est en train d’émerger. Ce qu’on observe, ce sont des emplois fragiles, avec des salaires très bas. Et, de plus, érodée par une inflation plus élevée », observe le sociologue.

La masse salariale est importante à observer car elle représente le pouvoir d’achat de l’économie. « Plus de 60 % de notre capacité de redressement et de durabilité économique provient du revenu familial », déclare Ganz Lúcio. Autrement dit, si l’économie met des gens sur le marché et n’est pas en mesure d’augmenter la capacité de consommation des familles, elle patine. « Il n’y a aucun moyen de soutenir la croissance économique. Et c’est ce qui est indiqué pour 2022, un monde du travail très précaire, avec une faible capacité à générer des emplois. Et continuer à vivre avec ces chiffres : près de 13 millions de chômeurs, près de 30 millions de sous-employés, en dehors du découragement ou de l’informalité.

salaire minimum 2022
L’ancien directeur technique de Dieese et conseiller de l’Union Central Forum s’est entretenu avec Rádio Brasil Atual

L’ancien directeur de Dieese renforce que les entreprises produisent lorsqu’elles constatent que l’économie augmente les emplois, les salaires et donc le pouvoir de consommation de l’ensemble de la société. « De cette façon, les entreprises produisent pour une société qui a la capacité d’absorber de nouvelles demandes. Si cela ne se produit pas, l’économie n’aura pas une croissance plus durable, car elle dépendra presque exclusivement de sa capacité d’exportation. Ne pas augmenter le pouvoir d’achat de l’ensemble de la société n’encourage pas le secteur productif », explique-t-il. Par conséquent, la perspective de faire face à ces problèmes pour 2022 n’est pas bonne.

Vous pourriez également aimer...