Le Brésil

Le STF suspend l’ordonnance interdisant le licenciement d’un travailleur non vacciné

São Paulo – Le ministre Luís Roberto Barroso, de la Cour suprême fédérale (STF), a suspendu ce vendredi (12) certains articles de l’ordonnance 620, du ministère du Travail et des Affaires sociales, qui interdit le licenciement des travailleurs qui ont refusé le vaccin contre le covid -19 . Avec la décision, qui est provisoire, les entreprises peuvent exiger une preuve de vaccination des employés.

Dans sa décision, le ministre a cité des recherches qui indiquent que la vaccination est essentielle pour réduire la propagation du covid-19. Par conséquent, la présence de personnes non vaccinées dans l’environnement de travail pourrait présenter des risques pour les autres employés. Il a accordé une injonction relative à quatre allégations de non-respect des préceptes fondamentaux (ADPF) 898, 900, 901 et 904. Les ADPF ont été présentées au Suprême par Rede, par le PSB, PT et Novo, respectivement. Ce samedi (13), le ministre du Travail, Onyx Lorenzoni, a indiqué que le gouvernement ferait appel.

Sécurité et santé

Selon l’injonction, la présence de travailleurs non vaccinés « présente une menace pour la santé des autres travailleurs, un risque d’atteinte à la sécurité et à la santé de l’environnement de travail et le risque de compromettre la santé du public avec lequel l’entreprise interagit ». Barroso a fait une réservation aux personnes qui ont des contre-indications médicales. Dans ces cas précis, il doit y avoir des tests périodiques, « afin d’éviter une discrimination dans le travail en raison de l’état de santé particulier du salarié ».

Par ailleurs, le ministre a demandé que la rupture du contrat de travail pour juste motif de ceux qui refusent d’apporter la preuve soit adoptée avec proportionnalité. Ce serait, selon lui, la dernière mesure à prendre par l’employeur.

Discrimination

Barroso a également suspendu une disposition de l’ordonnance qui considérait l’exigence d’un certificat de vaccination dans les processus sélectifs comme une pratique discriminatoire. Et la rupture du contrat de travail pour juste motif pour non présentation du document. « Il n’y a pas de comparaison possible entre l’obligation de vaccination contre le Covid-19 et les discriminations fondées sur le sexe, l’origine, la race, la couleur, l’état civil, la situation familiale, le handicap, la réinsertion professionnelle, l’âge ou la grossesse », a déclaré la ministre STF. « Ces derniers facteurs n’interfèrent pas avec le droit à la santé ou à la vie des autres employés de l’entreprise ou des tiers. Le manque de vaccination interfère.

Barroso a également cité les principes de la libre entreprise, selon lesquels le pouvoir de direction de l’employeur et la subordination légale de l’employé sont des éléments essentiels de la relation de travail. Mais il a ajouté que ce pouvoir doit être exercé avec modération et proportionnalité. Selon lui, l’ordonnance ne pouvait pas créer de droits et d’obligations du travail pour l’employeur.

Lire la décision dans son intégralité.

Vous pourriez également aimer...