Le Sud-Est diminue sa participation au PIB. L’agriculture fait progresser le Midwest et les revenus du travail chutent

São Paulo – Le PIB 2020 (-3,3%) a chuté dans 24 des 27 États de la fédération, selon l’IBGE. Mais même les trois UF du champ positif n’ont pas connu de variation significative : en plus de la stabilité dans le Mato Grosso, 0,1 % à Roraima et 0,2 % dans le Mato Grosso do Sul. Si l’État de São Paulo conserve le leadership, la région du Sud-Est perd des parts de PIB, tandis que le Centre-Ouest progresse, tiré par l’agriculture et l’élevage.

Ainsi, le Sud-Est est passé de 53% du total, en 2019, à 51,9%. La région Sud est restée avec 17,2% et le Nord-Est, avec 14,2%. Le Midwest est passé de 9,9 % à 10,4 % et le Nord, de 5,7 % à 6,3 %. São Paulo, qui a enregistré une baisse de 3,5 % de son PIB en 2020, en détient 31,2 % (31,8 % l’année précédente).

millésimes et confortcravates

« La part est une combinaison de la variation de volume et de la variation de prix », explique la responsable des comptes régionaux de l’IBGE, Alessandra Poça. « En 2020, nous avons eu de super récoltes dans l’agriculture (à l’exception du Rio Grande do Sul) et une augmentation du prix de marchandises comme le soja, le maïs, le café et les céréales en général dans l’agriculture, ainsi qu’une augmentation des prix des produits de l’élevage, contribuant au résultat des États qui ont une production agricole pertinente dans leurs économies », commente-t-il.

Cité par le dirigeant, le Rio Grande do Sul a connu la plus forte baisse (-7,2%), avec l’impact de la sécheresse en 2020 et le segment du cuir, dans l’industrie de la transformation. Viennent ensuite Ceará (-5,7%), Rio Grande do Norte (-5%), Bahia, Espírito Santo et Rondônia (-4,4% chacun). Globalement, dans 12 UF, le taux était inférieur à la moyenne nationale.

différences régionales

Mais le PIB chute également dans les cinq régions brésiliennes. Dans le Sud-Est, par exemple, la baisse a été égale à la moyenne nationale de -3,3 %. La plus forte baisse a été constatée dans le Sud : -4,2 %. Le Nord-Est a chuté de 4,1 %, le Nord de 1,6 % et le Midwest de 1,3 %.

L’IBGE a eu huit changements de position dans le classement de la part du PIB. « Tout au long de la série historique, qui a commencé en 2002, ce n’est qu’en 2014 et 2016 que le nombre de changements de poste a été plus élevé », précise l’institut.

Reflet de la pandémie

« Il y a eu beaucoup de changement de poste, bien plus que ces dernières années. C’est le reflet de la première année de la pandémie et de la façon dont elle s’est produite, différemment entre les États de la fédération », explique Alessandra. « L’agriculture a progressé de 4,2 %, mais représente environ 5 % du PIB national, alors que dans les États du Midwest elle atteint 20 % de la valeur ajoutée, ce qui compense en partie la baisse des services. Rio Grande do Sul était l’un des rares États où l’agriculture et l’élevage ne coopéraient pas, en raison de problèmes climatiques.

Malgré les changements, la concentration reste élevée. São Paulo représente 31,2 % du PIB. Il avait 34,9% en 2002. Rio de Janeiro, Minas Gerais, Paraná et Rio Grande do Sul, ensemble, ont 31,5%, également avec une diminution par rapport à 2002 (33,3%). Au cours de cette période, les 22 UF restantes sont passées de 31,9 % à 37,3 %.

PIB par habitant et dentelle

Déjà le PIB par habitant a augmenté de 2,2% en 2020, pour atteindre une valeur moyenne de 35 935,74 R$. Avec de grandes différences régionales. Il varie de R$ 15 027,69 (Maranhão) à R$ 87 016,16 (District fédéral). En deuxième place, São Paulo (51 364,73 R$) et en troisième, le Mato Grosso (50 663,19 R$), dépassant Rio de Janeiro, qui est tombé à la sixième place.

Toujours selon les données publiées ce mercredi (16) par l’IBGE, la rémunération des salariés a baissé (-0,8 %) pour la quatrième année consécutive, à 42 % du PIB (43,5 % en 2019). Les principales baisses ont été enregistrées dans les régions du Nord-Est (-2,7%), du Sud (-1,4%) et du Sud-Est (-0,9%).

Vérifier la participation des UF au PIB de 2020

  • São Paulo 31,2%
  • Rio de Janeiro 9,9 %
  • Minas Gerais 9%
  • Paraná 6,4%
  • Rio Grande do Sul 6,2%
  • Santa Catarina 4,6%
  • Bahia 4%
  • District fédéral 3,5 %
  • Goias 2,9%
  • Para 2,8%
  • Pernambouc 2,5%
  • Mato Grosso 2,3%
  • Ceara 2,2%
  • Saint-Esprit 1,8%
  • Mato Grosso do Sul 1,6%
  • Amazone 1,5 %
  • Maranhao 1,4%
  • Paraíba 0,9%
  • Rio Grande do Norte 0,9 %
  • Alagoas 0,8%
  • Piauí 0,7%
  • Rondônia 0,7%
  • Sergipé 0,6%
  • Tocantins 0,6%
  • Acres 0,2 %
  • Amapa 0,2%
  • Roraima 0,2%